EDF a été condamnée pour avoir espionné l'organisation environnementale Greenpeace.

EDF a été condamnée pour avoir espionné l’organisation environnementale Greenpeace.AP/JACQUES BRINON

La justice a condamné jeudi EDF à une amende d’1,5 million d’euros et le cycliste américain Floyd Landis à un an de prison avec sursis, pour de l’espionnage informatique aux dépens respectivement de Greenpeace et du laboratoire antidopage français.

Le tribunal correctionnel de Nanterre a déclaré EDF coupable de « complicité de piratage informatique » et de recel de documents confidentiels volés sur l’ordinateur de Yannick Jadot, alors dirigeant de Greenpeace, aujourd’hui porte-parole d’Eva Joly, candidat écologiste à la présidentielle.

Deux anciens des plus hauts responsables de la sécurité d’EDF, l’ancien policier Pierre-Paul François et l’ancien contre-amiral Pascal Durieux, soupçonnés d’avoir mandaté une officine privée pour s’introduire dans l’ordinateur, ont été déclarés coupables et condamnés à respectivement six et un an de prison ferme.

Au cours du procès, un ancien membre de la DGSE, reconverti dans la veille stratégique, a reconnu avoir organisé en 2006 le piratage d’un ordinateur de l’organisation écologiste à la demande d’EDF, pour mieux anticiper ses actions liées au réacteur nucléaire EPR à Flamanville.

EDF, elle, estime être victime de cet intermédiaire, qui aurait outrepassé ses consignes, poussé par ses cadres, particulièrement zélés. L’entreprise française devrait faire appel de sa condamnation.

L’autre accusé dans ce procès, l’ancien cycliste américian Floys Landis, a lui écopé d’une peine d’un an de prison avec sursis. Le vainqueur déchu du Tour de France était soupçonné d’avoir commandité le piratage des ordinateurs du Laboratoire national de dépistage du dopage (LNDD), l’organisme français qui l’avait convaincu de dopage.

Source Le monde.fr

Advertisements