Wikileaks se cherche une nouvelle nation

Après The Pirate Bay qui cherchait un moyen d’héberger ses serveurs offshore, c’est au tour de Wikileaks de se chercher une « nation » où aucun gouvernement n’aurait d’emprise sur leurs serveurs. Et d’après FoxNews, la solution serait les eaux internationales. Il ne semble pas y avoir des centaines de possibilités par contre… La plus connues, voire la seule étant Sealand, une plateforme située en mer du Nord, au large de l’Angleterre et datant de la Seconde Guerre mondiale.

Prince Michael helipad Wikileaks se cherche une nouvelle nation

Son propriétaire a décidé de faire de Sealand un micro état.

Passport Wikileaks se cherche une nouvelle nation

Maintenant, depuis le temps que Sealand est à vendre (ou à louer), je pense que si vraiment c’était une bonne affaire, certains y seraient déjà. Car ce n’est pas tout, une plateforme comme ça, ça peut se faire dynamiter la nuit par des barbouzes sous les ordres de n’importe quel gouvernement peu scrupuleux… Donc bon, ça reste risqué🙂

Par contre, je pense qu’il y a un vrai marché de niche sur ce genre de truc. Monter un gigantesque datacenter au milieu du Pacifique, défendu jour et nuit par des mercenaires armés jusqu’aux dents, avec blindage et bouclier antimissile, ça pourrait avoir un sens… Enfin, jusqu’au jour ou le câble sous-marin qui relie au net cette plateforme est coupé par de mystérieux hommes-grenouilles😀

Alalala… si j’étais le proprio de la Corée du Nord, je me lancerais à fond dans l’économie numérique et l’hébergement de datacenters… je pense que ça serait très porteur😀

Source