Marine Le Pen lors d’une conférence de presse à Paris le 6 septembre 2011. CHAMUSSY/SIPA

Les deux responsables politiques ont échangé lors d’un vif face-à-face…

La ministre de l’Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet a estimé ce mercredi que l’idée d’un Front national nouveau était une «gigantesque tromperie» et Marine Le Pen lui a rétorqué que son parti n’était «ni de droite, ni de gauche».

La présidente du Front national, candidate à la présidentielle, a débattu sur i>Télé et Europe 1 avec la ministre de l’Ecologie, qui a publié en juin dernier Le Front antinational et se veut en pointe du combat anti-FN.

Nathalie Kosciusko-Morizet a répété lors d’une discussion à fleuret moucheté qu’à ses yeux, la dirigeante du FN a nettoyé la «vitrine» du parti fondé par son père, Jean-Marie Le Pen, mais que la «vieille boutique familiale, l’arrière-boutique, est toujours la même». «Je crois que le Front national tend à la France le miroir de la peur», a-t-elle dit.

Vif débat sur l’économie

Marine Le Pen a rétorqué qu’elle avait toujours récusé «la formule d’extrême droite» brandie par ses adversaires «pour faire peur aux Français».

«Moi, je ne suis ni de droite, ni de gauche, je porte un modèle qui est radicalement différent de la classe politique française», a-t-elle répété.

Proposant de revenir à un modèle de «patriotisme économique» et de sortir de la zone euro, la dirigeante du FN a dit vouloir «protéger la France du cataclysme». «Nous sommes engagés dans un amateurisme terrible (…) qui conduira à l’effondrement de l’euro», a-t-elle prédit.

«Vous voudriez faire croire aux Français que c’est quand une monnaie est forte que ça va mal», a rétorqué la ministre de l’Ecologie, soulignant que la sortie de l’euro provoquerait une hausse de la dette de 20% et une «inflation gigantesque».

Thème de l’immigration

Marine Le Pen égrenant les difficultés sociales actuelles, NKM a lancé: «Dans le cortège des malheurs de la France, Marine Le Pen joue le rôle des pleureuses».

Sur l’immigration, Nathalie Kosciusko-Morizet a estimé que le discours de la présidente du FN était «toujours le même fourre-tout, une espèce de bulle générale».

Elle s’est pourtant fait reprendre par Marine Le Pen lorsqu’elle a parlé «d’immigrés naturalisés». «Des immigrés naturalisés, ce sont des Français, madame», a dit la présidente du FN.

Marine Le Pen, pour qui le gouvernement a échoué dans la lutte contre l’immigration irrégulière, a reproché à la ministre d’avoir «une vision extrêmement naïve de l’immigration» et a développé son idée de «préférence nationale».

Priée de définir la valeur à laquelle chacune est le plus attachée, Nathalie Kosciusko-Morizet a répondu «la vérité» et Marine Le Pen «la liberté et la démocratie».

SOURCE

Avec Reuters
Publicités