terre_lune.jpg

 

 Archiv: Réflecteur d‘Apollo 11 sur la Lune | Copyright: NASA

 

Bari/ Italie – Des mesures actuelles faites au moyen de rayons laser de l’éloignement de la Lune grâce au procédé « Lunar Laser Ranging » (LLR ont mis en évidence une excentricité, certes minime mais anormale de l’orbite lunaire. Malgré d’intenses efforts faits pour expliquer cette anomalie à l’aide de modèles physiques standard, un scientifique du Ministère italien de l’Education, des Universités et de la Recherche (M.I.U.R.) admet dans une récente étude, que le changement d’orbite ne trouve apparemment pas d’explication à l’heure actuelle.

Les mesures LLR sont effectuées depuis 38,7 ans au moyen de réflecteurs sur la surface de la Lune (voir illustration), qui sont visés par des impulsions laser depuis des stations de mesure terrestres. C’est en 2001 et en 2003, que les scientifiques ont remarqué une anomalie de ce genre.L’augmentation de l’excentricité de l’orbite lunaire, écrit Lorenzo Lorio dans son article, publié préalablement sur „arxiv.org“, ne peut s’expliquer en utilisant les modèles qui ont cours actuellement en physique terrestre et lunaire se basant sur les paradigmes newtoniens et einsteiniens qui sont les modèles standard. Tandis que certains de ces modèles ne permettent pas la moindre modification à long terme de l’excentricité, les résultats des calculs d’autres modèles ne correspondent pas aux données effectivement mesurées.

A « grenzwissenschaft-aktuell.de », Lorio a expliqué, qu’il s’agit d’une valeur infinitésimale d’à peine 3 millimètres par an, et qu’une telle modification de l’excentricité ne constituait, même à long terme, aucune menace pour la Terre. « Cependant il s’agit d’une anomalie mesurée de portée scientifique. Justement, parce que cette anomalie, une fois comprise, pourrait ouvrir une fenêtre vers de nouvelles découvertes physiques ou vers une meilleure compréhension de la physique conventionnelle. »

Seule l’hypothèse d’un corps sidéral encore non découvert au-delà de l’orbite de Pluton, comme certains astronomes et chercheurs l’admettent entre temps sous la forme da la soi-disant « planète X » (Nemesis/Tyche/Nibiru), pourrait certes être un début d’explication à cette anomalie, mais les paramètres indispensables d’un tel corps sidéral hypothétique seraient « absolument irréalistes » pour avoir une influence sur l’orbite lunaire, selon Lorio et contrediraient en retour même les scénarios théoriques positifs de l’existence d’un tel corps.
A l’heure actuelle, il n’y aurait selon Lorio, aucune explication satisfaisante pour le comportement anormal de l’excentricité de la Lune.
L’article “On the anomal oussecular increase of the eccentricity of the orbit of the Moon » de Lorenzo Lorio peut être lu ICI (en anglais)
Traduit de l’allemand par Marie-Louise

 

 

Source : 2012 un nouveau Paradigme
Source

Publicités