Morice Benin, Juillet 2011 :

Qui sont-ils pour nous traiter de la sorte ? Avec ce mépris, cette suffisance, cette culture si raffinée du mensonge et de l’omission ?

Qui sont-ils pour nous imaginer si crédules, si malléables devant leur credo du progrès, du : «on ne peut plus revenir en arrière !» ?

Pour nous traiter de doux rêveurs passéistes dès que l’on ose remettre en cause leurs projets pour l’humanité ?

Voilà trente ans qu’ils se sont approprié l’espace public, avec la grande machinerie médiatique qui leur est dévolue. Trente ans qu’ils nous malaxent avec leurs certitudes, en vue de nous faire avaler leur modèle de croissance, leur choix mortifère du tout nucléaire…

Voilà trente ans qu’ils nous préparent à la grande mutation génétique : l’être humain sera certainement capable de s’adapter à la radioactivité douce s’échappant malencontreusement des centrales… moyennant juste quelques petits dégâts collatéraux : quelques centaines de milliers de cancers pèsent peu dans la balance lorsqu’il s’agit de maintenir le cap. Et puis le PIB s’en verra même stimulé…

Tchernobyl, il y a 25 ans, a pu annoncer la couleur. D’une rive à l’autre du Rhin, la radioactivité n’avait plus le même impact : de dangereuse en Allemagne, elle devenait inoffensive en France. Cela eut pour effet un sursaut citoyen sans précédent : la CRII-RAD naquit de cette grande manipulation, et c’est elle aujourd’hui encore qui nous alerte…

Aujourd’hui, on tente de nous faire croire qu’à Tchernobyl, hé bien tout ne va pas si mal : la population s’est adaptée… C’est à dire que malgré des milliers de cas de cancers, chaque année (de la Tyroïde surtout), hé bien la nature est toujours aussi belle, les espèces animales, végétales ont survécu et se portent bien.

Cela pourrait être de même pour Fukushima… Les japonais ne sont-ils pas par essence, un peuple résigné, discipliné ? Même radioactifs, ils continueront à s’adapter au pire, à courber l’échine devant la fatalité. Ils sont comme ça, que voulez-vous…

Qui sont-ils, et que projettent-ils pour nous ?

Ils doivent se protéger eux-mêmes de leur propre folie : j’imagine que directeurs et haut techniciens (tout comme nos cadres politiques ou nos banquiers-condors) vivent à l’abri des centrales, loin de tout risque immédiat…

L’esclavagisme a changé de peau, de forme. Il s’est sociologiquement adapté au monde moderne. C’est un esclavage déguisé en bien-être consumériste.

On ferme les yeux en se gavant d’objets, de bouffe, de distractions, de concerts, de livres, de films, de fêtes de quartier et même de manifs (pacifiques !)…

Alors j’adresse ce message à tous les « Qui sont-ils » de la planète :

Saisissez bien l’ampleur de cette lame de fond que vous avez par votre indécence provoquée. J’ai l’intuition secrète qu’elle pourrait vous submerger bientôt…

Si il est encore temps, réveillez le frère, l’être humain en vous… Sans trop perdre la face, calmez vos appétits gloutons. Soignez votre ego surdimensionné, gavé de pouvoir, de paraître, de fric.

Toutes les Tours de Babel de l’histoire ont bien fini par s’écrouler… vous pensez que la vôtre y échappera ?

Auteur : Morice Benin

Via les moutons enrages

Publicités