» Diviser pour mieux régner  »

Cette citation bien connue est plus que jamais d’actualité. Les médias liés aux politiques, eux-mêmes liés aux multinationales cherchent à nous faire détester les uns des autres.

Déteste ton voisin si il n’a pas la même couleur que toi, ton collègue s’il veut monter l’échelle sociale factice (qui donne l’illusion d’une richesse toute aussi factice) avant toi, ton ami fils d’immigré fuyant l’appauvrissement de son pays par ton pays, ton frère, chômeur et « branleur » grâce à un patron du Cac40 qui t’explique à la télé qu’il est victime de la mondialisation qu’il a pourtant lui-même voulu, ta femme parce qu’elle a eu la bonne idée d’être fonctionnaire et c’est bien connu, les fonctionnaires sont tous des faignants ! Et on pourrait citer bien d’autres exemples !

Mais les vrais coupables ne sont pas ces gens là, victimes de la même chose que toi. Les coupables de l’appauvrissement généralisé (financier, intellectuel et environnemental) sont ceux qui cherchent à nous déshumaniser par tous les moyens (émissions débiles, compétition économique toujours plus rude, faux débat politique, sur l’identité nationale par exemple, journaux télé, greenwashing, …)

Alors, pour contrer cela, employons les armes que nous avons. Allons chercher l’information nous même. N’hésitons pas à boycotter les produits dont on sait pertinemment qu’ils sont néfastes pour la santé de la société, les produits mauvais pour l’environnement ou imposant des conditions de travail difficiles. A ce sujet Coluche disait : « et dire qu’il suffirait que l’on n’achète pas pour que ça se vende pas ! » Consommons donc local, équitable et refusons le superflu.

Renouons avec le dialogue, le partage, l’entraide et le système D. Il existe et il se créer plein de solutions partout: vente directe au producteur ou au marché local, A.M.A.P., système des Ruches (voir la Ruche qui dit Oui sur Internet), réseaux d’entraide, consommation collaborative, sites et pages Internet…

Il n’y a pas de mal à s’interroger et à remettre en cause, et le changement doit être avant tout individuel.

Ce changement passe par nous tous, par moi et par toi lecteur, que tu sois chômeur, étudiant, hippie, bosseur, homo ou hétéro, gros ou maigre, écolo ou en passe de l’être, peu importe tes origines et tes croyances, puisque de toute façon nous sommes tous des CONSOMMATEURS.

Un article de Le Changement par la Consommation, posté sur une des pages Facebook de l’Association.

Source Le Changement par la Consommation via Sos-Planète via les moutonsenragés.Fr