Un drone miniature aéroporté a aidé les archéologues en prenant des images pour créer un modèle 3-D d’un ancien tertre funéraire en Russie.

ZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZ.jpg

  Le Microdrone md4-200, « quadrocopter » à quatre propulseurs, pèse à peine 1kg.
Les sites archéologiques se trouvent souvent dans des zones reculées et difficiles d’accès. Face à ces difficultés, les budgets limités des archéologues ne sont pas toujours d’une grande aide.

Petit et léger…

Des scientifiques ont ainsi décidé d’utiliser des drones pour étendre leur point de vue d’un de ces lieux difficile à atteindre.
D’après le chercheur Marijn Hendrickx, géographe à l’Université de Gand en Belgique, « cette méthode offre de nombreuses possibilités ».

La machine testée dans une région reculée de la Russie nommée Tuekta est un quatre hélice, un « quadrocopter »: le Microdrone MD4-200.
L’axe de son rotor est d’environ 70cm et il pèse environ 1.000 grammes; du coup il a été facile à transporter, et, d’après les chercheurs, il est très facile à piloter. L’appareil se stabilise en permanence et peut garder une hauteur donnée tant avoir à le manipuler.
De plus, le moteur ne génère quasiment pas de vibrations, de sorte que les photographies prises par la caméra montée sont suffisamment fines.

Selon le vent, la température et sa charge utile, le temps de vol maximum du drone est d’environ 20 minutes.

Tuekta se situe dans les montagnes de l’Altaï, où la Russie, la Chine, le Kazakhstan et la Mongolie se rejoignent. 

Les chercheurs y ont découvert des tumulus vieux de 2300 à 2800 années et pouvant faire jusqu’à 76 mètres de large. Ces tumulus, appelés « kourganes« , appartenaient probablement à des chefs ou des princes chez les Scythes, un peuple nomade connus pour leur équitation et qui possédaient un empire riche et puissant.

Certaines fouilles ont révélé des trésors en or et de nombreux artéfacts bien préservés par le pergélisol.
Ce sont près de 200 tumulus qui ont été découverts à Tuekta, située le long de la rivière Ursul.
Le cœur du site semble avoir été constitué d’une rangée de cinq tumulus scythes monumentaux avec des diamètres compris 42 et 76 mètres.

Malheureusement, dans cette zone d’étude, la plupart des tertres funéraires sont détruits.
La zone test choisie par les chercheurs mesurait environ 300 par 100 mètres, comprenant les cinq monticules géants et des dizaines de petites structures.
Ils ont piloté le drone à une hauteur de 40 mètres afin d’étudier une butte de manière plus détaillée.

Une zone cartographiée et modélisée grâce au microdrone

La légèreté du Microdrone a parfois été un problème comme l’explique Hendrickx: « dans la zone, nous avons dû faire face au vent qui se levait; à un certain moment nous avons même perdu la liaison radio avec le drone – ce qui a conduit à un sprint entre les kourganes. »

ZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZ.jpg

Un modèle 3-D d’un tertre funéraire scythe basé sur les images capturées par le microdrone.
CREDIT: Marijn Hendrickx

Néanmoins, les chercheurs ont collecté suffisamment de données avec le drone pour créer une carte numérique du relief du site et un modèle 3-D de la butte.
«Le modèle 3-D que nous avons créé nous donne la possibilité de calculer le volume du kourgane», ajoute Hendrickx, « avec ce volume et ces dimensions précises, la forme originale du kourgane peut être reconstruit. »

Les archéologues ont commencé à utiliser des drones aéroportés régulièrement depuis les dix dernières années au Pérou, en Autriche, en Espagne, en Turquie et en Mongolie. Les cartes résultantes peuvent aider les archéologues à appréhender la taille d’un site dans des endroits où les mises à jour des photographies aériennes ou satellitaires sont difficiles à obtenir.

Les chercheurs sont en train d’expérimenter un plus grand microdrone qui peut transporter plus de poids. « Il sera possible d’utiliser, par exemple, des caméras infrarouges, ou même un système de radar« , a déclaré Hendrickx, « Cela peut rendre possible de voir certaines choses que nous ne pouvons pas voir avec nos yeux. »

Source: