Il fait partie du groupe qui revendique les récentes attaques contre la CIA, le Sénat américain, PBS, Sony ou encore la Fox.

S’il se fait prendre, le hacker risque des années de prison.

Mais ce leader de Lulz Security n’est manifestement pas inquiet pour deux sous:

L’un des leaders du groupe hackers de LulzSec s’est confié par le biais d’un chat Skype à nos cousins d’Amérique de Gawker, la maison-mère de Gizmodo US.

Il fait partie des hackers les plus recherchés de la planète, mais celui qui se présente sous le pseudo de Topiary ne se sent pas plus menacé aujourd’hui qu’en mai lorsqu’ils ont piraté PBS ou le site de la Fox.

Depuis cette date, LulzSec s’est pourtant lancé dans de nombreuses attaques publiques très médiatisées: ils ont hacké PBS pour venger un portrait peu flatteur de Wikileaks, attaqué un site affilié au FBI, fait tomber les sites web de la CIA et du gouvernement britannique. Ils ont volé et diffusé des informations personnelles de grandes entreprises comme Sony pour, disent-ils, montrer à quel point leur sécurité informatique est faible.

Mais LulzSec a également leaké les noms d’utilisateurs et mots de passe de 62.000 personnes choisies (plus ou moins) au hasard, causant un véritable chaos et une panique compréhensible chez de nombreux titulaires de comptes Amazon et Facebook.

Il semble parfois difficile de suivre un fil conducteur dans les actions de ce collectif de hackers. Topiary nous éclaire en expliquant leur philosophie:

« LulzSec est l’expression d’une énergie via des cybermatériaux malicieux et amusants« .

Les autorités ne partagent pas son analyse et le FBI traque très activement LulzSec. Mais même l’arrestation du jeune Ryan Cleary en Angleterre, présenté un temps comme le cerveau de LulzSec, n’inquiète pas Topiary:

« Qu’est-ce qui a changé? Ryan ne fait pas partie de LulzSec… Aucun LulzSec n’a été arrêté. Notre Twitter n’a même pas été suspendu ».

D’après Topiary, la seule connexion entre Ryan Cleary et LulzSec réside dans le fait qu’il gérait un serveur de chat disposant d’une « fan room » publique pour LulzSec où leurs supporters pouvaient se réunir:

« Nous avons des chats de fans identiques sur 2600, AnonOps, Efnet, Rizon, Unreal, etc… »

Les menaces contre LulzSec ne proviennent pas seulement des autorités. Des hackers rivaux avec des noms comme « Th3j35t3r, » « Team P0ison » ou encore « Web Ninjas » se sont lancés dans une gigantesque traque pour tenter d’identifier les membres de LulzSec.

Les gars de LulzSec ont intérêt à bien couvrir leurs arrières, car leurs nouvelles cibles ne sont pas vraiment du menu fretin. L’opération « Antisec » vise les agences gouvernementales et les banques avec comme objectif avoué de voler des documents secrets et de les diffuser. La première fuite devrait intervenir aujourd’hui, mais Topiary a refusé, à sa manière et non sans humour, de nous en dire plus:

« Etant un sociopathe arrogant et violent imbu de mon propre pouvoir, je ne peux divulguer aucune des prochaines révélations ».

(Topiary fait ici référence à un article publié par Gawker en mars qui dépeignait les LulzSec comme des « sociopathes arrogants ».)

Voici ce qu’il a répondu à la fin du chat, à la question de savoir si Topiary avait peur de se faire pincer:

« Ce sont les mauviettes qui ont peur! »

Source Gizmodo

Publicités