5 novembre 2011 (Nouvelle Solidarité) – Le Comité d’action politique de Lyndon LaRouche a été rejoint dans sa campagne pour l’éviction d’Obama par le professeur Francis Boyle, spécialiste reconnu en droit international à l’Université de l’Illinois. Dans une entrevue avec LPAC-TV, il a avancé les raisons pour lesquelles il est prêt à soutenir et conseiller tout membre du Congrès qui se déclarerait prêt à lancer une procédure de destitution contre Barack Obama. Très mobilisé depuis le début de la guerre franco-américaine en Libye, Boyle s’était auparavant engagé – pour les mêmes raisons – pour la destitution de George W. Bush.

Les multiples violations de la Constitution américaine sont pour lui la raison d’engager une telle procédure contre le Président américain, en particulier en ce qui concerne la guerre contre la Libye et le meurtre de citoyens américains. Dans les deux cas, Obama est selon lui allé bien plus loin que son prédécesseur Bush. Bush avait justifié la nécessité de ses guerres préventives en affirmant qu’il s’agissait de «  défendre l’intérêt national  » ; ces guerres allaient à l’encontre de toutes les avancées réalisées par les procès de Nuremberg. Au contraire, selon Boyle, pour Obama, tout Etat qui ne répond pas à ses critères de «  valeurs  » est une proie.

SPECIAL : Les assassinats ciblés et la dangereuse militarisation du régime Obama  

- Obama tire à vue sur des citoyens américains
- Impossible aux Etats-Unis ? Le sinistre précédent d’un coup fasciste
- Histoire drone : la dangereuse militarisation du régime Obama
- Un 3e américain assassiné par un drone d’Obama ; la machine à tuer d’Etat dévoilée
- « Ce qui est arrivé à Kadhafi & co. peut arriver aux Etats-Unis ou en Europe »
- « Kadhafi condamné à mort par Washington et Paris », Londres toujours aussi habile
- Assassinats ciblés : un constitutionnaliste de Chicago accuse Obama d’abus de pouvoir
- Assassinats ciblés : la presse danoise plus libre qu’en France ?
- JSOC : un commando de tueurs secrets au service d’Obama

Interrogé par Leandra Bernstein pour savoir jusqu’où tout cela nous mènerait, le professeur Boyle a répondu que ce qu’Obama est en train de faire nous mènerait à une troisième Guerre mondiale. Si Obama décide d’attaquer prochainement la Syrie puis l’Iran, cela entraînerait une réaction en chaîne qui mènerait à une guerre mondiale.

Parmi la «  très longue liste  » d’infractions à la loi par Obama, le professeur Boyle en souligne deux en particulier, qui à elles seules suffisent à entamer une procédure de destitution. «  La première est le meurtre de plusieurs citoyens américains au Yémen, la seconde la guerre illégale contre la Libye.  »

Boyle a souligné que le meurtre d’Anwar al-Awlaki, de son fils de 16 ans et de deux autres américains à l’aide de drones, représentent une «  infraction claire au cinquième amendement de la Constitution américaine, qui assure à tout américain le droit à un procès. (…) Si Obama peut simplement établir une liste de victimes, dont il exige le meurtre, comme cela s’est produit, sans autre forme d’autorisation – le tout en prétendant même qu’il n’aurait personne à qui il devrait demander l’autorisation – cela détruit toute la base sur laquelle repose la Constitution.  »

«  J’espère que tous les Américains, qu’ils soient démocrates, républicains, verts, socialistes ou communistes – je suis moi-même indépendant – sont d’accord avec moi, qu’aucun Président ne doit pouvoir utiliser son pouvoir pour assassiner un citoyen américain, pour quelque raison que ce soit.  »

«  La deuxième raison pour la destitution  », a déclaré le constitutionnaliste, «  est la guerre illégale contre la Libye, qui constitue une violation de la clause de déclaration de guerre (War Powers Clause) de la Constitution, ainsi que de la loi de 1973 sur les pouvoirs de guerre . (…) On peut dire clairement vers où cela nous mène si Obama n’est pas stoppé à temps. Nous pourrions nous retrouver en guerre contre la Syrie et/ou l’Iran et ce genre de guerre, en particulier contre l‘Iran, pourrait très vite dégénérer en une troisième Guerre mondiale. Je n’exagère pas. Les conséquences seraient incontrôlables.  »

Source: http://www.solidariteetprogres.org/Si-Obama-n-est-pas-stoppe-a-temps-ca-pourrait-tres-vite-degenerer-en_08238