Qui collabore au « suicide collectif » ?

La crise financière et monétaire actuelle, comme les G-VAIN qui se succèdent, montrent queles gouvernements n’ont plus du tout le contrôle sur l’économie. On le constate depuis longtemps, mais là, la réalité s’impose avec une dureté extrême. Des puissances financières, que les lâches traduisent comme des « forces de marché », ont pris le contrôle de la marche de l’économie mondiale avec une évidence aveuglante pour qui à le courage de regarder la vérité en face. Ces puissances financières sont occultes puisqu’elles ont décidé de diriger par PROCURATION, via une classe politique veule, sans aucune dignité, totalement indifférente au bien commun et à l’avenir national. Les gouvernements européens, pour leur grande majorité, sont devenus les « collabos » de ces forces financières, en les laissant agir en toute impunité, sans les dénoncer.Certains accusent de grosses Firmes comme Goldman Sachs ou JP Morgan, mais ils ne vont pas plus loin, c’est-à-dire jusqu’aux familles oligarchiques qui contrôlent ces groupes, et à l’inéluctable cartel bancairedénoncé par exemple par un président Roosevelt dans les années trente. « Il existe un cartel bancaire au sein de grands centres financiers qui contrôle le gouvernement depuis Andrew Jackson ».

Cette impuissance volontaire des gouvernements a déjà des conséquences nombreuses, ne serait-ce que sur le plan géopolitique, comme on l’a vu avec la Libye où l’on a honteusement collaboré avec Al Qaïda, qui tue nos soldats en Afghanistan. Mais du point de vue social, le pire est à attendre. Car il faut pousser le raisonnement jusqu’au bout : les banquiers internationaux qui organisent le massacre de l’économie réelle grâce aux instruments spéculatifs de l’économie virtuelle, ont bien un PLAN. Qui dit plan dit complot ? Bien évidemment. Il s’agit de créer un chaos pour un Nouvel Ordre des choses : le NOM de la Bête. Cette Bête avec sa religion des droits de l’homme (qui ne veut rien dire) veut mettre en place un monde nouveau qui n’est autre qu’une dictature, une tyrannie sans pitié. Détruire la famille avec la promotion de l’homosexualité, droit de tuer les bouches inutiles, à commencer par les personnes âgées, on voit bien que l’opinion est travaillée en ce sens par les moulins à propagande des officines des droits de l’homarde.

Dans cette perspective planifiée depuis au moins la création de la banque centrale américaine (rappelons que Paul Warbug annonçait déjà un gouvernement mondial par consentement ou par la force), la dépression qui se fait jour doit servir de tremplin pour introduire des changements politiques et consolider un monde orwélien. Et les choses ne vont malheureusement pas en rester là aujourd’hui puisque le carnage n’a pas encore vraiment commencé. La dégringolade des cours de bourse et surtout des banques, n’a pas encore eu les conséquences attendues par l’Elite sur le plan social. Nous le redisons clairement, les gens seront spoliés. L’épargne de millions de personnes va être aspirée de plus en plus vite et la classe moyenne sera inexistante à brève échéance. Il suffit pour s’en convaincre de voir les magouilles qui ont lieu actuellement sur les cours des métaux pour permettre à l’Elite de faire son dernier ramassage. C’est du moins ce que l’on nous a confié à deux reprises cette semaine, du côté de la Suisse.

L.I.E.S.I

Advertisements