Par Benoit

A l’occasion d’un discours prononcé à Avignon vendredi dernier, Nicolas Sarkozy a évoqué les prochains chantiers pour l’Hadopi (Haute Autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur Internet). Après s’être attaqué au P2P, l’Etat veut lutter contre les sites de streaming

« Sur les sites de streaming, l’idéologie du partage, c’est l’idéologie de l’argent: je vole d’un côté et je vends de l’autre » a déclaré le président de la République dans le cadre d’une réunion le 19 octobre dernier sur « La Culture à l’ère du numérique ». La nouvelle cible de la Haute Autorité est donc toute désignée.

Encore faudra-t-il trouver des solutions. En effet, lorsqu’un internaute visionne des films ou écoute de la musique sur un site de streaming il n’est pas dans l’illégalité. En revanche les diffuseurs, eux, s’ils n’ont pas les droits enfreignent la loi.

Mais voilà, le hic c’est que la plupart d’entre eux hébergent leurs sites à l’étranger. Alors la Hadopi devra trouver d’autres solutions. Le filtrage de ce genre de sites est une possibilité, de même que l’interdiction pour les internautes d’aller sur ces plateformes.

Malgré tout, là encore il est possible de passer outre ces restrictions notamment via un proxy. Par ailleurs, quand bien même ces solutions seraient efficaces, il faudra encore lutter contre les plateformes telles MegaUpload ou RapidShare largement utilisées pour télécharger des contenus.

Le piratage a donc encore de beaux jours devant lui contrairement à ce que le président de la République a pu déclarer : « Grâce à la loi Hadopi, le piratage à diminué de 35%Il y a donc 35% de piratage en moins« . Une conclusion un peu facile …

[Le Monde]

Via Gizmodo