Category: Info internationale



« Le N.O.M ??? »
16 Février 2012 Par RAOUL MARC JENNAR

Pour rappel :

-TUE : traité sur l’Union européenne, première partie du traité de Lisbonne

-TFUE : traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, deuxième partie du traité de Lisbonne

-Conseil européen : réunion des Chefs d’Etat et de gouvernement

– Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance dans l’Union économique et monétaire (TSCG) : le traité Merkel-Sarkozy  encore appelé Pacte budgétaire adopté par 25 des 27 Chefs d’Etat et de Gouvernement le 30 janvier 2012. Il doit être signé le 1 ou le 2 mars avant la ratification par les différents Etats signataires.

Le mardi 21 février, à la demande du gouvernement, l’Assemblée nationale examinera en procédure d’urgence deux projets de loi :

a)    le projet de loi ratifiant la décision du Conseil européen de modifier l’article 136 du TFUE

b)    le projet de loi ratifiant le traité instituant le Mécanisme européen de stabilité (MES)

Ce qui se prépare dans un silence scandaleux alors que ces projets devraient être au cœur des débats dans toute la presse, va au-delà de tout ce qu’on a connu jusqu’ici, au niveau européen, en matière d’abandon de souveraineté, de recul démocratique et d’opacité.

Pour s’en rendre compte, il faut savoir ce qu’est le MES et de quelle procédure on use pour le faire adopter.

Le Mécanisme Européen de Stabilité (MES) : un FMI européen

Le texte définitif du traité instituant le MES a été adopté par les représentants des Etats membres de la zone euro le 2 février 2012.

Ce MES est destiné à prendre, à partir de juin 2013, la suite des instruments créés en 2010 pour faire face à la crise de la dette. Ce MES et le Pacte budgétaire (TSCG) sont complémentaires : à partir du 1 mars 2013, pour avoir accès aux aides du MES un Etat devra avoir accepté toutes les dispositions sur l’austérité budgétaire contenues dans le TSCG.

Le MES, dont le siège est fixé à Luxembourg, est doté du statut d’une institution financière internationale bénéficiant des immunités dont jouissent les institutions internationales. Il n’a donc aucun compte à rendre ni au Parlement européen, ni aux parlements nationaux, ni aux citoyens des Etats membres et ne peut en aucun cas faire l’objet de poursuites. Par contre, doté de la personnalité juridique, le MES pourra ester en justice. Locaux et archives du MES sont inviolables. Il est exempté de toute obligation imposée par la législation d’un Etat Membre.  Le MES, ses biens, fonds et avoirs jouissent de l’immunité de toute forme de procédure judiciaire.

En cas de litige entre le MES et un Etat Membre, c’est la Cour de Justice de l’UE qui est compétente.

Les membres du MES sont les Etats de la zone euro. L’institution est dirigée par un collège composé des ministres des finances des Etats membres appelés pour la circonstance « gouverneurs ».  Ces gouverneurs désignent un conseil d’administration. Un Directeur général est nommé. Le Conseil des gouverneurs est compétent pour toutes les décisions relatives à l’intervention du MES. Le Conseil d’administration est compétent pour la gestion de l’institution. Le secret professionnel est imposé à toute personne travaillant ou ayant travaillé pour le MES. Toutes les personnes exerçant une activité au sein du MES bénéficient de l’inviolabilité de leurs papiers et documents officiels et ne peuvent faire l’objet de poursuites en raison des actes accomplis dans l’exercice de leurs fonctions.

Le but du MES est de « mobiliser des ressources financières et de fournir, sous une stricte conditionnalité, » un soutien à la stabilité d’un de ses Etats membres qui connaît des graves difficultés financières susceptibles de menacer la stabilité financière de la zone euro. A cette fin, il est autorisé à lever des fonds. Son capital est fixé à 700 Milliards d’euros. La contribution de chaque Etat a été déterminée de la manière suivante :

Membres du MES et

capital souscrit en EUR

Allemagne                                                                                    190 024 800 000

France                                                                                           142 701 300 000

Italie                                                                                              125 395 900 000

Espagne                                                                                          83 325 900 000

Pays-Bas                                                                                         40 019 000 000

Belgique                                                                                         24.339.700.000

Grèce                                                                                              19 716 900 000

Autriche                                                                                         19 483 800 000

Portugal                                                                                          17 564 400 000

Finlande                                                                                          12 581 800 000

Irlande                                                                                             11 145 400 000

République Slovaque                                                                      5 768 000 000

Slovénie                                                                                             2 993 200 000

Luxembourg                                                                                      1 752 800 000

Chypre                                                                                                1 373 400 000

Estonie                                                                                                1 302 000 000

Malte                                                                                                      511 700 000

Total                                                                                               700 000 000 000

 

Les Etats Membres, par ce traité, s’engagent « de manière irrévocable et inconditionnelle » à fournir leur contribution au capital du MES. Ils s’engagent à verser les fonds demandés par le MES dans les 7 jours suivant la réception de la demande.

Le MES peut décider de revoir les contributions de chaque Etat membre. Cette décision s’imposera automatiquement.

Lorsqu’un Etat Membre sollicite une demande de soutien à la stabilité, c’est la Commission européenne en liaison avec la Banque Centrale Européenne (BCE) qui est chargée d’évaluer le risque pour la stabilité de la zone euro, d’évaluer, en collaboration avec le FMI, la soutenabilité de l’endettement public du pays demandeur et d’évaluer les besoins réels de financement de ce dernier.

Lorsque le MES décide d’octroyer un soutien à la stabilité, c’est la Commission européenne, en liaison avec la BCE et le FMI, qui négocie avec l’Etat demandeur les conditions dont est assorti ce soutien. Cette négociation doit s’inscrire dans le respect du Pacte budgétaire (TSCG.) La Commission européenne, en liaison avec la BCE et le FMI, est chargée du respect des conditions imposées.

Le traité entrera en vigueur deux mois après le dépôt des instruments de ratification par les Etats signataires dont la souscription représente 90% du total.

On s’en rend compte, les gouvernements signataires de ce traité ont créé un monstre institutionnel contre lequel les Etats eux–mêmes et à fortiori les peuples seront désormais totalement impuissants. Ainsi se poursuit, sous la pression du monde de la finance et des affaires, le démembrement du siège de la souveraineté populaire, l’Etat, au profit d’institutions échappant à tout contrôle.

Une procédure illégale

La création du MES exige une modification de l’article 136 du TFUE. Cette modification, qui est possible si on recourt à la procédure simplifiée pour modifier un traité européen, a été proposée par la Commission européenne et adoptée par le Conseil européen le 25 mars 2011. Elle est formulée comme suit :

« A l’article 136, paragraphe 1, du TFUE, le point suivant est ajouté :

Les Etats membres dont la monnaie est l’euro peuvent établir un mécanisme de stabilité pouvant, si nécessaire, être activé dans le but de préserver la stabilité de la zone euro dans son ensemble. L’octroi de toute aide financière en vertu du mécanisme sera soumis à de strictes conditionnalités. »

Il est précisé que la base légale de cette modification de l’article 136 du TFUE, via la procédure simplifiée, est fournie par l’article 48, paragraphe 6, du TUE.

Or, cet article stipule, en son §6, alinéa 3, qu’une décision prise sous le régime de la procédure simplifiée « ne peut pas accroître les compétences attribuées à l’Union dans les traités. »

Les défenseurs du MES considèrent qu’ils n’y a pas accroissement des compétences de l’Union puisque, formellement, le MES ne serait pas une institution de l’Union. C’est jouer avec les mots, et manipuler dangereusement les textes, car le traité créant le MES indique clairement que le MES implique la participation directe de la Commission européenne, et, en cas de litige, celle de la Cour de Justice de l’UE, deux institutions de l’Union. En outre, le Commissaire européen en charge des affaires économiques et monétaires siègera dans l’instance dirigeante du MES en qualité d’observateur. C’est la Commission européenne qui sera mandatée pour imposer à l’Etat concerné les conditions d’une intervention du MES.

Il n’est pas contestable que le MES diminue les pouvoirs des Etats membres et augmente les compétences attribuées à l’Union, en particulier les pouvoirs de la Commission européenne.

Le projet de loi soumis le 21 février à l’Assemblée nationale pour ratifier la modification à l’article 136 du TFUE vise donc à permettre une extension des compétences de l’Union européenne en toute illégalité.

Un coup d’Etat

Qu’est-ce qu’un coup d’Etat ? C’est le remplacement d’un pouvoir légitime, issu du peuple, par un pouvoir qui ne l’est pas.

Le transfert, en toute illégalité, à des autorités européennes et internationales qui ne sont soumises à aucun contrôle démocratique de pouvoirs qui relèvent pas nature de la souveraineté populaire s’apparente à un véritable coup d’Etat.

Les gouvernants qui sont à la manoeuvre manifestent leur plus total mépris du respect des exigences démocratiques. Par des artifices de procédure, en interprétant abusivement des règles dont ils se moquent, ils se font les complices d’une entreprise de démantèlement de la démocratie et d’effacement d’un acquis fondamental dans l’histoire de l’humanité : la souveraineté du peuple.

Deux traités démocraticides

Avec le MES et le Pacte budgétaire (TSCG) , les peuples qui ont déjà été dépossédés des choix en matière monétaire du fait de la manière dont est géré l’euro (en particulier, le statut et les missions de la Banque Centrale Européenne), seront désormais dépossédés de tout pouvoir en matière budgétaire.

Rappelons que la démocratie est née progressivement du droit réclamé par les peuples de contrôler les dépenses des gouvernants. La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, adoptée le 26 août 1789, en son article XIV, proclame que « Tous les citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs Représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée. »

C’est ce droit fondamental qui leur est aujourd’hui enlevé.  En violation d’une disposition inscrite dans la Constitution de la République :  « Le peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l’homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu’ils ont été définis par la Déclaration de 1789, confirmée et complétée par le préambule de la Constitution de 1946 (…). »

Ceux qui approuveront les deux projets de loi soumis le 21 février approuveront le Pacte budgétaire (TSCG) puisqu’ils sont étroitement liés. Les promesses de renégociation de ce dernier perdent leur peu de crédibilité si leurs auteurs approuvent le MES.

Ces deux traités MES et TSCG confirment que la construction européenne s’est définitivement éloignée de l’idéal démocratique.

Ces deux traités sont, contrairement à ce qu’affirme Hollande, étroitement liés. Ils alimentent l’un et l’autre transfert de pouvoir et perte de souveraineté rendant possible une totale mise sous tutelle financière et budgétaire des Etats et des peuples.

La France est la première à engager la procédure de ratification du MES. Des mouvements d’opposition se lèvent dans plusieurs pays signataires qui interpellent les élus sur leur attitude future.

En France, à ce jour, seuls Jean-Luc Mélenchon au nom du Front de Gauche et Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force Ouvrière, se sont prononcés clairement contre le MES et ont appelé les parlementaires à ne pas voter les textes soumis le 21 février.

Si ces deux textes soumis le 21 février sont adoptés, il est indispensable que soit saisi le Conseil constitutionnel. Y a-t-il, dans le Parlement du pays qui a donné au monde les progrès de 1789, 60 députés et sénateurs pour soumettre au respect de la Constitution des traités qui la violent ?

Raoul Marc Jennar Source http://blogs.mediapart.fr/

Publicités

par Nadia Khost

« L’intellectuelle Nadia Khost, figure très respectée et estimée en Syrie, est l’auteur de ce texte dense, brillant, porté par le souffle de son indignation vis-à-vis de ceux qui s’emploient aujourd’hui à détruire son pays et son indépendance. » Silvia Cattori

Se préparant à envahir l’Irak, Bush envoyait au monde ce message menaçant : « Soit vous êtes avec nous, soit vous êtes contre nous ! ». Cette même dictature brutale utilise aujourd’hui ce même langage sous prétexte de promouvoir la « démocratie ».

N’est-ce pas ce que signifie le « dégoût » exprimé par la représentante des États-Unis, au sujet des vétos russe et chinois ? Il n’est même pas permis à de grandes nations comme la Chine et la Russie d’avoir une vision différente de celle des États-Unis ! Quant au président français, Nicolas Sarkozy, il ne reconnaît que la seule décision occidentale légitimant l’ingérence en Syrie !

Conformément à cette vision de la « démocratie », le projet occidental a déterminé les caractéristiques de l’État syrien qu’il veut fabriquer :

  1. Il n’a pas exigé des élections qui révéleraient l’État que les citoyens syriens acceptent et celui qu’ils refusent. Cela, malgré le fait que la nouvelle loi sur les élections a garanti le droit des représentants des candidats de surveiller les urnes du début des élections, jusqu’à l’ouverture des urnes.
  2. Il ne s’est pas soucié des millions de Syriens qui ont manifesté en Syrie en criant « Non à l’ingérence ! ».

Ceux qui ont suivi les manifestations savent que c’est la réponse des Syriens au projet de l’Occident et du Golfe, et aux bandes armées. Ils remarqueront également que les femmes au foyer ont participé avec ardeur à ces manifestations.

Les dirigeants occidentaux ont ignoré les choix et les volontés du peuple syrien ; ils ont fermé les yeux sur les gangs armés, même après que les observateurs de la Ligue arabe aient consigné leurs crimes.

Une première manifestation de « démocratie » donnée par le Conseil de salut national d’Istanbul [1] a consisté à frapper à coups de bâtons la délégation d’artistes et d’intellectuels et la délégation des opposants syriens de l’intérieur, à l’entrée du siège de la Ligue Arabe au Caire, parce que ces deux délégations refusaient l’ingérence extérieure dans les affaires internes de la Syrie.

Et à la suite du débat sur le dossier syrien au Conseil de Sécurité de l’ONU, les partisans de ce Conseil d’Istanbul ont attaqué les ambassades syriennes au Caire, au Koweït, à Athènes, à Amman, à Berlin, à Londres. Ils ont saccagé ou pillé les locaux ; ils ont frappé le personnel qui s’y trouvait.

Quelle belle expression de « démocratie » !

D’où viennent ces « démocrates » soudainement apparus ? La rue syrienne n’a pas entendu leur voix avant mars 2011 !

Alors que nous, les Syriens de l’intérieur, nous avions critiqué la politique qui a conduit à l’économie de marché, et les responsables de cette politique. Nous avions souligné la continuité entre la politique et l’économie, et la relation entre la position politique nationale et les droits de l’Homme. Nous avions mis en garde quant aux conséquences dangereuses de la privatisation. Et nous avions affirmé que le salut de la nation passe par la garantie du secteur public.

Nous, les Syriens de l’intérieur, avions également rappelé l’œuvre de Khaled Alazem, l’économiste de la bourgeoisie patriotique qui, dans les années 50, avait participé à la mise en place d’un système public puissant, avec l’aide de l’Union Soviétique. Et nous avions dénoncé publiquement la tutelle exercée par certains hauts fonctionnaires, notamment les maires, et combattu l’expropriation des maisons privées.

Et à cette époque, après avoir participé à des congrès, à des réunions, ou après avoir écrit des articles, nous rentrions chez nous en toute sécurité, même après minuit. Nous allions au théâtre, à des conférences culturelles. Nous nous déplacions entre Damas, Alep et Lattakié. Nous allions chercher l’eau pure de la source Boukein, et cueillir les coings et les pommes de Zabadani. [2]

Tandis qu’aujourd’hui, grâce aux méfaits du projet de « démocratie » occidentale et qatarie, le citoyen syrien ne peut plus se rendre en voiture à Alep, car les brigands armés les mitraillent et qu’ils risquent de subir le sort des ouvriers du textile dont le car a été soufflé à l’explosif à Idleb. Ou le sort de l’ambulancier tué à Rastan. Ou le sort du médecin kidnappé à Hama. N’importe quel citoyen syrien peut être tué, pendant que ses tueurs « démocrates » le filment et reçoivent, du Qatar ou de l’Arabie Saoudite, le salaire des images atroces qu’ils livrent à Al Jazeera ou Al Arabiya [Leurs commentaires disant que ce sont les forces de Bachar el-Assad qui les ont tués. – NdT].

La Syrie n’a jamais connu un tel mépris de l’être humain ! Et l’Occident et ses laquais du Golfe prétendent débarrasser son peuple d’une dictature ?

Pourquoi donc ne connaissions-nous pas la peur avant mars 2011 ?

Nous nous promenions sans peur. Nous allions de Damas à Lattakié, sur la route de Bloudan [la même route qui conduit à Zabadani – Ndt] embouteillée par les sorties du week-end. Nous allions nous promener à la Ghouta [les vergers autour de Damas – Ndt] durant la floraison des pêchers et subissions parfois les embouteillages sur la route de Lattakié à Damas.

Pourquoi cette « démocratie » est-elle venue semer la peur avec ses tirs, ses explosifs, nous interdisant de voyager, de sortir en excursion en fin de semaine ? Pourquoi répand-t-elle la terreur sur la route aux environs de Talkalakh, en ces lieux où des gangs de tueurs et de trafiquants d’armes peuvent à tout moment attaquer les voyageurs ?

Pourquoi les hôtels de la côte et les routes verdoyantes sont-ils maintenant désertés ? [dans le nord de la Syrie – Ndt] Pourquoi n’avons-nous plus de soirées pour agrémenter nos nuits ? Même dans le quartier paisible de Mezzé, [banlieue résidentielle de Damas – Ntd], une voiture piégée a été déminée hier.

Qui peut oser s’opposer aux bandes armées là où elles déploient leur menaçante influence ? Combien de commerçants dans la banlieue de Damas n’ont-ils pas été tués parce qu’ils ont refusé de fermer leur commerce de manière à simuler une grève générale spontanée contre le régime ?

Nous découvrons, sur les écrans télévisés, qui sont ces opposants qui, en Syrie, mettent à exécution par les armes le projet « démocratique » programmé par les pays du Golfe et l’Occident.

Voici par exemple le cas d’un Libanais qui vivait de la contrebande de marchandises vers la Syrie et qui a perdu son « travail » suite à la crise au Liban. Un autre Libanais lui a alors proposé un trafic d’armes et de drogue vers la Syrie. Trois transports lui ont rapporté la somme de 20 000 livres syriennes !

Il y a de quoi méditer sur la situation de détresse, de pauvreté et d’ignorance qui conduit un homme à accepter de devenir une machine à tuer, pleine de haine. Consacrées au financement de projets constructifs, les sommes versées à des bandes armées par les pays du Golfe auraient pu arracher à la misère cette classe sociale déchue.

Aucun doute possible : ces gangs ne sont pas une « armée libre » qui se sacrifie pour sa patrie. Ce sont des criminels ; des mercenaires. A-t-on jamais vu une « armée libre » se réjouir en démembrant ses frères et sœurs, ou en les jetant dans le fleuve Oronte, têtes coupées sanguinolentes ?

A-t-on jamais vu dans l’Histoire humaine une « armée libre » faire exploser des trains, détruire des gazoducs, des oléoducs, des réseaux d’électricité, brûler les immeubles, les biens publics, piller des camions transportant du sucre, du riz ou du mazout, au détriment de son peuple ? A-t-on jamais vu une « armée libre » assassiner les techniciens, médecins, scientifiques, et professeurs d’universités ; enlever leurs frères et sœurs pour ensuite demander à leurs pauvres parents une rançon en contrepartie de leur libération ?

A-t-on jamais vu dans l’Histoire humaine, des princes et des tyrans financer une « armée libre » patriotique ? Est-il pensable qu’une armée arabe patriotique puisse être équipée d’armes fabriquées par l’État d’Israël qui occupe le Golan syrien ? Est-il acceptable que des chaînes télévisées étrangères se consacrent à filmer et présenter des criminels d’une prétendue « armée libre » sous un angle élogieux !?

Radwan Zyiadé, membre du Conseil de salut national, a demandé que le dossier syrien soit étudié sous l’article 7 [de la Charte des Nations Unies –Ndt], qui autorise une intervention militaire étrangère contre la Syrie. Y a-t-il jamais eu des mouvements de libération dans le monde qui ont vu leurs dirigeants réclamer une intervention militaire contre leur propre pays ?

Tout au contraire, les mouvements de libération ont été créés pour empêcher l’ingérence !

Donc, le différend entre la Syrie, les dirigeants occidentaux et leurs accolytes syriens, ne porte pas sur la démocratie. Ces États, qui soutiennent les régimes tyranniques du Golfe, qui ont envahi la Lybie, qui ont commis des crimes à Abou Ghraïb, qui ont tué plus d’un million d’Irakiens, et qui garantissent l’impunité des criminels de guerre israéliens, ne défendent pas la démocratie.

Le célèbre journaliste Mohamed Hasanein Haikal nous dit :

« Ce que vit le monde arabe actuellement n’est pas un printemps, c’est un nouveau Sykes-Picot pour le diviser et se partager ses richesses et ses positions stratégiques. »

Je puis en témoigner. Je fais partie des onze membres, d’horizons différents, qui ont rédigé la nouvelle loi sur les médias ; le premier résultat obtenu sur le chemin des réformes. Nous nous sommes inspirés des lois établies en Occident pour garantir le respect de la liberté de l’information qui, découvrons-nous, ne sont pas respectées par les médias occidentaux qui cachent à leurs peuples la vérité sur les événements en Syrie. Nous avons entendu des représentants des Nations Unies, et des médias égyptiens et libanais. Nos réunions étaient très animées, les différents avis s’affrontant. Nous avons su nous mettre d’accord sur la loi qui garantit le droit à l’information, l’interdiction d’emprisonnement. Et qui exige la transparence et la déclaration du financement des médias et l’interdiction d’autorisation à n’importe quel média qui serait fondé sur des bases confessionnelles ou ethniques. Et nous nous sommes mis d’accord pour que la relation avec les chaînes, les journaux et les radios ne dépende plus du ministère de l’Information, mais d’un « Conseil national de l’information à créer ».

Ce conseil a vu le jour le 20 novembre 2011. Il est composé de personnalités variées ayant une expérience dans les médias, et qui partagent l’objectif de protéger la liberté d’expression sous le toit de la patrie. Ce conseil a organisé des rencontres avec diverses personnalités médiatiques, qui ont fait part de leur expérience et de leur critique pointue de la réalité médiatique et politique, et qui ont exprimé leurs points de vue et leurs propositions. Le Conseil a pris note de tout cela pour en tenir compte dans la rédaction de la politique relative aux médias.

Dans le bâtiment où nous nous rencontrions, se réunissait aussi la commission chargée de la rédaction de la nouvelle Constitution, composée de personnalités venues de la société civile, des partis politiques ainsi que de techniciens et de spécialistes. Des articles que l’ont croyait intouchables ont été complètement modifiés. Le texte de la nouvelle Constitution sera publié et soumis à référendum.

Pendant ces mois orageux, a été rendue publique la Loi sur les partis qui interdit qu’ils soient créés sur des bases religieuses, confessionnelles ou ethniques, et qui exige la transparence de leur financement. Quatre nouveaux partis ont été constitués. La loi sur les élections a déjà été publiée. Ces lois sont les bases d’une nouvelle vie politique. Pouvons-nous l’ignorer ?

Nous ne pouvons pas ignorer non plus un événement d’une grande importance : la rencontre consultative qui a réuni 200 personnalités syriennes, représentant les divers courants politiques et idéologiques, présidée par le vice-président de la République. J’y ai participé en tant qu’écrivain indépendant. Nous avons entendu des interventions que, je pense, aucune institution politique arabe dirigeante ne supporterait. Certaines ne réclamaient pas seulement la suppression de la constitution du paragraphe relatif à la gouvernance du pays par le parti Baath, mais demandaient la suppression du parti lui-même, en feignant d’ignorer ce que ce parti a apporté en matière de santé publique, d’éducation nationale et d’aide économique dont jouit le peuple syrien, sans oublier sa politique étrangère d’indépendance nationale et patriotique… en feignant aussi d’ignorer les bandes armées qui sévissent actuellement sur notre territoire !

N’importe quel politicien objectif ne peut ignorer que le parti Baath est la colonne vertébrale de la vie politique syrienne aujourd’hui, et que sa suppression ou sa dissolution entraînerait un chaos semblable à celui qu’a connu l’Union soviétique après sa chute. Ceci ne nie pas la nécessité nationale de l’épurer des opportunistes et des corrompus. Et ceci s’applique aussi aux autres partis.

Et c’est ainsi que se sont déroulées, durant les derniers mois, des réunions pour étudier les événements en Syrie, dont une réunion rassemblant environ 400 anciens diplômés de Russie et des États de l’ex-Union soviétique, dont beaucoup se sont exprimés avec extrémisme et dureté. J’ai parlé du libéralisme économique qui a créé une couche sociale pauvre que l’ingérence étrangère a instrumentalisée. J’ai critiqué les partis politiques qui se sont éloignés du peuple, le laissant aux mains des imams des mosquées. J’ai demandé la mise en jugement du ministère du Tourisme, de l’ancien gouverneur de Homs, et la mise à l’écart du président de l’Union des écrivains.

Malgré tout cela, nous sommes rentrés chez nous en toute sécurité.

J’ajoute que je suis intervenue dans les congrès des écrivains, critiquant la manière de diriger le pays, les membres de cette direction, et la corruption. Nous étions de nombreux écrivains à aller dans le même sens lors du dernier Congrès des écrivains, avant les événements. Dix sept écrivains ont critiqué sans réserve les institutions politiques.

En outre, nous avons combattu l’expropriation de la rue du Roi Fayçal par la municipalité qui voulait tout démolir. Nous avons arrêté le projet. Nous avons arrêté la destruction d’un ancien quartier arabe que les Français connaissent et étudient, au cœur de la ville moderne de Damas.

Nous combattons les promoteurs, la corruption des mairies, et l’infiltration sioniste par des prix attribués à l’élite culturelle de Damas.

La lutte apparaît ainsi complexe, pas seulement reliée aux divers courants politiques, mais également aux intérêts de divers groupes, ou aux visées de certains. C’est pourquoi nous insistons sur la nécessité de faire prévaloir la compétence et la loyauté à la patrie, et non pas la loyauté au parti. Les autres partis aussi – et pas seulement le parti Baath – mettent en avant la loyauté au parti.

Nous répétons le dicton : le droit ne meurt pas tant qu’on le revendique. Je crois que la démocratie se construit pierre par pierre, et ne s’importe pas.

Qu’amène aujourd’hui le projet « démocratique » de l’Occident et des pays du Golfe ? Il ne fait que rajouter à nos soucis ses bandes armées et sa guerre médiatique ! Il n’écoute pas les millions de Syriens qui crient : « non à l’ingérence ». Sa démocratie commence là : « avec nous ou contre nous. »

Parce que nous refusons cette ingérence et que nous croyons que tous les courants doivent participer à la vie publique pour la corriger, et améliorer la vie en Syrie.

L’opposition extérieure, exactement comme les bandes armées, accuse ceux qui ne sont pas d’accord avec eux, d’être à la solde du régime. Quoi que pensent ces prétendus « démocrates » des Syriens qui refusent l’ingérence étrangère et arabe, nous disons en toute franchise que les Conseils qui sont créés dans le giron de l’occupant occidental, avec l’argent qatari, sont coupés du peuple syrien.

Je n’arrive presque pas à croire qu’un intellectuel comme le chef du Conseil national d’Istanbul, ne sache pas que « couloir humanitaire » signifie intervention militaire ! Qu’il ne sache pas que le Conseil de Sécurité a décrété l’embargo contre l’Irak, mais n’a pas libéré le Liban, et n’a pas utilisé l’article 7 pour empêcher l’État d’Israël de massacrer le peuple palestinien ! Qu’il ne sache pas que les « négociations » n’ont pas amené les Palestiniens à libérer un pouce de leurs terres, et n’aboutiront jamais à la libération du Golan !

Que ces prétendus « démocrates » nous permettent de refuser un tel comportement.

Nous répétons, avec le peuple syrien :

« Ce qui ce passe en Syrie n’est pas une révolution mais crimes, chaos, et destruction d’un pays qui connaissait la sécurité. Le changement en Syrie est refusé s’il est imposé par une ingérence extérieure, et accepté s’il est obtenu par la voix des urnes. »

L’attaque contre les ambassades syriennes n’est pas une action politique ; c’est l’œuvre de voyous et de malfrats.

Je répète ce que j’ai dit dans un débat télévisé :

« Les constitutions sont modifiées pour correspondre aux évolutions des peuples, mais doivent l’être avec respect car elles font partie de la mémoire des peuples. Le changement en Syrie ne se fondera pas sur le mépris du passé et les courbettes aux dirigeants politiques extérieurs. »

En tous cas, ce n’est pas l’amour de la démocratie qui fait se précipiter les princes du pétrole et les dirigeants occidentaux de l’occupation pour organiser les bandes armées, encenser la façade syrienne émigrée, et acheter les décisions de la Ligue Arabe.

Cette démocratie n’est qu’un papier d’emballage trompeur, enveloppant un projet de réorganisation de la carte de la région par la force ; et qui vise à arracher la pierre syrienne du mur de la résistance arabe. Ces propositions sanglantes cachent la stratégie occidentale sioniste et protègent les crimes des bandes armées.

La séance du Conseil de Sécurité sur le dossier syrien nous a montré les représentants de la trahison suprême, face à la dignité syrienne en la personne de Bachar Al Jaafari, de sa culture, son honnêteté et sa douleur.

La vraie discorde porte sur notre droit de souveraineté nationale, et notre refus de l’occupation israélienne. Un droit lié à nos traditions nationales et à notre Histoire syrienne ; que nous avons hérité de Choukri Al Asali, député de Damas au parlement turc en 1911, qui a démasqué l’infiltration sioniste en Palestine. Ceci fut l’une des raisons pour lesquelles il a été exécuté ainsi qu’une élite d’intellectuels et d’hommes politiques de la bourgeoisie syrienne.

La Palestine est dans le cœur des Syriens

Depuis le Congrès Syrien de 1920 qui a déclaré l’indépendance de la Syrie et le refus du pays sioniste – en passant par la révolution syrienne qui a donné à la Palestine Al Kassam, qui y a organisé la résistance, et fut tué en 1935, et l’insurrection simultanée syrienne et palestinienne contre l’occupation en 1936 – des Syriens se sont dévoués pour protéger la Palestine, dont Said El Aas, le penseur révolutionnaire, qui y est tombé en martyr.

La Palestine est dans le cœur des Syriens ; il n’y a pas de Syriens de la génération de l’Indépendance qui n’aient pas participé à la défense de la Palestine et il est difficile de compter les martyrs syriens en Palestine.

M. Debjen qui était à l’orphelinat islamique de Homs, que mon beau-père a fondé, m’a raconté qu’avec deux de ses amis, il s’est engagé pour lutter contre l’occupant sioniste en 1948 ; ils étaient très jeunes, le troisième n’est pas revenu.

En 1949, le dictateur Hosni al Zaïm a déclaré qu’il nouerait des contacts avec l’État d’Israël ; le prince Adel Arslan, ministre des Affaires étrangères, lui a aussitôt répondu : je ne reconnaîtrai pas cet Etat et je ne rencontrerai pas son ministre des Affaires étrangères et je ne permettrai à aucun fonctionnaire de mon ministère de le rencontrer. Ce sont les contacts d’Hosni al Zaïm avec Israël qui ont conduit à son assassinat.

La mémoire de chaque Syrien est pleine de noms et d’images inoubliables de la lutte arabo-israélienne. En raison de ce passé sanglant, les Syriens sont convaincus qu’Israël, en plus d’être un État raciste, est une base militaire d’occupation qui protège le projet de domination occidentale dans la région, comme l’ont prouvé ses attaques agressives et expansionnistes. En tant que Syriens notre résistance à l’expansionnisme est dans notre âme ; et notre vie même est tressée autour de cette lutte. C’est ainsi que notre destin personnel est lié au destin de la Syrie, qu’on veut arracher à la résistance arabe.

Dans son discours du 4 février, l’ambassadeur de Syrie à l’ONU, M. Bachar Jaafari, a cité deux vers du poète Nizar Kabbani rappelant des certitudes profondément ancrées dans l’âme syrienne. Car Nizar Kabbani, n’est pas seulement l’enfant adulé de la bourgeoisie damascène, connu pour ses poèmes d’amour ; il a porté comme chaque Syrien, les valeurs du panarabisme ; il a écrit : « la poésie est lâche si elle n’est pas portée par la colère ». Sa colère s’adressait à ceux qui se sont précipités pour signer des accords avec Israël et aux hommes corrompus du pétrole. C’est pourquoi ses funérailles ont donné lieu à un grand hommage populaire. Un avion privé syrien envoyé par le président avait transporté sa dépouille de Londres à Damas. Les Syriens se sont emparés du cercueil et l’ont porté sur leurs épaules dans un cortège populaire que Damas n’avait plus vu depuis les funérailles de Fakhri Al Baroudi, l’homme de l’indépendance, le compositeur des hymnes que les peuples arabes se sont transmis.

Les gens l’ont porté jusqu’à la mosquée des Omeyyades, le plus important monument construit par les Omeyyades à Damas ; ils ont prié et l’ont porté à nouveau sur leurs épaules jusqu’au cimetière, traversant Damas du nord au sud, à pieds, car Kabbani a mêlé sa loyauté à sa ville, à la loyauté au panarabisme. Il a incarné l’âme syrienne par sa douleur pour la Palestine, par son refus du sionisme, par son mépris des dirigeants pétroliers et par sa fierté de la civilisation syrienne.

Bachar Jaafari a exprimé cette essence profonde lorsqu’il a cité ces deux vers du poème de Nizar : « Ô Damas, trésor de mes rêves et de mes escapades, me plaindrai-je à toi de l’arabisme ou des arabes ? » Si les représentants du Qatar et de la Ligue Arabe étaient cultivés, ils auraient su que la suite du poème leur rappelle qu’en trahissant la Syrie ils trahissent aussi la Palestine.

Kabbani dit dans ce poème :

« Ils ont abreuvé la Palestine de rêves colorés, ils l’ont nourrie de paroles vaines et de discours, ils ont vécu en marge des événements et n’ont pas bougé pour la terre volée et l’honneur violé. Ils ont laissé Jérusalem nue à même la boue, livrant ses seins à tout venant ».

Qui sont-ils ceux là qui gaspillent l’argent et ne secourent pas la Palestine ? Kabbani les a énumérés : Ceux qui se sont baignés dans des mers de pétrole, ceux qui ont bu le sang des hommes libres ! Et leurs représentants au Conseil de Sécurité siégeaient en face de Jaafari : le Qatari et sa suite, le président de la Ligue Arabe dont le fils travaille au Qatar !

Il est donc impossible d’imaginer un État syrien coupé de son Histoire et de sa mémoire ! Impossible car le peuple porte sa mémoire dans son âme ; ce ne sont pas des pages de livres d’histoire. Il y a là un fossé entre des millions de Syriens fiers de leur Histoire, et une poignée d’intellectuels inconnus avant que les médias occidentaux ne leur battent les tambours, et ne les poussent en avant comme des « représentants légaux » de la Syrie, le Qatar ayant financé leurs réunions, leurs hôtels et leurs déplacements.

L’utilisation de l’ancien drapeau dans leurs réunions, imitant les Libyens à qui le Qatar a apporté des milliers de drapeaux royaux, n’est pas passé inaperçu aux yeux des Syriens.

Par contre, ceux qui l’ont brandi n’ont pas remarqué que c’est le drapeau de la résistance contre l’occupation française ; le drapeau de la souveraineté nationale ; le drapeau des Syriens qui ont combattu le sionisme et Israël ; notre drapeau que le président Chukri Al Kouatli a mis de côté en cédant son siège à Nasser, au nom de l’unité arabe.

La rencontre et le dialogue sont-ils possibles entre ces deux camps ? La condition du dialogue est la position envers l’Etat d’Israël et le sionisme, et vis-à-vis de l’ingérence extérieure. En Syrie, il y a des opposants honnêtes, non corrompus par l’argent du Qatar ou de l’Arabie Saoudite, n’ayant touché aucun pot de vin occidental, n’ayant pas bradé la souveraineté nationale, et ayant une position claire vis-à-vis d’Israël et du sionisme.

Ceux-là affichent leur rejet de la corruption politique et financière. Ils exigent une transparence qui, peut être, ne peut exister. Ils peuvent avoir des points de vue irréalistes, mais ils se distinguent par leur maturité politique et leur courage. Le Dr. Faez Fawwaz et Salim Kheirbek ont passé plus de dix ans en prison. Malgré cela, ils ne sont pas tombés dans la haine qui pousse à la vengeance, jusqu’à la destruction du pays.

De pareils opposants sont les garants de la démocratie et de la droiture ; de la souveraineté et de la protection de la société contre le fléau de la corruption. Pour ne pas répéter des erreurs comme celles qui ont conduit à ce qu’un homme corrompu, comme l’ex- gouverneur de Homs, puisse trahir son pays et fermer les yeux sur la construction d’un réseau de communication souterrain, participant ainsi à la préparation de la rébellion.

La position envers Israël, le sionisme, et l’ingérence extérieure, est pour les Syriens la condition pour le dialogue national ; c’est pourquoi le politicien Qadri Jamil [figure de l’opposition de l’intérieur – Ndt] a annoncé : « Nous ne participerons pas à un dialogue où le Conseil d’Istanbul serait présent ». C’est ainsi que les Syriens rejettent ceux qui rencontrent la télévision israélienne, ceux qui font appel au sioniste Bernard-Henri Lévy, pour qu’il fasse en Syrie ce qu’il a commis en Lybie ; ceux qui se sentent honorés de rencontrer Clinton, Sarkozy et Juppé.

Ceci n’est pas qu’une question politique, c’est une question de conscience et de morale, et les Syriens en sont fiers.

Enfin, c’est le droit des Syriens, après avoir regardé la séance du Conseil de sécurité sur le dossier syrien, de se sentir fiers d’être plus humains, et plus cultivés, et plus démocrates que ces menteurs représentant les forces d’occupation occidentales qui ont versé le sang des Libyens, des Irakiens, des Libanais. Il est de leur droit de mépriser ces politiciens menteurs qui, hier, affirmaient que l’Irak possédait des armes de destruction massive, et qui affirment aujourd’hui que l’armée syrienne tue les civils alors que des dizaines de soldats syriens sont tués chaque jour.

Lorsque l’on compare Bachar el-Assad aux chefs d’États occidentaux qui, par le mensonge, dissimulent les buts de leur guerre contre les peuples, la différence est énorme. Ces derniers se moquent de la « démocratie occidentale » : Sarkozy n’a pas supporté la révolte des jeunes des banlieues et les a pourchassé, et la « démocratie » d’Obama n’a pas toléré les Indignés pacifiques contre la voracité capitaliste. Ce sont ces « démocrates » qui demandent aux Syriens de supporter les crimes de bandes armées !

En suivant la séance du Conseil de Sécurité, les Syriens ont vu des hommes de grande stature face à des nains. Ils ont vu des personnalités occidentales -qui n’ont probablement pas lu le « Faust » de Goethe cité par Bachar Jaafari- qui mentaient, sans honte aucune, devant lui. Et les représentants russe et chinois qui eux ont appuyé la Syrie par leur veto, signifiant à l’Occident colonialiste qu’il n’avait plus les mains libres pour imposer sa démocratie sanglante.

Dr. Nadia Khost

Dr. Nadia Khost, écrivain syrienne — auteur de nombreux ouvrages, d’essais, et de nouvelles portant sur l’histoire, l’architecture, la conservation et la protection du patrimoine de la civilisation arabe — vit à Damas.

À lire également sur la crise syrienne :

Syrie : Le double véto russo-chinois inaugure un nouvel ordre mondial

Syrie : l’islam dans la révolution

Ce chemin de Damas semé d’embûches

Les croisiéristes de l’U.S. Navy

La croisière de l’Amiral-Kouznetzov

La Syrie entre dans la crise générale

Atmosphère : un expatrié français nous raconte ses six mois de séjour à Damas

Révoltes arabes : diplomatie 2.0 ?

Libye, Syrie : un projet géopolitique qui ne se comprend que sur la longue durée…

La question géopolitique de l’énergie en Egypte, Libye et Syrie

Les Etats-Unis en voie d’exiger l’éviction d’Assad hors de Syrie

Israël fait son apparition dans le Printemps Arabe

Géopolitique de la Syrie à l’heure du Printemps Arabe

L’échiquier syrien

Syrie en ébullition, navire de guerre américain en Mer Noire

Notes

[1] Le Conseil de salut national a été élu par l’opposition syrienne le samedi 16 juillet 2011 à Istanbul

[2] Boukein et Zabadani sont des lieux de villégiature proches de Damas, dans les montagnes sur la route du Liban ; la vallée de Zabadani est réputée pour ses vergers.

Texte original : PDF (en arabe)

Traduction : Rim pour silviacattori.net via mecanoblog


 Par ,
Samedi, alors qu’il faisait un froid de canard dans toute l’Europe, des milliers d’internautes 3.0 sont sortis dans la rue pour dénoncer le traité international Acta sur la contrefaçon. Pour ceux qui l’ignorent encore, l’application de l’Acta signifiera la fin de l’Internet tel que vous le connaissez aujourd’hui. Heureusement, quelques braves sont sortis de chez eux pour montrer leur refus de ce traité liberticide. En cette Saint-Valentin, je trouve sympa de leur offrir la galerie page suivante…

Tout d’abord, commençons par Lille où ils étaient un peu plus de 200 à se geler dans les rues. [merci Paul]

Selon la préfecture, ils étaient un bon millier à Paris [merci Matthieuson Flickr]

Encore à Paris… [Merci Valentin – Son site]

A Metz, ils étaient environ 200 à arpenter les rues. [Merci Hervétoutes les photos sur son site pro]

Voici quelques photos de la manif à Bordeaux [Merci Arthur]

Ils étaient une centaine devant la mairie de Marseille [Merci Basile]

source gizmodo.fr


Par ,

Les Anonymous sont connus pour leur activité débordante mais aussi pour parfois jouer avec le feu (celui des armes dans l’affaire Zetas). Dans leur élan anti-establishment, ils viennent de diffuser 16 minutes d’une conference call entre le FBI et Scotland Yard. Tout cela à l’insu des deux institutions et alors même que le sujet de la conf call était… les Anonymous.

C’est un sacré pied de nez que les Anonymous viennent de faire au FBI et à Scotland Yard. Imaginez un instant la tête des responsables du FBI.

Dans cette conversation, le FBI parle de progrès effectués pour lutter contre les Anonymous. On découvre aussi les petits arrangements entre le FBI et la justice anglaise, la seconde retardant une affaire de justice. Il y est question des détails concernant une enquête sur un jeune hacker de 15 ans connu sous le pseudo de « tehwongz ». Celui-ci aurait dérobé des milliers d’identifiants de comptes Steam.

Intéressant de voir comment les autorités considèrent les hackers. On peut ainsi entendre un « a bit of an idiot » de la part d’un membre du Scotland Yard. Reste que dans ce hack précisément, les idiots ne sont pas forcément les hackers.

[arstechnica] via Gizmodo.fr


ALERTE ROUGE : Risque élevé d’Eurocalypse…

Bruxelles est entrain de négocier un hair cut de 70% sur les obligations grecques. Cela signifie que pour 1 euro d’obligation, les créanciers ne devraient récupérer que 30 centimes ! Un précédent est en passe de se jouer dans toute l’Europe. D’aprèsAnn Barnhardt de Barnhardt Capital Management et spécialiste expérimentée des contrats Futures, l’apocalypse est proche si les négociations sont signées de cette manière.
Le glas des grandes banques américaines et le système financier au total serait-il entrain de sonner ?
Les CDS sont des polices d’assurance que les investisseurs ont négocié, très semblables à des options. L’acheteur paie une prime, ou taxe, à celui (le vendeur) qui émet le contrat du CDS permettant de garantir le défaut de paiement sur une obligation ou une dette.
L’acheteur verse donc une prime de CDS, et le vendeur garantit le défaut de paiement. Ce dernier prend donc en charge l’obligation de garder toute la valeur de récupération si un défaut se produit.
Voici le scénario apocalyptique si un « hair cut » de 70% est validé par l’Eurozone :
Les porteurs d’obligations vont prendre de plein fouet une coupe de cheveux de 70%, mais l’institution qui établie réellement ou non un défaut (l’International Swaps and Derivatives Association (ISDA)) déclarera que cet événement de crédit n’est pas un défaut, et donc toutes les banques et les entités qui pensaient que leurs positions de la dette européenne étaient couvertes par leurs CDS verront qu’ils n’avaient aucune protection.
BOOOOM !
L’argument présenté par l’ISDA devrait se positionner sur un défaut partiel de 70% non établi comme un « hair cut ». Ceci est, bien sûr, une bombe atomique financière…
En tant que particulier, essayez de payer seulement 30% de votre prêt immobilier et observez = avec quelle rapidité le mot «défaut» sera utilisé. Ils utilisent le chiffre de 70% car un gain de 30% est tout juste suffisant pour prétendre qu’un défaut TOTAL n’a pas eu lieu. Cela n’a aucun sens, mes chers lecteurs !
Pourquoi ?
Réponse : Car la valeur de récupération est l’un des concepts centraux dans le fonctionnement des contrats CDS. Le VENDEUR obtient les droits de valeur de récupération, ce qui implique par définition que le défaut n’a pas besoin d’être à 100% pour les déclencher !!!
C’est un fonctionnement binaire :
Vous êtes en défaut ou vous ne l’êtes pas, POINT.
Goldman Sachs et J. P. Morgan sont des dinosaures-émetteurs de CDS !
MF Global a subi de plein fouet le déclenchement des CDS obligataires européens qui couvraient les positions de leurs clients. Toutes les maisons de courtage, entreprises d’investissement, fonds de pension américains (encore en vie pour combien de temps ?) le font !
Goldman Sachs et JP Morgan sont sûrement assis sur une position courte nette en Europe, en pariant tranquillement contre du papier européen.
Si jamais nous faisons face à un défaut complet, la 3ème Guerre Mondiale serait le résultat…
Les oligarques bankster seraient tenus de déclarer un nouveau gouvernement mondial totalitaire, et saisir tous les biens privés.

Game over pour tous et retour à la terre en moins de 5 jours…

Source: Gold-Up

by argulamaton

Communiqué du collectif Anonymous en réaction à la chronique « L’humeur de Christophe Barbier » diffusée ce lundi 23 janvier 2012 sur I-TELE, ainsi qu’à la « Lettre aux Anonymous » publiée le lendemain sur le site Internet de l’Express.

À l’attention de M. Christophe BARBIER.
    Ce lundi 23 Janvier 2012 dans votre chronique « L’humeur de Christophe barbier » sur I-Télé vous nous avez paru, par vos propos, manifester un grand mépris pour notre collectif. Nous réduire à une simple bande de pirates et nous qualifier de « voleurs » comme vous l’avez fait nous a particulièrement affecté. Et votre ultime provocation : « On est blindé, pas de soucis, on les attend ! », n’a rien arrangé !
    En effet, malgré un appel au calme, nous n’avons pas eu les moyens de retenir les ardeurs de certaines personnes isolées qui s’en sont pris bassement au site internet de l’Express, et nous le déplorons. La défense de la liberté d’expression et de la liberté de la presse étant l’un de nos principes, il n’est pas dans notre intérêt de nous attaquer à un média, quel qu’il soit. Mais ceci, vous l’avez bien compris, d’après ce que vous dites dans votre « Lettre aux Anonymous » qui, par ailleurs, manifeste un désir de dialogue plus respectueux envers nous. C’est pourquoi nous sommes prêts à entamer la discussion avec vous.
    Avant de répondre à votre « Lettre aux Anonymous« , nous voudrions aborder quelques points que nous souhaiterions corriger, concernant votre chronique « L’humeur de Christophe Barbier ». Nous vous renvoyons tout d’abord à votre pâle imitation :
    « Attention, la loi, c’est nous ! La règle c’est nous ! Nous, les pirates, qui décidons d’aller sur Internet nous servir, et qui ne voulons payer personne, ne pas rémunérer le travail d’autrui ! »
    Tout d’abord, Anonymous ne saurait être réduit à un simple groupe de pirates, ce que les principaux médias s’obstinent à faire depuis des mois, voire des années. Nous le répétons, nous sommes le peuple, nous sommes parmi vous. Tout le monde peut rejoindre Anonymous : étudiants, journalistes, professionnels ou non de l’informatique, défenseurs des libertés fondamentales, des droits de l’homme, de l’Internet libre, retraités, etc…
    « Anonymes, vous êtes des voleurs ! » 
    De plus en plus d’artistes se font connaître exclusivement en diffusant leurs ½uvres gratuitement via des services tels que Youtube, vivant ainsi de leur passion grâce aux concerts et au mécénat. À l’inverse, des lois anti-partage comme Hadopi contribuent au succès de services comme Megaupload. Nous ne sommes pas des voleurs, nous sommes simplement conscients que la censure n’a jamais bénéficié à l’Art et nous agissons donc en conséquence.
    « En tout cas, un jour il y aura un droit mondial du web : il y aura de la liberté pour tout le monde mais aussi des devoirs, de la rémunération pour ceux qui travaillent, notamment les artistes : ça en sera fini des Anonymes, il faudra qu’ils tombent le masque !« 
    C’est vrai, et ce dessein de liberté ne saurait être que l’½uvre des internautes. Aujourd’hui, ce droit mondial n’existe pas, ou s’il existe, il ne restreint que trop les droits et les libertés des usagers d’Internet et est dicté par la petite oligarchie qui en bénéficie.
    Les lois SOPA, PIPA, le traité ACTA, ainsi que toutes les lois anti-partage déjà en place présentent un danger pour la liberté d’expression sur Internet, c’est pourquoi nous nous battrons jusqu’au bout pour qu’elles ne soient jamais votées ou qu’elles soient abrogées.
    Nous revenons maintenant sur votre vidéo « Lettre aux Anonymous », publiée ce mardi 24 janvier sur le site de l’Express.
    Nous souhaiterions d’abord réagir à votre description de notre collectif : « cette organisation cachée ». Nous sommes, certes, anonymes, mais nous ne sommes pas pour autant invisibles. Cherchez-nous et vous nous trouverez : nous sommes en discussion permanente entre nos membres entre autre sur l’IRC (irc.anonops.li) , où vous pouvez voir les discussions sur les opérations et actions en cours, et y participer. Tout ceci se fait aux yeux de tous et nous n’avons rien à cacher, si ce n’est nos identités.
    Vous avez ensuite posé un certain nombre de questions qui devraient être l’objet d’un débat démocratique. Cependant, Anonymous a des principes assez clairs dans leur ensemble et qui nous amènent donc à répondre à certaines d’entre elles.
    « Qu’est-ce qui est légal ? Qu’est-ce qui ne l’est pas dans notre monde moderne où tout va si vite ?« 
    Nous comprenons que le fait que certains fichiers hébergés par Megaupload soient illégaux puisse susciter l’intérêt de la justice américaine. Mais était-il vraiment utile de priver des millions d’utilisateurs à travers le monde de leurs fichiers personnels et/ou professionnels ? Nous dénonçons fermement la mainmise du FBI sur des fichiers qui n’ont rien d’illégaux, mainmise qui pourrait avoir des conséquences désastreuses pour les professionnels qui stockaient leurs fichiers en ligne sur Megaupload.
    Nous émettons également de sérieux doutes sur les raisons, a priori légitimes, qui ont poussé le FBI à se saisir de cette affaire, au moment même où MegaUpload s’apprêtait à lancer son nouveau service MegaBox. En effet, ce service aurait permis aux artistes de mettre leurs ½uvres à disposition du public et de bénéficier de près de 90% des recettes. Il est très clair que cela aurait été bien dérangeant pour les majors…
    Nous nous étonnons de la facilité avec laquelle le FBI a pu organiser son intervention, alors que la nécessité d’obtenir des autorisations, pour intervenir à l’étranger, constitue paradoxalement un handicap majeur dans d’autres domaines, comme par exemple dans la lutte contre la pédophilie et la pédo-pornographie sur Internet. La défense des intérêts privés comme ceux des grandes majors primerait-elle sur la cause des enfants victimes de ce fléau ?
    « Qu’est-ce qui peut être gratuit ? Qu’est-ce qui doit être payé ? Parce que derrière, il y a des gens qui ont travaillé et qui méritent salaire. »
    Anonymous respecte le travail accompli par les artistes. Nous sommes prêts à payer pour obtenir une copie de leurs ½uvres, ce ne serait que juste récompense pour eux. Seulement, le prix actuel des ½uvres artistiques est bien trop élevé en comparaison de ce que les artistes se voient rétribuer, généralement au profit des Majors.
    Si l’on ne peut utiliser gratuitement le service d’un intermédiaire, on peut cependant s’en passer. Les majors sont des intermédiaires, comme Internet est un intermédiaire entre un artiste et son public. Le chiffre d’affaire du téléchargement légal ne cesse d’augmenter, comme le démontre le rapport de la SNEP (1). Les principaux consommateurs sont aussi ceux qui téléchargent illégalement et sont les principaux défenseurs du mécénat (2).
    Il faut également se poser la question du mode de rétribution. Depuis un certain temps maintenant, le chiffre d’affaire des ventes de CD diminue. Mais ce support ne disparaîtra pas, pas plus que le disque vinyle, car il est aussi porteur d’une valeur émotionnelle. Cependant, son déclin entraîne une perte de monopole pour l’industrie du disque, alors même que les supports virtuels (au coût de production nul et non polluants) sont en plein essor.
    « Bref, ce débat-là est là, il est mûr, il est moderne, il sera peut-être, un peu, dans la présidentielle française, il doit être en tout cas dans le débat démocratique. » 
    Comme vous le dites, « ce débat est mûr », et nous le laisserions volontiers entre les mains de nos représentants… Mais pourquoi font-ils si peu ? Alors que, depuis le début de l’Opération MegaUpload, le monde entier est au courant de l’existence et du danger des lois SOPA, PIPA, HADOPI et LOPPSI, pourquoi les députés et sénateurs ne se saisissent-ils pas de ce dossier ? Alors que l’homologue international de ces lois, l’ACTA, est actuellement débattu au sein de la Commission Européenne, qu’attendent nos élus pour réagir ? 
    Nous ne faisons que montrer la voie, et c’est aux représentants maintenant qu’il appartient de la suivre pour dire enfin NON aux lois liberticides qui nous menacent.
    « Et bien j’incite tous les Anonymous de nationalité française à se présenter aux élections législatives. D’autres partis du même genre l’ont fait, par exemple les Pirates, avec des résultats encourageants. Pourquoi n’y aurait-il pas un groupe parlementaire, peut-être un jour une majorité parlementaire en France, issue des Anonymous ? »
    Dans ce cas nous serions des milliers à nous présenter, et un Palais Bourbon ne serait pas assez pour nous contenir. Et quand bien même certains d’entre nous se présenteraient, ils ne pourraient nous représenter légitimement, car nous n’avons pas de dirigeant.
    Anonymous n’est pas un parti politique, mais cela ne nous empêche pas de vouloir contribuer au débat démocratique. Il ne devrait pas être nécessaire de passer à la télévision pour que notre voix soit entendue. Anonymous est avant tout une conscience collective et citoyenne, une composante d’Internet, comme le Parti Pirate. Nos idéologies convergent sur de nombreux points bien que nos méthodes soient différentes, mais nous savons que des membres de ce parti nous comprennent, et sur Internet, aucune frontière n’est hermétique.
    Enfin, l’arrestation de trois Anonymous jeudi 26 janvier nous a démontré que les autorités ne souhaitaient pas voir le nom d’Anonymous clamé trop fort.
    Si nous restons anonymes, c’est donc principalement parce que nous encourons de réels risques de poursuites judiciaires, pour des actions qui ne sont qu’une forme de sitting virtuel, dans la lignée des actions de désobéissance civile initiées par Gandhi et tant d’autres avant lui. Même le milieu journalistique, malgré une relative liberté d’expression, est sujet à des pressions de toutes provenances : politique, économique, voire même religieuse. Nous menons le même combat, excepté qu’en France, nous risquons une peine de 5 ans de prison et 75 000 euros d’amende pour de telles actions. 
    Nous avons d’ailleurs en mémoire les seize membres présumés d’Anonymous, arrêtés l’année dernière par le FBI aux États-Unis, pour avoir joué un rôle dans des cyberattaques pour la défense de WikiLeaks et, par la même, pour la défense du droit à l’information. C’est une pensée émue que nous avons pour ces personnes qui ont eu le courage de défendre nos valeurs et nos principes, ainsi que les droits fondamentaux de chacun d’entre nous. 
    Enfin, nous aimerions vous inviter à en apprendre plus sur notre collectif, afin de vous faire une opinion plus proche de la réalité. Pour cela nous vous recommandons de visiter les sites suivants dédiés à notre cause :
        – Site web d’AnonOps Communications : http://anonops.blogspot.com/ (EN)
        – Site web des communiqués Anonymous : http://anonnews.org (EN)
        – Site web de WhyWeProtest : https://whyweprotest.net/ (EN)
        – Site web d’AnonOps France : http://anonopsfr.blogspot.com/ (FR)
    Nous vous indiquons également le site de l’IRC AnonOps pour pouvoir dialoguer directement avec nos membres : http://webchat.anonops.com/
    Bien cordialement,
    We are Anonymous.
    We are Legion.
    We do not forgive.
    We do not forget.
    Expect us !
Source Operation leakspin

Par , Source Gizmodo.fr

S’il est plutôt de tradition d’offrir ses meilleurs vœux en ces périodes festives, les Anonymous préfèrent commémorer 2011 grâce à une vidéo mettant en avant les principaux faits marquants de l’année.

Comme à son habitude, le groupe a annoncé sa vidéo grâce aux différents médias sociaux, avec notamment ce tweet :

“@YourAnonNews: ANONYMOUS LULZXMAS VIDEO: http://t.co/rSqwQ3Gg We made a list, checked it twice. Gonna find out what companies have been naughty…not nice.”

La vidéo intitulée “It was an epic year, isn’it ?” débute par la maxime des hackers « We are Anonymous and we do not forget ». On passe un tantinet du coq à l’âne dans ce clip, entre jeux vidéo, buzz musicaux et évènements moins réjouissants. Un résumé efficace et concis de la presque terminée année 2011.

L’année des Anonymous s’est habilement balancée entre controverse, tumulte et activisme subversif et via cette vidéo ils souhaitent montrer les aberrations de l’actualité 2011. Ces sept minutes d’images retracent donc sans complexe les principaux faits de 2011 et laissent un arrière-gout de menace planant sur 2012. Les Anonymous ne comptent pas stopper leurs divers combats pour l’année à venir.


C’est bien connu, les hommes n’aiment les dauphins que pour une seule raison : ils peuvent sauter hors de l’eau. Et il n’y a rien de plus beau. Ce saut nous inspire, nous avons créé des Marinelands autour de cette prouesse, nous avons fait des affiches et même des films. Aujourd’hui, nous n’avons plus besoin d’eux. Nous avons la Flyboard. Nous sommes désormais des dauphins !

La Flyboard, est en tout point similaire au Jetlev pack, sauf qu’au lieu de porter le jet sur le dos, vous l’avez sous les pieds. Cela signifie qu’on peut tourner plus facilement, mais il faut 2 autres jets au niveau des mains pour tourner. On ressemble à un dauphin qui imite Iron Man.

L’eau entre dans le système via la turbine d’un jetski. Le porteur peut s’élever 6 mètres dans les airs. Une autre version (sans Jetski attaché) devrait voir le jour l’année prochaine. Mais son grand point fort, c’est qu’il ne coûte que 4.900 € (alors qu’un Jetlev en coûte 70.000€).

Créé par une entreprise française qui s’appelle Zapata Racing, je suis certain que cette invention va transformer les lacs en cirque. Les hommes vont bondir de l’eau comme des dauphins. Et ça, c’est le succès assuré. Et l’heure de la retraite pour les dauphins. [DailyMail] Via Gizmodo.fr

 


by W

Cet article d’opinion a été envoyé par mail à l’operation leakspin, l’article représente les témoignages d’un Franco-Tunisien lors du sit in du Bardo ce Samedi 3 décembre.

Sit in du Bardo à Tunis, le 03 Décembre 2011.

Gauchiste a tendance révolutionnaire, je ne pouvais rester tranquillement chez moi à lire les tweets. Plus je lisais, plus je voulais savoir, comprendre, le vivre. Le peuple tunisien s’est soulevé le 17 Décembre et c’est libéré du joug de son dictateur le 14 Janvier 2011. Nous voila bien proche de l’anniversaire de l’immolation de Mr Bouazizi qui a déclenché cet élan populaire. Me voila donc reparti au Bardo après un court passage le matin même. Je récupère au passage une jeune fille, 25 ans, et pas du tout intéressée par ce qui se passe dans son propre pays.

 

Sit in du Bardo à Tunis, le 03 Décembre 2011Sit in du Bardo à Tunis, le 03 Décembre 2011

Arrivé aux environs de 14h00 je parcours la foule des démocrates tout en observant de temps à autres sur ma gauche le camp des « extrémistes », présent en masse sur les lieux. Je m’interroge et j’interpelle des gens ci et là, j’écoute les positions de chacun et je comprends progressivement les enjeux élevés de ce sit in. Ma rencontre avec Dalila me donne l’éclaircissement  politique dont j’avais besoin. Entre c½ur de gauche on se comprend! Elle m’explique, dans le bruit tumultueux des slogans, les problèmes liés a la constitution. Non ce n’est pas un problème de religions ou de laïcité, non ce n’est pas le problème de la burqa; l’enjeu est bien plus grand que cela. Il s’agit d’écrire une constitution, la première constitution démocratique dans un pays à peine libéré qui découvre les rouages et les enjeux de la démocratie. Amendement de la constitution au 2/3 de l’assemblée, motion de censure à 50+1, séparation des pouvoirs, indépendance de la banque centrale, du ministère de la justice, du ministère de l’intérieur. Voila le vrai débat, le pourquoi de ce rassemblement. Merci à toi camarde!

Voila une bonne heure que je suis au sit in, j’observe et comprends mieux, mon accompagnatrice me traduit les banderoles, pancartes et slogans. Les extrémistes, fidèles à eux mêmes insultes, provoquent sans cesse dans un langage digne de gavroche. Ils en arrivent même à chanter des chants de stade. Puis je rencontre 2 jeunes filles à qui je demande leurs raisons d’être ici. Elles m’expliquent qu’elles ont peur pour leur liberté, qu’au final elles se sentaient plus libre sous la dictature mais ne veulent pas y retourner. Elles veulent se battre, lutter pour cette liberté si durement acquise. Non elles ne renonceront pas! Nous sommes en face à face avec les présumés « Islamistes »; ils provoquent, insultent et n’ont de cesse de chercher le conflit direct. On les sent près à bondir comme des fauves affamés. Elles ont peur mais ne sont pas terrifiés par eux. Elles sont galvanisées par leur liberté, par la démocratie et elles ne reculeront pas malgré que l’ennemi gagne du terrain. Nous ne sommes séparés d’eux que par une route, ils sont sur le trottoir d’en face tout simplement. A un moment j’ai cru le conflit direct inévitable en les voyant progressé sur la route contrôlée par un petit comité de policier et des volontaires (gardiens de la révolution). Les démocrates que je soutiens ont alors une réaction extraordinaire, ils se mettent a chanter leur hymne national en guise de réponse. Ils chantent fort et fièrement, la main sur le c½ur en seule réponse. Cela me rappelle une chanson de brel « quand on a que l’amour » (quand on a que l’amour et rien qu’une chanson pour convaincre un tambour..) J’en ai la chair de poule, je me sens transporté par ce chant dont je ne comprends les paroles. Les singes en sont abasourdit et n’avancent plus, ils en perdent un instant leur haine et le service d’ordre en profite pour les repousser.

 

Les deux camps, face à face, Le Bardo à Tunis, 03/12/2011Les deux camps, face à face, Le Bardo à Tunis, 03/12/2011

En fin d’après midi les Nadawistes (partisans du parti islamique Ennahda)  d’en face s’échauffent encore. Les niqabs font leur défilé sous nos yeux et nos moqueries. En vérité cela n’est pas anodin, c’est plus que de la provocation; ils veulent démontrer que le sit in est conflit de religion vs laïcité rapporté d’un souci à l’université de la Manouba. Ils en arrivent même à oser nous scander des Allah Akbar (Dieu est grand), et dans un jeu d’intelligence que seul notre camp maitrise nous leur rétorquons la même chose. Non les musulmans ne sont pas d’un seul coté, et non vous n’êtes pas les garants de l’Islam. Le Coran  ne commence t il pas par  » Au nom d’Allah le clément, le miséricordieux »? Qui fait preuve de cette clémence et de cette miséricorde en ce moment ? Ceux qui se permettent d’insulter ou ceux qui répondent par des hymnes rassembleurs?

 

Les niqabs font leur défiléLes niqabs font leur défilé devant les yeux des protestataires démocrates

Journal de 20h sur France2 environs 8 mns: flash spécial sur la Tunisie, un envoyé spécial de france24 nous parle d’un mouvement de contestation entre les islamistes et les laïcs sur fond de Burqa. Ce même envoyé spécial est rester posté sur un immeuble d’une quinzaine d’étages environs deux heures avec un cameraman. La désinformation bat une nouvelle fois son plein. Il paraitrait intéressant de creuser plus avant sur ces couverts médiatiques et les accolades de notre cher gouvernement avec les intégristes. La dictature religieuse dans le Maghreb serait elle moins couteuse, ou paraitrait elle plus pratique pour un esclavagisme moderne?

Je sors de ce rassemblement grandit. Je ne connaissais les islamistes que par des images télévisuelles et comme nous tous j’en avais une certaine image. Après avoir put les observer et avoir supporter leur provocations puériles, je sais maintenant qui ils sont. Je les connais en fait, je les croise chaque jour dans notre si jolie France. Regarder à droite, un peu plus à droite encore oui voila juste au dessus de l’épaule de Sarkozy, juste derrière, la « meugleuse » Marinne ou plutôt ses partisans. Je vous le dis l’extrême droite avec ou sans barbe, en Français, en allemand ou en arabe c’est la même. Que ce soit sous prétexte que les arabes mangent le pain des français, que ce soit parce que 500 000 juifs sont la cause du malheur allemand ou sous le couvert d’une si belle religion, la pensée reste la même. Alors souvenez-vous de ce que je viens de vous décrire et n’acceptez jamais ni les barbus, ni les SS, ni les frontistes.

Source :opération leakspin


Svalbard Global Seed Vault (23 pics)

Svalbard Global Seed Vault (23 pics)

Svalbard Global Seed Vault (23 pics)

Svalbard Global Seed Vault (23 pics)

Svalbard Global Seed Vault (23 pics)

Svalbard Global Seed Vault (23 pics)

Svalbard Global Seed Vault (23 pics)

Svalbard Global Seed Vault (23 pics)

Svalbard Global Seed Vault (23 pics)

Svalbard Global Seed Vault (23 pics)

Svalbard Global Seed Vault (23 pics)

Svalbard Global Seed Vault (23 pics)

Svalbard Global Seed Vault (23 pics)

Svalbard Global Seed Vault (23 pics)

Svalbard Global Seed Vault (23 pics)

Svalbard Global Seed Vault (23 pics)

Svalbard Global Seed Vault (23 pics)

Svalbard Global Seed Vault (23 pics)

Svalbard Global Seed Vault (23 pics)

Svalbard Global Seed Vault (23 pics)

Svalbard Global Seed Vault (23 pics)

Svalbard Global Seed Vault (23 pics)

Svalbard Global Seed Vault (23 pics)

Source: Acidcow


source youtube par


Pastebin

par Boris Manenti

Des proches des Anonymous se sont attaqués au Haut Commissariat aux réfugiés de l’ONU, récupérant l’accès à l’e-mail du président américain.

L'accès à l'e-mail de président américain barack.obama@whitehouse.gov a été dévoilé (SAUL LOEB / AFP) L’accès à l’e-mail de président américain barack.obama@whitehouse.gov a été dévoilé (SAUL LOEB / AFP)

Le groupe de hackers Sector 404, proche des Anonymous, semble bien avoir réussi à pirater le Haut Commissariat aux réfugiés de l’ONU. Les hispanophones de Sector 404 affirment avoir eu accès à l’ensemble du serveur de l’ONU via une injection SQL, c’est-à-dire une faille dans l’exploitation de la base de données.

Les hackers auraient ainsi eu accès à une liste d’e-mails (avec identifiants et mots de passes), dont celui du président américain Barack Obama (barack.obama@whitehouse.gov).

Un message de Sector 404 sur Twitter (Capture d'écran)« Après avoir eu accès au serveur, les pirates ont pu accéder à tous les e-mails et mots de passe des membres du Haut Commissariat aux réfugiés à l’ONU », explique Eric Valatini, co-fondateur d’EmailAngel, cellule de surveillance des échanges entre hackers. « Les mots de passe étaient conservés en ‘hachés’, c’est-à-dire de manière chiffrée, mais il suffit de quelques minutes avec des outils sur internet pour les déchiffrer.

Pour autant, « cela m’étonnerait que l’on puisse accéder à distance à l’e-mail de Barack Obama, mais quelqu’un ayant accès à un ordinateur de l’ONU ou de la Maison Blanche pourrait peut-être y accéder », conclut Eric Valatini.

Peu avant, l’ONU avait été attaqué par les hackers de TeaMp0isoN qui ont publié près de 1.000 accès à des e-mails (identifiants et mots de passe).

Sector 404 est connu pour s’être attaqué au ministère chilien de l’Education.

Boris Manenti – Le Nouvel Observateur

Le logo de Sector 404 sur Twitter (Capture d'écran)