Par  Via Gizmodo.Fr

Des chercheurs de l’université de Stanford ont réussi à créer de la peau artificielle. Sauf que c’est un peu plus que ça, ce derme est apte à être étiré jusqu’à deux fois sa taille et dans tous les sens cela va de soi. La « Super peau » reprendra ensuite son apparence initiale sans aucun dommage.

Le chercheur à l’origine de cette découverte est le professeur Zhenan Bao, il a mis au point ce matériau grâce aux célèbres nanotubes. Cet agrégé en génie chimique a travaillé de concert avec l’Université de Californie-Davis et le Samsung Advanced Institute of Technology (SAIT).

Dans sa quête de création d’une super-peau, le professeur a mis au point un capteur, il utilise un film transparent de nanotubes de carbone qui agissent comme de minuscules ressorts. Le capteur peut mesurer précisément la force exercée sur lui-même et la restituer avec exactitude.

Il peut endurer la simple pression d’un doigt comme celle exercée par un éléphant sur une seule patte. On aurait aimé une vidéo de démonstration avec l’éléphant mais passons. Peu importe la compression ou l’étirement, la peau reprend sa forme initiale, sans aucun dégât.

Les capteurs se composent de deux couches de silicone, la première couche contient une charge électrique, aussi lorsque la couche supérieure se comprime, elle modifie la charge électrique de sa voisine. Les nanotubes de carbone détectent le changement le plus infime et le restituent promptement.

Les possibilités concernant son utilisation sont infinies toutefois c’est la branche de la médecine qui est plus particulièrement concernée. Robots, prothèses, membres artificiels devraient profiter rapidement de cette découverte. Nous, on pense surtout aux écrans tactiles d’autant que le projet est réalisé en collaboration avec Samsung Advanced Institute of Technology …

[stanford]

© fuzzy3d – Fotolia.com