Attention tout ceci n’ est que théorie…

Le tremblement de terre le plus dévastateur de toute l’histoire du Japon aurait pu être provoqué par la position de la Lune et les processus qui ont lieu sur le Soleil, – telle est l’opinion exprimée dans une interview à «la Voix de la Russie» par le directeur adjoint de l’Institut russe de géographie Arkadi Tichkov.

«Le 11 mars un séisme de magnitude 8,9 a ébranlé une vaste région dans la partie centrale et au nord-est du Japon. Son épicentre se trouvait à environ 10 km de profondeur sous le fond du Pacifique et au large des côtes nord-est de l’île de Honshu. Un raz de marée haut de 10 mètres suivi d’une réplique s’est abattu sur la côte. Des centaines de gens sont morts et un préjudice énorme a été causé à plusieurs villes en perturbant le fonctionnement des systèmes de transport et de télécommunications. Ce désastre dévastateur aurait pu être provoqué par la Lune et le Soleil», – pense le directeur adjoint de l’Institut russe de géographie Arkadi Tichkov.

Selon une théorie, les cycles d’activité sismique de la Terre sont directement liés à l’activité du Soleil. Le Soleil déverse sur la Terre des flux de protons qui influent sur son activité sismique. De surcroît, la Lune se trouve actuellement assez près de la Terre, ce qui se superpose sur l’influence du Soleil et peut exercer un impact sur l’activité des océans et notamment sur l’amplitude du cycle marée haute – marée basse. Le mouvement habituel des eaux du Pacifique s’en trouve perturbé si bien que toute cette masse d’eau dotée d’une prodigieuse inertie peut évidemment exercer son impact sur la chaîne des volcans faisant partie de la soi-disant ceinture de feu du Pacifique.

Selon le scientifique, la Lune se trouve actuellement à environ 350 000 km de la Terre et le point le plus proche de son orbite depuis une dizaine d’année. Il va de soi que la masse de notre voisine céleste influe sur la lithosphère de la Terre. A son tour, le Soleil se trouve au pic de son activité depuis quelques années. Récemment encore un nouveau flash a provoqué une puissante tempête magnétique ressentie par tous les habitants de la Terre.
Le lien entre ces phénomènes n’est pas toujours très explicite mais il existe et se manifeste presque toujours. Les cycles sismiques et d’activité solaire peuvent se superposer et les années 2011-2015 se distingueront par une activité volcanique et sismique très intense.
 Infographie:  Séisme historique au Japon
Les nouvelles secousses ne menacent pas que le Japon. Les territoires russes de Sakhaline, du Kamtchatka et des îles Kouriles sont également très exposés. La première vague du tsunami, fortement atténuée, il est vrai, a atteint les régions russes d’Extrême-Orient. Une vague de 2 mètres a déferlé sur les côtes sans causer aucun dommage. Pourtant, pense Arkadi Tichkov, le niveau élevé du danger sismique s’y maintient toujours. Le ministère russe des situations d’urgence a monté une cellule de crise dans la région qui s’occupe de collecte et du traitement de données.

Deuxième supposition:

  Un rapport revendique qu’un False Flag utilisant des armes nucléaires a en fait détruit Fukushima.

Note : nous avons choisi de publier une traduction de cet article de Natural News  dans le but principal de remettre en question la version officielle relayée par la presse mondialiste, en plus de la pertinence du raisonnement qui suit.
 par: Ethan A. Huff, staff writer
(Natural News ) Et si le méga tremblement de terre présumé de 9.0 + qui aurait frappé au large des côtes du Japon le 11 Mars n’avait jamais réellement eu lieu, et le tsunami qui en a résulté qui a détruit l’usine nucléaire de Fukushima Daiichi a été en fait une attaque sous fausse bannière délibérée à l’aide d’armes nucléaires ? Le journaliste indépendant Jim Stone présente des preuves convaincantes que l’histoire officielle qu’on nous a tous raconté concernant la catastrophe est une dissimulation bidon pour une attaque concertée contre le Japon, peut-être pour son offre d’enrichir de l’uranium  pour l’Iran.
Un réel mégaséisme 9.0 + aurait nivelé le pays tout entier du Japon
Considérons d’abord l’impact massif d’un véritable séisme  de magnitude 9,0, qui aurait été environ 100 fois plus puissant que le séisme de magnitude 6,8 de Hanshin en 1995 qui a détruit une grande partie de la ville de Kobe, située à environ 12,5 miles de l’épicentre, et qui a tué plus de 6.400 personnes. Si le tremblement de terre du 11 Mars au Japon en était en fait un [de magnitude] 9.0, il aurait tout dévasté dans un rayon de 1.000 miles à partir de l’épicentre – et pourtant la ville de Sendai, par exemple, qui n’est qu’à environ 48 miles de l’épicentre, n’a subi pratiquement aucun dégât structurel.

À vrai dire, les seules zones qui ont véritablement subi des dommages importants étaient les secteurs touchés par le tsunami, qui comprenaient la centrale nucléaire de Fukushima. Outre les dégâts immenses qui se sont produits à l’usine  nucléaire touchée par le tsunami, il n’y avait pratiquement pas de dommages sismiques dans les autres villes  ou villes à proximité de l’épicentre qui n’ont pas été touchés par le tsunami, ce qui suggère que le séisme n’aurait pas pu être approcher les 9.0. D’après l’étude de Stone, la dimension du tremblement de terre qui a frappé au large des côtes du Japon avait seulement une magnitude de 6,67, selon certaines lectures, alors que le tsunami qui a suivi fut l’équivalent de ce qui se serait produit lors d’un véritable séisme de magnitude 9,0.

Les agglomérations et des villes frappées par le tsunami sont même apparues étrangement inconscientes qu’il arrivait.

Un autre facteur à considérer est que les villes touchées par le tsunami semblaient être largement ignorantes du fait qu’il arrivait, et ce même juste quelques instants avant. Si un tremblement de terre de 9.0 a réellement frappé comme cela est prétendu, ces zones auraient non seulement connu une destruction monumentale avant, mais les gens qui y vivent auraient déjà évacué la région entre le moment où le tremblement de terre a soit-disant frappé, et environ 40 minutes plus tard, lorsque le tsunami est effectivement arrivé.
Différents clips vidéo  et des photos dans les villes et agglomérations sur le point d’être touchées par le tsunami qui approchait révèlent que les activités se déroulaient largement comme à l’habitude juste quelques minutes avant qu’il [le séisme] ne frappe. Les gens sont montrés se baladant, les bâtiments sont intacts, et peu de choses semblent différentes, en dépit du fait qu’un méga-séisme venait soi-disant juste de se produire. Jugez-en par vous-même en étudiant ce que Stone a publié, ainsi que les photos et les vidéos capturées, et jugez par vous-même si oui ou non l’histoire officielle a un sens à la lumière  de ce qui a effectivement eu lieu(http://www.abeldanger.net/2011/05/j… ). 

Les dommages à Fukushimaet en particulier au réacteur 4 non opérationneln’auraient tout simplement pas pu se produire par une inondation ou un tremblement de terre
Selon l’analyse de Stone, les dégâts qui ont eu lieu sur l’installation nucléaire de Fukushima ne pouvaient pas avoir été seulement le résultat d’inondations ou même d’un tremblement de terre de 9,0, en supposant qu’il se soit réellement produit. Les images aériennes de haute résolution de la centrale endommagée prises le 24 Mars montrent non seulement un réacteur 3 complètement absent, malgré des rapports continus selon lesquels il était toujours là, mais aussi un réacteur 4 complètement démoli.
Rappelez-vous la gigantesque explosion qui a eu lieu au réacteur 3  seulement quelques jours après que le tsunami ait frappé? (http://www.youtube.com/watch?v=nw2Aw3komgc ) Attribué à l’accumulationd’hydrogène, ce désastreux événement n’aurait pu se produire en raison des dommages causés par un tremblement de terre ou un tsunami, car une pile spéciale d’urgence à hydrogène conçue spécifiquement pour faire face à l’accumulation d’hydrogène avait été installée à Fukushima après le désastreux accident de Three Miles Island. Cette pile à hydrogène spéciale n’a pas besoin d’électricité pour fonctionner, de sorte qu’elle était pleinement opérationnelle pendant le temps de l’explosion et aurait atténué toute accumulation d’hydrogène.
Et quid de la mystérieuse explosion du réacteur 4, qui s’est produite en dépit du fait que le réacteur avait été vidé de son carburant, et était soit-disant non-opérationnel? Même dans le pire scénario où ses barrescombustible  auraient complètement fondues, le type d’explosion qui suivrait ne serait pas capable de littéralement désintégrer les épais murs de béton du réacteur 4, ce qui s’est produit. Et le réacteur a été si endommagé par cette explosion qu’on s’attendait à ce qu’il s’effondre littéralement.
Donc qu’est ce qui a causé ces explosions massives dans les réacteurs 3 et 4? Selon Stone, un armement nucléaire a été utilisé pour démolir de force ces structures. Magna BSP, une entreprise de sécurité, a installé « des caméras de sécurité » massives à l’intérieur des réacteurs avant la catastrophe. Les caméras pesaient plus de 1 000 livres, et semblaient étrangement similaires à des armes à uranium du type des bombes atomiques (http://www.jimstonefreelance.com/containment.jpg ).
Lorsque vous mettez deux et deux ensembles, il semble que des armes nucléaires  déguisées en caméra de sécurité pourraient avoir été utilisées pour faire exploser les réacteurs de Fukushima. Peut-être que c’est ce qui explique le blackout de l’information sur le réacteur 4 qui s’est produit dans les jours suivant la catastrophe (http://www.naturalnews.com/031758_Fukushima_nuclear_reactor.html ).
Ajoutez au mélange un tsnuami induit par des armes nucléaires et le tremblement de terre correspondant, et vous avez le bouc émissaire idéal pour prendre délibérément pour cible une installation nucléaire et en attribuer la responsabilité à des causes naturelles.
Une analyse critique des faits rend vraiment le look histoire officielle comme unethéorie du complot
Avant de rejeter cette information comme une autre théorie du complot  farfelue, prenez le temps d’examiner l’analyse de Stone, et pensez de manière critique aux lois fondamentales de la physique à la lumière des informations que les médias ont diffusées. Un véritable séisme de magnitude 9.0 aurait-il laissé les villes voisines qui n’ont pas été touchées par le tsunami intactes? Pourquoi la Tokyo Electric Power Company (TEPCO) a t-elle gardé secrètes des informations cruciales sur le réacteur 4 pendant aussi longtemps? Et pourquoi de tels dommages massifs se sont t-ils produits à la suite de supposées explosions qui, en réalité, n’auraient pas pu les causer physiquement?
Ces questions et d’autres soulèvent des doutes sur l’histoire officielle concernant le tremblement de terre le tsunami au Japon. Bien sûr, les raisons pour lesquelles on pourrait infliger ce type de catastrophe intentionnellement sont un sujet totalement différent, mais que la catastrophe semble avoir été délibérément provoquée est une possibilité que toute personne ayant un esprit critique ferait mieux de prendre en considération.
Troisième supposition:

La catastrophe à Fukushima était prévue selon Benjamin Fulford:

l’attaque a été faite par HAARP
Energie dirigée, émise par les émetteurs du High Frequency Active Auroral Research Program (HAARP)
 
Benjamin Fulford confirme que la catastrophe à Fukushima a été créée de toute pièce. Si les sous titres sont « vrais », et Dieu sait combien on peut se faire avoir. Alors les Rockefeller, et les USA, et toute l’élite Illuminati possède une arme qui est capable de changer le temps, et influencer les catastrophes naturelles. Soit la réalité est de la science fiction, soit c’est une blague pour nous occuper tout ça. Franchement j’aimerais que ça soit une blague.
Je viens tout juste de tomber dessus, donc je compte faire plus d’investigations. Qui sait, peut être que Fulford vit dans la réalité, et qu’en fait c’était nous qui vivions une fiction. Et qui est la personne en face de Fulford ? Un Yakuza ? Wow, en plus il a des potes comme ça.
En traduisant un morceau de la description de la vidéo ça donne ça :
Le traitre Premier Ministre Japonais Naoto Kan donna 60 trillions de Yen à la Réserve Fédérale immédiatement après que son pays soit attaqué par HAARP et la terreur nucléaire, d’après des sources de la sécurité policière Nippone. L’extorsion d’argent eu lieue juste après les menaces d’utiliser HAARP pour causer au Mt. Fuji d’entrer enéruption. Les peuples du monde doivent agir urgemment contre cette cabale responsable pour l’attaque nucléaire et le tsunami contre le Japon car c’est un signe qu’ils sont désespérés, dangereux et propagent leur fin des temps artificiellement planifiées. La prochaine attaque aura presque certainement lieu sur le sol US et est supposée être pire que ce qui s’est passé au Japon, d’après plusieurs sources liées à la cabale. La cabale a aussi pour but d’annoncer une nouvelle monnaie internationale dans les semaines qui arrivent mais ils n’y arriveront pas car c’est un pari désespéré pour eux de rester au contrôle de la finance mondiale, d’après des sources de la Famille Royale Britannique.
Un deuxiemme article sur la même supposition….
Natural News, Ethan A. Huff, 10 juin 2011
      Des données récentes, publiées par Dimitar Ouzounov et ses collègues du Goddard Space Flight Center de la NASA, dans le Maryland, mettent en évidence certaines anomalies atmosphériques étranges au-dessus du Japon quelques jours avant le séisme et le tsunami qui ont frappé le 11 mars 2011. Selon les observations par satellite, un réchauffement rapide apparemment inexplicables de l’ionosphère au-dessus de l’épicentre a atteint son maximum trois jours seulement avant le tremblement de terre. Cela suggère que de l’énergie dirigée, émise par les émetteurs du High Frequency Active Auroral Research Program (HAARP), puisse être responsable de l’induction du séisme.
      Signalée dans la publication Technology Review du Massachusetts Institute of Technology (MIT), la présentation des conclusions s’accompagne d’une théorie différente, appelée Couplage entre lithosphère, atmosphère et ionosphère, qui admet l’hypothèse que le réchauffement de l’ionosphère était peut-être dû à l’imminence du tremblement de terre, car la ligne de faille libère du radon radioactif. Cette théorie n’est bien sûr pas vraiment prouvée, mais est plutôt présentée comme une explication possible de la présence de la forte densité d’électrons et de l’émission de rayonnement infrarouge qui ont été observées.
      Une autre explication de ce réchauffement étrange – et qui, après analyse, semble bien plus probable –, c’est que c’était la marque de l’énergie focalisée ayant servi à induire le séisme, et non l’inverse. De nombreux rapports crédibles et des observations scientifiques révèlent que la technique de HAARP est parfaitement utilisable comme arme scalaire, dans le sens où il peut émettre des explosions de fortes impulsions électromagnétiques capables de modifier les conditions météo ou de déclencher des ruptures de lignes de failles.
Non seulement HAARP à la capacité d’induire des séismes, mais il semble aussi avoir été utilisé contre le Japon
      Un coup d’œil rapide sur les graphiques de données présentés dans le cadre de la recherche d’Ouzounov, montre la présence d’anneaux de chaleur presque parfaits au-dessus de l’épicentre du tremblement de terre. Si le radon émis par la ligne de faille était vraiment responsable de la formation de ces zones de chaleur, leur apparence serait plus que vraisemblablement irrégulière et éparpillée, plutôt que celle de cercles concentriques. Cette anomalie à elle seule détruit la théorie selon laquelle l’imminence du séisme a provoqué ces motifs de la chaleur.
      Par ailleurs, les mesures du Magnétomètre à induction de HAARP, qui visualise le spectre de fréquence des signaux détectés dans le champ géomagnétique de la Terre, montrent qu’une fréquence ultra-basse (ULF) stable d’environ 2,5 Hertz a été émise les jours avant le séisme. Il se trouve que l’ULF de 2,5Hz correspond exactement à la fréquence de résonance produite par un tremblement de terre – et puisque aucun séisme n’est survenu dans les jours avant le tremblement de terre que le Magnétomètre à induction de HAARP a paru indiquer, la conclusion logique est que le signal a été émis pour l’induire.
      Certains soutiendront que HAARP est incapable de produire de telles fréquences, en particulier au niveau de puissance que requerrait le déclenchement d’un énorme tremblement de terre comme le 9,0+ survenu au Japon. Mais le témoignage de divers gouvernements dit le contraire.
      Le 28 avril 1997, à l’université de Géorgie de Athens, lors de la Conférence sur le terrorisme, les armes de destruction massive, et la stratégie zunienne, William S. Cohen, alors ministre à la Défense, a prononcé un important discours. Interrogé sur le terrorisme, Cohen avait ceci à dire dans le cadre de sa réponse à propos du type de moyens existant même à cette époque :
      « D’autres se livrent même à un terrorisme  de type écologique, grâce auquel ils peuvent à distance modifier le climat, déclencher des séismes, des éruptions volcaniques, en utilisant des ondes électromagnétiques. »
      Cet aveu va à l’encontre des affirmations formulées par certains, selon qui aucune technique n’existerait, et qu’il est impossible de déclencher l’activité sismique grâce à l’énergie dirigée. Il est clair que ces moyens sont là depuis un moment, et l’idée qu’ils servent d’arme est tout sauf une théorie du complot sans fondement.
      Ensuite, il y a la Résolution sur l’environnement, la sécurité et la politique étrangère  [en français] de l’Union européenne, qui a été publié le 14 janvier 1999. Ce rapport, qui décrit différents types de menaces d’armes, contient une section intitulée « HAARP – Un système d’armement modifiant le climat. »
      Ce document explique que HAARP « est conduit conjointement par l’armée de l’air et la marine de guerre de Zunie [et par l’Institut de géophysique de l’université d’Alaska à Fairbanks], » et que l’un de ses objectifs est de « réchauffer des parties de l’ionosphère au moyen d’ondes radio puissantes. » Il indique également les détails suivants :
      « HAARP peut avoir de multiples applications. La manipulation des particularités électriques de l’atmosphère permet de contrôler des énergies gigantesques. Utilisée à des fins militaires contre un ennemi, cette technique peut avoir des conséquences terribles. HAARP permet d’envoyer à un endroit déterminé des millions de fois plus d’énergie que tout autre émetteur traditionnel. L’énergie peut aussi être dirigée contre un objectif mobile, notamment contre des missiles ennemis. »
      Plus tard, les références à HAARP le décrivent comme « un sujet d’inquiétude mondiale, » et soulignent que la plupart des gens ne savent même pas qu’il existe. Évidemment, cela a été écrit il y a plus de dix ans – et pourtant rien n’a vraiment changé depuis, en dépit de plusieurs efforts visant à rendre HAARP plus transparent. Seulement, si HAARP aide vraiment à induire quelques-unes des catastrophes d’apparence naturelle qui se produisent dans le monde, il ne surprendra guère que ce dessein soit toujours gardé essentiellement secret.
Lien sur les mesures de la sonde magnétométrique de HAARP :
maestro.haarp.alaska.edu/cgi-bin/scmag/disp-scmag.cgi
Original : www.naturalnews.com/032670_Fukushima_HAARP.html
Traduction copyleft de Pétrus Lombard
Notes du traducteur

Benjamin Fulfort a publié à l’époque un article difficile à propager, même dans les médias alternatifs, sur l’origine du séisme et du tsunami. De mémoire, il a écrit que des bombes atomiques fait éclater sur la ligne de faille ont déclenché le séisme. La direction de propagation du tsunami, uniquement vers le Japon, démontrerait ce fait (il est vrai qu’il est assez curieux que la vague n’ait pas été aussi haute dans toutes les directions).

      Selon Fulfort, la cause de tout ça serait que la grande finance, les asnamouss suprêmes, sont ruinés et voulaient intégrer par le chantage le Japon dans le système bancaire mondial, contrôlé par la BRI si je me souviens bien, pour le faire raquer. Toujours selon Fulfort, à la suite du cataclysme, le Japon se serait intégré au système bancaire international (c’est à vérifier).
      Les bombes atomiques sont difficiles à avaler, mais l’hypothèse HAARP ne l’est pas du tout malgré ce que pense Laura. En effet, grâce à la mise en résonance des strates terrestres, les énergies mises en jeu n’ont pas besoin d’être très importantes. Par exemple, il suffit d’appliquer une impulsion modérée répétée au bon moment pour qu’un pont s’écroule.

À part les émissions de radon, qui me semblent une couillonnade, il y a au moins deux choses à considérer dans les séismes : la piezoélectricité et la résonance. Comme l’indique l’extrait de l’article de Thunderbolts (à la fin), il semble que la Terre se comporte globalement comme un cristal de quartz. Peut-être cela s’explique par le fait que les strates terrestres ont des tensions électriques différentes ? Un séisme pourra donc en principe libérer de l’électricité, exactement comme un cristal de quartz pressé. De même, comme un cristal de quartz soumis à une tension électrique entre en vibration (le phénomène est réversible), on peut penser que la Terre soumise à une tension se mettra à trembler.

      Il est cependant assez difficile d’imaginer comment induire une tension qui déclenchera un séisme. Par contre, la résonance semble facile à mettre en œuvre et efficace avec un système comme HAARP, puisqu’elle s’applique sur une Terre sensible électriquement, comme le montrent les phénomènes de piezoélectricité.
      Thunderbolts a publié l’article Sunspots and Earthquakes, que j’avais traduit (le sujet « L’Univers électrique » a été bloqué puis salopé dans sa présentation par les administrateurs de ce forum pseudo-scientifique, mais ils n’ont pas osé le supprimer). En voici un passage intéressant à propos des phénomènes électriques entourant les séismes :
      « Dans le Journal of Scientific Exploration, vol. 17, n° 1, pp. 37-71, 2003, se trouve un excellent rapport abordant les plus réalistes problèmes se posant aux géophysiciens essayant de comprendre les tremblements de terre. Le papier est intitulé, Roches qui crépitent et étincellent et rayonnent : Phénomènes étranges précurseurs de tremblements de terre, par le Dr. Friedemann T. Freund, un professeur du Département de la Physique, de l’Université d’Etat de San Jose (Californie), et d’un chercheur supérieur du Centre de Recherches Ames de la NASA. Le Dr. Freund écrit,  » Beaucoup de phénomènes étranges précèdent les grands tremblements de terre. Certains d’entre eux ont été rapportés pendant des siècles, et même des millénaires. La liste est longue et variée : Renflement de la surface terrestre ; changement des niveaux d’eau dans les puits ; brouillard rasant le sol ; émission de basse fréquence électromagnétique ; tremblement de terre illuminant les arêtes et les sommets des montagnes ; anomalies du champ magnétique jusqu’à 0,5% du champ du dipôle terrestre ; anomalies de températures de plusieurs degrés dans de larges zones, comme vu dans les images satellites ; changements de densité du plasma ionosphérique ; et comportement étrange des animaux. Comme il semble presque impossible d’imaginer que d’aussi divers phénomènes puissent avoir une cause physique commune, il y a une grande confusion et une encore plus grande polémique. »
[http://www.alterinfo.net/Une-nouvelle-etude-indique-un-lien-possible-entre-HAARP-et-le-seisme-au-Japon_a59824.html]url:../../../Une-nouvelle-etude-indique-un-lien-possible-entre-HAARP-et-le-seisme-au-Japon_a59824.html
Publicités