Grâce à des films d’une qualité inédite, une équipe internationale donne la première description précise d’un phénomène atmosphérique mystérieux : les jets géants.

Par Viviane Thivent, le 13/10/2011

Le 7 mars 2010, sur l’île de La Réunion, un chasseur d’orage filmait cinq jets lumineux géants situés à une cinquantaine de kilomètres de l’endroit où il se trouvait. Une première, car jamais ces phénomènes météorologiques n’avaient été observés d’aussi près. Découverts en 2001 par des Américains, ces événements restaient très mystérieux. Tout ce que l’on savait d’eux, c’est qu’il s’agissait de connexions électriques très furtives – de quelques millisecondes – entre un nuage d’orage et l’ionosphère – une partie relativement conductrice de l’atmosphère – située à 90 kilomètres d’altitude.

Au cœur des pulses lumineux…
Un jet géant filmé sur l’île de La Réunion

Aujourd’hui, grâce à ces vidéos, aux images satellitaires de Meteosat7 et aux données du réseau mondial de surveillance des éclairs, une équipe internationale a pu décrire ces manifestations électriques (S. Soula et al., J. Geophys. Res., in press). Les résultats montrent que les jets géants naissent dans la zone convective de l’orage, là où l’activité électrique est la plus élevée. Chaque jet est précédé, au cœur du nuage, de pulses lumineux très intenses. En outre, la charge électrique transportée lors de chaque jet est très importante et représenterait plusieurs centaines de coulombs (unité de charge électrique). À titre comparatif, la foudre ne transporte que 10 coulombs vers le sol. Les jets géants joueraient donc un rôle majeur dans le circuit électrique planétaire.

Viviane Thivent, le 13/10/2011