L’humoriste est annoncé au centre de la communication. La salle réservée appartient au Département, qui se dit piégé.

Dieudonné pourra-t-il venir à Périgueux ? (photo d'archives AFP)

Dieudonné pourra-t-il venir à Périgueux ? (photo d’archives AFP)

Les affiches fleurissent actuellement à Périgueux et aux abords : Dieudonné, l’humoriste très contesté et persona non grata dans de nombreuses villes depuis qu’il a, en 2008, fait monter sur scène le négationniste Robert Faurisson, est annoncé au centre de la communication le 3 avril.

Dès le mois prochain, il démarre en effet une tournée dans l’Hexagone avec son nouveau spectacle « Rendez nous Jésus ». Sur son blog, est lancé un appel à ces admirateurs pour l’aider à trouver des salles privées. Il est précisé entre parenthèses : « Sans passer par la mairie bien évidemment puisque les maires me font des arrêtés municipaux pour pas que je vienne jouer dans leur ville. »

Petit hic : le centre de la communication (ex-centre des congrès), basé dans le quartier Saint-Georges, est propriété non plus de la Ville, mais du Conseil général.

Depuis hier, règne à l’hôtel du Département un certain malaise. Car à aucun moment le service chargé de la location du site n’a eu conscience de contracter avec le producteur-organisateur de la tournée de Dieudonné. « La réservation est arrivée en août. Mais quoi qu’il en soit, elle émanait d’une EURL appelée Phone Mobile, spécialisée dans la vente de téléphones. On a pensé à une soirée marketing d’une entreprise, comme il s’en fait plein. Il était juste indiqué qu’il y aurait un spectacle comique avec un ou deux one-man-show. À aucun moment il n’était question de Dieudonné… On s’est fait piéger », expliquait hier, très embarrassé Matthieu Druillole, directeur de cabinet du président Cazeau.

Des précédents

Le Département n’est pas la première collectivité locale surprise ainsi. Lors de la précédente tournée de Dieudonné, avec son spectacle « Mahmoud », plusieurs villes de l’ouest de la France, dont Angers ou Le Mans, ont découvert la même stratégie. La société Phone Mobile existe bel et bien et son responsable vend bien des téléphones. En 2009, celui-ci a voulu diversifier ses activités et se faire plaisir en créant une petite boîte de production. Dieudonné, interdit partout, obligé de tourner en bus, était à sa portée financière… Mais avec les soucis en prime.

Hier soir, au Conseil général, on disait avoir trouvé un moyen de casser la convention. Un courrier devrait partir aujourd’hui pour en aviser le « tourneur ». Un vice de forme serait mis en avant, histoire de ne pas passer pour des censeurs…

Source Sud-Ouest

Advertisements