En lisant cette phrase par exemple, vous entendez probablement sans vous en rendre compte le son des mots que vous lisez dans votre tête. Eh bien ces pensées de sons se traduisent en changements infimes dans l’activité de certaines parties de votre cerveau,  détectables sous la forme d’ondes cérébrales par des éléctrodes.

La méthode publiée dans le journal scientifique PLoS Biology par Brian Pasley et ses collaborateurs de l’Université de Berkeley, est inspirée d’un autre papier du chercheur Jack Gallant publié il y a quelque mois et qui dévoilait une méthode pour reconstruire les images dans les pensées directement sur un écran (voir l’article Geek Café sur le sujet).

Dans cette étude, Pasley s’est concentré sur une zone du cerveau répondant au doux nom de Gyrus temporal supérieur (GTS). Cette vaste région est impliquée dans l’ouïe mais correspond également à une zone de traitement complexe des informations qui nous permet de donner du sens à ce que nous entendons.

L’équipe a mesuré les ondes cérébrales en provenance des GTS de 15 patients en chirurgie pendant que des hauts-parleurs leur faisaient entendre des mots ou des phrases… puis a reconstruit les sons grâce à un model du fonctionnement de la zone du cerveau.

Voici un aperçu des résultats en vidéo de moins d’une minute mais franchement impressionnant, via le New Scientist (si la video ne marche pas essayez ici ou ici)

Cette vidéo est donc bien la reconstruction des sons à partir des ondes cérébrales… rien d ‘autre. Comme vous avez pu l’entendre, certains mots comme « structure » sont étonnamment clairs, pour les autres il reste du travail mais le résultat est déjà impressionnant.

Sur le moyen et le long terme, ces travaux pourront servir aux paralysés ou potentiellement à des patients dans certains types de coma de pouvoir communiquer avec le monde extérieur… et puis voyons le bon côté des choses, ce genre d’avancées pourrait rendre plus ou moins obsolète la torture, même si les scientifiques disent qu’avant d’être exploitée la technologie a encore besoin de beaucoup d’améliorations.

[BBC] [New Scientist] [PLoS Biology]