72 organisations espionnées dont 49 aux Etats-Unis !

20090330-115712-g.jpgLes cibles de ces intrusions, identifiées à partir des données d’un seul serveur, comprennent les réseaux informatiques du secrétariat des Nations unies, un laboratoire du Département américain de l’Energie, des dizaines de sociétés de défense

américaines, indique le document publié mercredi.

Le rapport a été établi par McAfee, société spécialisée dans la sécurité informatique à travers le monde. Cet espionnage semble avoir duré de nombreuses années. 72 organisations en tout, dont 49 localisées aux Etats-Unis, ont été victimes d’espionnage, selon McAfee.

Parmi les cibles se trouvent les gouvernements des Etats-Unis, de Taïwan, d’Inde, de Corée du Sud, du Vietnam et du Canada. L’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (Asean), le Comité international olympique (CIO) et l’Agence mondiale antidopage (AMA) ont également été infiltrés, de même qu’une série d’entreprises intervenant sur les marchés de la défense ou de la haute technologie.

 

A Genève

Dans le cas des Nations unies, les pirates informatiques se sont introduits sur le réseau du Secrétariat de l’ONU à Genève dès 2008. Leur présence n’a été décelée que près de deux ans plus tard.

«Même nous, nous avons été surpris par la gigantesque diversité des organisations visées et pris de court par l’audace des auteurs», a déclaré Dmitri Alperovitch, vice-président de McAfee pour les recherches sur la menace informatique, dans ce rapport.

Ceux qui parvenaient à s’infiltrer, toujours selon le document de McAfee, recherchaient notamment des données sensibles sur les systèmes de défense américains et de communications par satellite.

Les équipes d’enquête n’ont pas déterminé le sort des données ainsi piratées. «Cependant, même si une fraction seulement d’entre elles est utilisée pour concevoir des produits plus compétitifs ou battre un concurrent dans une négociation clef, cette perte représente une menace économique massive».

«Gigantesque et effrayant»

«Des entreprises et des agences gouvernementales sont violées et pillées chaque jour. Elles perdent leur avantage économique et des secrets nationaux qui tombent entre les mains de concurrents sans scrupule», a déclaré M. Alperovitch à Reuters, qui évoque un transfert «gigantesque et effrayant» de richesses en terme de propriété intellectuelle.

Des experts de la cybersécurité ont indiqué au journal américain «Washington Post» que selon toute vraisemblance la Chine était derrière cet espionnage, dans la mesure où de nombreuses cibles identifiées par McAfee avaient un lien avec Taïwan et le Comité olympique international (CIO) dans les mois qui ont précédé les jeux de Pékin en 2008.

Dans son rapport, la société McAfee n’a elle pas nommément dénoncé la main de Pékin derrière cet espionnage.
Les analystes y voient la main de la Chine, rapporte mercredi le Washington Post.

L’ONU a pour sa part déclaré qu’elle était au courant de ces informations, et que des vérifications étaient en cours. «L’idée est d’examiner tout le réseau de Genève», a dit Farhan Haq, porte-parole adjoint du secrétariat général de l’ONU. Il a ajouté qu’il était trop tôt pour déterminer l’ampleur des dégâts.

(ATS/AFP) 20minutes Online

Via Wikistrike

Publicités