Category: Medecine et Manger bouger



Vous vous souvenez de la grippe aviaire H5N1 qui devait exterminer la moitié de la planète ? Et bien, Ron Fouchier, un scientifique néerlandais, a fabriqué en labo une variante de ce virus capable de se répandre et d’exterminer des millions de personnes. Il est tellement terrifiant que pour le président du National Science Advisory Board for Biosecurity (NSABB), l’anthrax à côté, c’est de la gnognotte.

Le problème (est-ce vraiment un problème ?) avec le virus A(H5N1) c’est qu’il se transmet assez mal d’homme à homme. Par contre, il est assez efficace pour tuer 1 personne sur 2 qu’il contamine. Ainsi Ron Fouchier a tenté de créer un virus tout aussi mortel que le H5N1 mais beaucoup plus contagieux. Pour cela, il a effectué 2 mutations sur des gènes pour l’adapter aux mammifères. En infectant des furets, il est arrivé à obtenir une nouvelle souche virale hyper contagieuse. Entre 2 cris de joie, il a pu constater que sa souche virale pouvait tuer autant que le virus A(H5N1) et se propager dans des gouttelettes en suspension dans l’air. Les furets s’infectaient les uns les autres en étant dans des cages différentes.

Ron Fouchier n’est pas fou. Il essaie juste de préparer le monde scientifique à mieux se défendre si le virus de la grippe aviaire mute dans les prochaines années. Ses travaux permettront de développer un vaccin très rapidement et de sauver des millions de vie.

D’un autre côté, en publiant ses recherches, il donne les clés aux terroristes de tous poils pour fabriquer un méchant virus ou une arme biologique. Autre danger plus probable, d’autres labos pourraient travailler sur ce nouveau virus et cela augmenterait grandement les risques de le voir s’échapper dans la nature.

En médecine, souvent, on tente de mesurer les bénéfices par rapport aux risques. Et aujourd’hui, les avis sont partagés. Quel est le vôtre ? [Science Insider via Geekosystem and RT]  et en français [BigBrowser, Slate]

© DPix Center – Fotolia.com

Via Gizmodo


Faible en calories et avec un pouvoir sucrant supérieur au saccharose, l'aspartame est utilisé dans de nombreux produits alimentaires.

Faible en calories et avec un pouvoir sucrant supérieur au saccharose, l’aspartame est utilisé dans de nombreux produits alimentaires.D.R.

Des scientifiques, des pédiatres et des gynécologues ont adressé un courrier, jeudi 17 novembre, au ministre de la santé, Xavier Bertrand, lui demandant d’alerter les femmes enceintes du risque d’accoucher prématurément si elles consomment de l’aspartame, un édulcorant qu’on trouve notamment dans les boissons light.

« Les chiffres se passent de commentaires », précise Europe 1 qui publie la lettre sur son site Internet. Les scientifiques de Réseau environnement santé (RES) se basent sur une étude danoise, publiée il y a un an, qui « mettait en évidence un taux plus élevé de naissance prématurée tardive (soit entre les 32e e et 36e semaines d’aménorrhée), proportionnel à la consommation de boissons gazeuses avec édulcorants ».

L’étude, conduite par le Danois Thorhallur Halldorsson, publiée en 2010 dans l’American Journal of Clinical Nutrition, était consacrée à l’impact des boissons light ou sans sucre – c’est-à-dire contenant un édulcorant – sur près de 60 000 Danoises enceintes. Il est apparu que la consommation d’au moins une boisson gazeuse contenant un édulcorant augmentait en moyenne de 38 % les risques de naissance avant terme. L’augmentation des risques est de 27 % si l’on n’en boit qu’une par jour, 35 % si l’on en boit 2 ou 3, 78 % quand c’est plus de 4. L’impact est moindre quand les boissons sont non gazeuses, l’augmentation du risque allant de 11 à 29 %.

« LE DOUTE DEVRAIT PROFITER AU CONSOMMATEUR »

Pour les scientifiques, il est temps d’avertir les femmes enceintes de ce risque. « Vous avez déclaré, à propos de l’affaire du Mediator, que le doute devait désormais profiter au malade. Dans le cas présent, il nous semble que le doute devrait profiter au consommateur », concluent-ils leur courrier à l’adresse de M. Bertrand.

L’aspartame, édulcorant le plus utilisé au monde (Canderel, Nutrasweet…), se retrouve dans plus de 6 000 produits, du chewing-gum aux boissons light, dont plus de 500 produits pharmaceutiques. Selon le RES, 200 millions de personnes en consommeraient « régulièrement ». Chez les enfants et les femmes en âge de procréer, l’absorption quotidienne est estimée à 2,5 à 5 mg par kg de poids corporel. La dose journalière admissible établie par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) est de 40 mg/kg. L’EFSA a été invitée en mai 2011 par la Commission européenne à anticiper la réévaluation complète de la sécurité de l’aspartame (E 951) en 2012.

Le Monde.fr


cheltrail nom 666

Jusqu’ici, les « chemtrails » relevaient plutôt du domaine vague (et méprisé) des « théories du complot », en dépit du fait qu’un congressman américain du nom de Dennis Kucinich les avaient clairement mentionnés dans un projet de loi intitulé Space Preservation Act, qui fut comme par hasard rejeté par une majorité de parlementaires. Cette fois-ci, plus moyen de nier, une grande compagnie aérienne américaine Evergreen International Aviation l’admet officiellement sur son propre site Web… L’auteur de l’article que nous avons traduit mentionne également d’autres faits intéressants concernant la modification climatique (la Convention ENMOD avait en son temps, 1976, pourtant interdit ce genre d’activité…), la capacité de déclencher des tremblements de terre (toutes ces choses relevant bien sûr habituellement du « conspirationisme »), etc…
Evergreen Aviation, l’une des plus grandes compagnies aériennes, reconnaît avoir passé des contrats pour les chemtrails avec l’US Air Force


NDLR: Le clip vidéo que j’ai déjà lié à cette page était un film promotionnel publié par Evergreen Aviation, montrant son Supertanker pulvérisant toutes sortes de substances. Le narrateur se vantait des capacités de l’engin, y compris la restauration de plancton dans les eaux ravagées par le pétrole, en plus du confinement des déversements de pétrole, de la lutte contre les incendies, et d’une foule d’autres applications.
Récemment, le clip a été retiré et toutes les vidéos YouTube mentionnant Evergreen ne citent maintenant seulement que les moyens de lutte contre les incendies de l’engin par pulvérisation d’eau ou d’un produit ignifuge.
Toutefois, d’autres applications du Supertanker restent affichées dans la rubrique « Marchés » sur le site Web d’Evergreen, comme indiqué ci-dessous.
Par Joan Biakov
Sur leur propre site Web, dans la section « Markets » (marchés) pour leur nouveau Supertanker, ils déclarent sans ambages que la « modification climatique » se trouve parmi d’autres services intéressants.
Extrait tiré directement du site Web d’Evergreen Aviation :
MARCHÉS:
• Lutte contre les incendies
• Confinement des déversements de pétrole
• Modification climatique
• Décontamination biochimique
Le Supertanker d’Evergreen ne se limite pas à la lutte contre les incendies. Ce sera un véritable avion utilitaire, avec la capacité d’être configuré pour des applications différentes dans un court délai. Cette avion multimission peut assumer des missions de sécurité et environnementales sensibles. Les capacités exceptionnelles de largage de l’avion, son temps de maintien en l’air au dessus d’une zone déterminée, et sa taille, en font un outil idéal pour effectuer des missions de sécurité intérieure difficiles, capable de neutraliser les attaques chimiques contre des installations militaires ou de grands centres de population, et aider à contrôler les grands déversements de pétrole désastreux dans l’environnement.
En outre, le pont supérieur du Boeing 747 offre plus de 200 pieds carrés d’espace qui pourraient être utilisés comme centre de commande et de contrôle. EIA possède un numéro d’exemption 1870C FAA qui permet le transport d’un maximum de cinq personnes qui sont membres de l’équipage à l’étage supérieur. Cette zone est capable de fournir de l’espace pour les composants de commande et de contrôle qui aideraient à la cartographie sophistiquée, à la surveillance des incidents et communication vidéo/relais descendant qui pourrait nécessiter du personnel supplémentaire au-delà de l’équipage requis.
Quels aéroports utilisera Evergreen pour son Supertanker?
Evergreen pilotera cet avion depuis n’importe quel aéroport important avec suffisamment d’espace au sol pour contenir l’appareil. Il s’agit notamment des bases civiles, des bases mixtes civiles/militaires, et des bases militaires accessibles. En règle générale, les exigences de longueur de piste pour le supertanker Evergreen sont de 8000 pieds.
Le Supertanker permet t-il de lutter contre les incendies la nuit, alors que c’est le moment où il sont le plus vulnérable?
Le Supertanker utilise de l’avionique de pointe et vole à des altitudes hautes, plus sûres, qui permettront aux services d’incendie de lutter contre les incendies pendant la nuit, alors qu’ils sont moins virulents.
Y a t-il d’autres marchés pour le Supertanker Evergreen? Peut-il opérer de façon mondiale?
Evergreen étudie d’autres applications pour le Supertanker. Le confinement des déversements de pétrole, la décontamination chimique, et la modification climatique, sont tous des marchés potentiels pour cet avion. Comme l’appareil est pressurisé, le Supertanker Evergreen a la capacité de n’importe quel Boeing 747. Cela permet à l’avion de se déployer dans n’importe quel endroit du monde.
Si vous voulez lire vous-même sur ce sujet, allez simplement sur gibiru.com, faites une recherche pour « Weather Control », puis commencez à cliquer sur les liens qui se présentent. Vous trouverez peut-être ceci aussi surprenant que moi. Voici en résumé de quoi il s’agit:
Le contrôle climatique est-il une réalité?
Oui.
Possédons-nous la technologie pour créer un ouragan, ou une tornade, ou des tremblements de terre?
Oui.
Qui possède cette technologie?
Les États-Unis et la Russie. Mais la Russie a mis la technologie sur le marché.
Quelles sont les technologies spécifiques/techniques qui peuvent être utilisées pour modifier les conditions météorologiques et créer des tempêtes?
Il y en a plusieurs.
Les lasers à haute énergie peuvent être dirigés dans l’atmosphère, ce qui produit de l’oxygène libre (O2), ceci combiné avec l’hydrogène pour produire du H2O – de l’eau. Les lasers basés dans l’espace sont encore plus efficaces, et peuvent également produire de l’O3 (ozone), tout en produisant de l »eau dans l’atmosphère. L’eau est l’élément le plus essentiel dans les conditions météo. Sa quantité, à un moment et à un endroit donné, peut produire des changements du vent, de la pluie (évidemment), de la neige, mais une utilisation intelligente de celle-ci peut créer une tornade, ou, au dessus de l’eau, un ouragan. Au dessus de l’eau chaude de l’océan, elle produit un ouragan très puissant, et si elle est produite dans la bonne position au bon moment, les vents dominants vont la transporter où vous voulez qu’elle aille.
Mais beaucoup plus efficace que cette technologie est le projet HAARP en Alaska. Celui-ci utilise les VLF (Très basses fréquences), des impulsions d’énergie rebondissant sur l’ionosphère pour créer des conditions météorologiques extrêmes partout dans le monde qu’ils souhaitent pour le diriger. La Terre a une fréquence de résonance fondamentale de 7,83 hz . Tout ce qui fonctionne à une fréquence inquiétante que les risques de tous les aspects de la terre. Météo, tremblements de terre, etc Cela dépend de la quantité d’énergie produite. HAARP produit 1,7 gigawatts.
Voici quelques citations intéressantes à ce sujet que j’ai trouvé sur un des sites que j’ai visité…

Source: forbiddenknowledgetv + http://rustyjames.canalblog.com/

Via Les moutons enragés.Fr

By: lecteur


Un pathologiste italien a indiqué que les microscopiques morceaux de métal qui flottent dans les airs à la suite d’une attaque terroriste pourraient être une menace pour la sécurité nationale.

Image/http://www.ps3gen.fr

« Les nanoparticules sont des agents pathogènes physiques qui pourraient être utilisées comme une nouvelle forme de terrorisme à coût moindre« , a annoncé Antonietta Gatti, chercheur au sein du projet de la nano-écotoxicologie à l’Institut Italien de Technologie, dans le cadre de la conférence sur la biosécurité de Washington en 2011.

 

On trouve ces particules dans les produits commerciaux comme les T-shirts de course de fond qui emploient de l’argent pour contrôler l’odeur. De tels minuscules morceaux de métal brûlant à de très hautes températures peuvent propager des fumées dangereuses, explique-t-elle. Elle ajoute que les bombes et munitions perforantes à haute-vélocité qui dispersent des particules dans l’air sont des exemples de ce phénomène.
Ces particules sont inhalées par les soldats et les civils ou ingérées lorsque les animaux se nourrissent des plantes qui y sont exposées. Les particules métalliques non-biodégradables sont plus petites que des cellules sanguines et font rapidement leur chemin à travers le flot sanguin, s’installent dans les organes et provoquent une pléiade d’effets néfastes, dit-elle.

Madame Gatti pense que ces nanoparticules sont la cause de lymphomes non hodgkiniens chez des soldats qui ont servi dans le cadre de missions de maintien de la paix dans les Balkans et qu’elle a examinés.

« Cette nouvelle enquête peut aider à comprendre l’existence de ces maladies« , indique-t-elle.

Après le 11 Septembre, beaucoup de secouristes et de badauds à New-York se sont vus souffrants de ‘maladies mystérieuses’. Dans certains examens pratiqués sur ces victimes, madame Gatti a trouvé de l’or, du cérium, de la silicone et d’autres particules toxiques dans leurs organes. « [Ils présentent] des symptômes qui ne correspondent à aucune maladie particulière« , précise-t-elle.

Les effets à retardement produits par les nanoparticules représentent une menace majeure pour la sécurité conséquemment à une attaque terroriste car il n’existe pas encore de contre-mesures pour protéger les humains et les animaux, déclare madame Gatti. Sans protection contre celles-ci, elles pourraient de même être employées pour des attaques directes, ajoute-t-elle.

« Je peux décrire un nouveau scénario, et ce scénario ne coûte pas cher aux terroristes. Et il est plus sûr [pour eux] que le schéma normal d’attaque« , dit-elle.

Auteur : David AKE

Source : National Defense Magazine

Traduction pour Theatrum Belli : Robert ENGELMANN

Source Théatrum Belli

Soldats ou civils, nous ne sommes pas à l’abri….

Via Lesmoutonsenragés.Fr


Révélation : En les truquant délibérément, le CDC a dissimulé les données scientifiques montrant le lien entre les vaccins contenant du mercure et l'autisme


Natural News, Ethan A. Huff, 2 novembre 2011


      Ceux qui nient tout lien entre les vaccins chargés de mercure et l’autisme vont avoir du mal à démentir la dernière découverte de la Coalition for Mercury-Free Drugs (CoMeD). Grâce à une demande faite en vertu de la loi sur la liberté de l’information (FOIA), ce groupe à but non lucratif a obtenu des documents cruciaux qui dévoilent le rôle trompeur et manipulateur du Centre de contrôle et prévention des maladies (CDC) dans une étude clé danoise montrant un lien évident entre vaccins avec mercure et autisme.


      En 2003, la revue Pediatrics a publié une étude faite au Danemark, qui observait une baisse importante du taux d’autisme dans le pays après l’élimination du thimérosal, un ingrédient mercuriel des vaccins. Mais, grâce à l’influence corruptrice du CDC, la version de l’étude publiée dans Pediatrics prétendait en fait le contraire, et alléguait que le retrait du thimérosal avait augmenté le taux d’autisme.


      Selon les documents obtenus, les responsables du CDC ont supprimé une grande partie des données de l’étude qui montraient la baisse du taux d’autisme à la suite du retrait du thimérosal. Le CDC a ensuite déformé le reste des données afin de laisser supposer que la montée du taux d’autisme suivait le retrait du thimérosal, et suggérer qu’il n’y a pas de lien entre le thimérosal et l’autisme.


      À cause de la présentation de la version dénaturée de l’étude du CDC sur Pediatrics, les auteurs de l’étude ont contacté les responsables du CDC pour leur faire savoir que l’agence avait mal interprété les données. Ils ont essayé de dire au CDC que ses chiffres et conclusions étaient erronées et que des corrections devaient être apportées.


      Le CDC aurait répondu qu’il remettrait à plat les données incorrectes, mais a de toute façon procédé à la soumission de la version corrompue de l’étude à Pediatrics. Après avoir encouragé les éditeurs de Pediatrics à faire une révision rapide de l’étude corrompue, le CDC a fini par convaincre la revue de publier l’étude bidon, ce qui fut fait en 2003.


      Maintenant que cette information cruciale a été officiellement diffusée afin que le monde la voit, la CoMeD presse le CDC de procéder à une enquête policière complète sur la question, et de faire une déclaration officielle pour savoir si oui ou non une supercherie scientifique était concernée. La CoMeD exige aussi la rétractation complète de l’étude corrompue de Pediatrics.


      Lisa Sykes, la présidente de la CoMeD, a déclaré : « Cela ne devrait pas être toléré de la part de ceux qui sont chargés de la santé et du bien-être de nos enfants. »

Pour en savoir plus, visitez le site :
http://mercury-freedrugs.org/


Les sources de cet article comprennent :
http://www.anh-usa.org/cdc-mercury-in-vaccines/

Original : www.naturalnews.com/034038_vaccines_autism.html
Traduction copyleft de Pétrus Lombard

Source Alterinfo


 

L’industrie agroalimentaire utilise un OGM pour réparer un fléau qu’elle a engendré, et le teste sur le public

 Le CSIRO (Organisme australien de recherche scientifique et industrielle du Commonwealth) admet tacitement que l’industrie agroalimentaire est à l’origine de la majorité des cancers du côlon. Présentement, elle fabrique un blé génétiquement modifié pour corriger ce qu’elle a déclenché.


      Selon le Dr David Topping du CSIRO, 80 pour cent des cancers du côlon sont évitables, et leur origine est dans la suppression de la plupart des fibres solubles des grains lors de leur traitement en masse pour produire les machins qui passent trop souvent aujourd’hui pour de la nourriture.


      L’approche rationnelle visant à prévenir le cancer du côlon serait naturellement d’arrêter de faire ce qui le provoque. Mais ça diminuerait les bénéfices de l’agroalimentaire. C’est pourquoi, Topping préconise de bricoler par génie génétique des grains, capables de résister à la destruction due aux procédés de production utilisés dans la fabrication des pseudo-aliments vendus habituellement en supermarché et au restaurant.


      Adelaide Now rapporte ce qu’a déclaré Topping :

      Dans les années 50, grandit l’impression que les gens consommant de la nourriture traditionnelle, riche en céréales non raffinées, ne semblaient pas avoir de maladies qui n’étaient pas là avant. Ainsi, même s’ils étaient mieux nourris… ils avaient des taux plus élevés de maladies coronariennes, de diabète, d’appendicite, de constipation et autres.

 

      Nous avons éliminé ce que nous appelons les fibres solubles et ce qui était appelé l’amidon résistant. La raison pour laquelle nous les remettons, ce n’est pas parce qu’elles nous nourrissent, elles nourrissent nos bactéries. Ces bactéries métabolisent la fibre et produisent des composés qui favorisent la santé de l’intestin, du foie et de la totalité de l’organisme indirectement.

      Il ne pourrait pas être plus clair que l’agroalimentaire comprend parfaitement qu’elle fait mourir des milliers de gens du cancer du colon depuis des décennies.


      Seulement, au lieu de le révéler, de l’admettre et de s’excuser, ils veulent utiliser sur nous une chose que maintes et maintes études scientifiques ont démontrée à l’origine d’horribles dégâts de santé, notamment de malformations congénitales, de fausses couches et de maladies chroniques.


      L’agroalimentaire se propose de résoudre le problème qu’elle a créé en fabriquant des céréales génétiquement modifiées qui, selon elle, éviteraient aux grains d’être détruits par les méthodes modernes de transformation des aliments. En fait, ils sont déjà très avancés sur la voie de leur production, et espèrent les avoir prêtes pour le marché dans 2 à 3 ans.

Le CSIRO les fait déjà pousser !


      Au cas où ce ne serait pas assez ubuesque, le CSIRO a déjà commencé à faire pousser ce blé OGM en plein champ en Australie. Les gens de Greenpeace protestent vigoureusement et ont détruit le premier champ.


      Lors d’une séance de question et réponse sur la question, ils déclarent :

      Le blé génétiquement modifié mis en circulation en Australie n’a pas été démontré sûr. Ses effets toxiques et allergiques n’ont pas été testés. Toutes les évidences montrent que [la propagation de] ce blé génétiquement modifié ne peut être maîtrisée, il contaminera notre réserve alimentaire et l’environnement.

 

      Le gouvernement australien a refusé de protéger les Australiens contre les dommages dus à la diffusion du dangereux blé génétiquement modifié. Les plantes génétiquement modifiées sont des organismes vivants capables de se multiplier et de se croiser. Elles constituent une menace de dommage irréversible pour l’environnement de l’Australie et notre réserve alimentaire.

      Greenpeace avance trois raisons élémentaires sur le fait que les expériences génétiques en plein air comme celle-ci ne doivent pas être faites :

      – La preuve nette de la contamination des OGM, et le gouvernement australien possède des données qui la documentent.

 

      – Il n’a pas été démontré que manger des aliments génétiquement modifiés est sans danger.

 

      – Les aliments génétiquement modifiés ne peuvent être stables génétiquement, et c’est considéré comme l’un des plus grands dangers associés au génie génétique. Le gouvernement australien a reconnu cela par cette déclaration, « Le génie génétique a la capacité de créer des effets non désirés à cause de la méthode servant à insérer un nouveau matériel génétique ou en créant un produit génétique touchant de multiples traits. » En tout cas, il a néanmoins approuvé la culture de ce blé génétiquement modifié !

      Tout cela n’est même pas le bout de la perfidie montrée par le CSIRO. Ils prévoient aussi de tester le blé sur les gens – et ils n’ont aucun intérêt à rechercher les effets toxiques ou allergiques. Leur seul intérêt est de savoir si le blé génétiquement modifié réalise ce pourquoi il a été modifié. Il n’y a absolument aucun souci des risques possibles pour le public !


      Greenpeace a publié une demande d’accès à l’information des documents d’éthique de santé et de sécurité concernant le blé modifié génétiquement. Elle a été refusée au prétexte de « secret commercial » [commercial in confidence]. Ainsi, le fait qu’une société affirme simplement que des documents sont confidentiels signifie que la population australienne n’a droit à aucune information concernant l’innocuité de ce grain génétiquement modifié.


Voici une courte vidéo de Greenpeace qui explique ses préoccupations au sujet du blé génétiquement modifié :


Hypocrisie et prétention démesurée


      L’hypocrisie et l’arrogance du CSIRO, l’organisme gouvernemental australien, et de son partenaire commercial en génie génétique, Limagrain, sont étourdissantes et les plus emblématiques de toute l’industrie agroalimentaire :

      – L’industrie a provoqué un fléau mortel de cancer de l’intestin qui a tué des milliers de gens – et elle en est consciente.

      – Pour circonscrire le fléau qu’elle a engendré – et faire littéralement des milliards de dollars de profits supplémentaires – l’agroalimentaire projette de cultiver et vendre des céréales génétiquement modifiées.

      – Limagrain et son complice, l’organisme gouvernemental CSIRO, refusent de fournir les informations sur le blé génétiquement modifié, en affirmant qu’elles sont confidentielles.

      – Le CSIRO essaie de faire pousser ce grain dans des plantations incontrôlables, en plein air, en dépit des risques graves reconnus.

      – Le CSIRO a l’intention de tester le blé produit sur les humains, sans se soucier de rechercher les effets indésirables qui lui sont associés.

      Que devons-nous faire de plus pour comprendre que l’industrie agroalimentaire est irrémédiablement corrompue ?

Original : gaia-health.com/gaia-blog/2011-10-20/agribusiness-to-use-gmos-to-fix-a-plague-it-caused-bowel-cancer-and-test-it-on-the-public/
Traduction copyleft de Pétrus Lombard

Via Alterinfo


Chers amis,

Une fois de plus, l’Injustice française a frappé ! Et ce qui suit est absolument répugnant et révoltant.

Incapable, incompétente et REFUSANT de juger les hommes politiques reconnus comme des criminels notoires (cf. Dominique Strauss-Kahn contre Tristane Banon), incapable et REFUSANT de prendre au sérieux les dires des petites victimes de pédophiles (cf. http://www.wikistrike.com/article-castres-comment-la-justice-a-nie-la-parole-des-enfants-pendant-10-ans-87235756.html ), CETTE « JUSTICE » DE PLEUTRES ET DE CORROMPUS S’EN PREND DÉSORMAIS… AUX VICTIMES !

L’ARTICLE CI-DESSOUS CONCERNE LES VICTIMES DE L’AMIANTE (une substance cancérigène qui a continué d’être utilisée trop longtemps dans la construction, et pour laquelle les indécrottables criminels de l’industrie et du gouvernement n’ont pas pris les mesures qui s’imposaient afin de protéger la santé des gens du peuple)…

LES PERSONNES QUI SONT VICTIMES DE L’AMIANTE EN FRANCE VONT, SUITE À UNE DÉCISION INIQUE DE LA MALFAISANTE COUR D’APPEL DE DOUAI, DEVOIR REMBOURSER UNE BONNE PARTIE DE LEUR INDEMNISATION, PARCE QUE, SOI-DISANT, « ON LES INDEMNISAIT TROP » !

DONC, EN PLUS D’AVOIR LE CANCER OU DES PROBLÈMES DE SANTÉ LIÉS AUX DÉGÂTS PROVOQUÉS PAR LES MICROFIBRES D’AMIANTE ET QUI NECESSITENT DES SOINS COÛTEUX, CES PERSONNES – QUI RECEVAIENT UNE INDEMNISATION SUITE À LEUR MALADIE – VONT DEVOIR REMBOURSER, PER CAPITA, UNE SOMME ALLANT DE 5000 À 15000 EUROS !

CETTE DÉCISION INJUSTE ET ABJECTE CONCERNE À PEU PRÈS 300 PERSONNES ET FAMILLES. ELLE VA CERTAINEMENT FAIRE JURISPRUDENCE EN FRANCE, ET ÊTRE APPLIQUÉE À L’ENSEMBLE DES VICTIMES DE L’AMIANTE.

Comme il est « étrange » de constater que ce genre de mesure, qui fera économiser de l’argent à l’Etat, SURGIT JUSTE AU MOMENT OÙ DES MESURES D’AUSTÉRITÉ ÉCONOMIQUES SONT SUR LA TABLE… mesures d’austérité qui, comble des combles, servent à entasser les populations et à recapitaliser les banques criminelles qui sont à l’origine de cette crise économique qui dure depuis 2008 (USA et subprimes) !

Je prédis aussi que la mauvaise foi et que l’injustice que nous avons pu observer dans le dossier de l’amiante, seront sans doute également appliquées pour le problème des nanoparticules, qui elles aussi, malgré leur taille infime, peuvent être extrêmement toxiques pour la santé. MALGRÉ le fait que l’on CONNAISSE déjà leurs effets toxiques, ces nanoparticules CONTINUENT d’être développées et produites, non seulement dans des buts financiers, mais aussi à des fins de DÉPOPULATION CRIMINELLE !

Avec un gouvernement de dictateurs et une « justice » si corrompue, les malheureux Français sont encore loin s’être sortis d’affaire…

A QUAND UNE RÉVOLUTION EN BONNE ET DUE FORME CONTRE CE SYSTÈME PUTRIDE QUI PRIVILÉGIE LES VOLEURS, L’ÉLITE ET LES RICHES, ET CONDAMNE LES INNOCENTS ET LES VICTIMES ?

Car c’est l’ENTIÈRETÉ du système qu’il faut désormais remplacer !

L’article choquant, ci-dessous…

BONNE RÉVOLUTION… OU BON ESCLAVAGE, BONNE TYRANNIE ET BONNE MORT ! Vic.

P.S. : on ne peut pourtant pas dire que les citoyens français n’ont pas tout fait afin d’attirer l’attention sur le problème de l’amiante, tant au niveau français qu’au niveau européen ! J’en veux pour preuve ce courrier d’un Français combattant en faveur des victimes de l’amiante et dénonçant l’immobilisme des autorités françaises, ainsi que les multiples incohérences et décisions ahurissantes prises au niveau du dossier sur l’amiante, en France. Ce courrier fut envoyé à l’odieuse commissaire européenne à la « Justice », Viviane Reding : http://www.medias-france-libre.fr/index.php/chroniques/8-infomations-diverses/715-amiante-michel-langinieux-a-mme-redingue-crime-societal-en-france.html .

P.P.S. : vous remarquerez aussi comment les putes de la presse dénigrent déjà les actions de protestation (manifestations) qui seront mises en oeuvre par les victimes de l’amiante suite à cette décision abominable… La peste soit de ces « presstitués » au service du pouvoir !

Source : http://www.francesoir.fr/actualite/societe/amiante-dans-nord-une-double-peine-pour-victimes-151584.html

Publié le 28 octobre 2011 à 13h50

AMIANTE DANS LE NORD : UNE DOUBLE PEINE POUR LES VICTIMES

La cour d’appel de Douai a décidé jeudi de revoir à la baisse l’indemnisation des victimes de l’amiante. En conséquence, 300 PERSONNES DU NORD-PAS-DE-CALAIS DEVRONT, TRÈS PROBABLEMENT, REMBOURSER DES SOMMES ALLANT DE 5.000 À 15.000 EUROS.


La cour d’appel de Douai a décidé jeudi que les victimes de l’amiante devraient rembourser une partie de leurs indemnisations MaxPPP/Sami Belloumi

Un long parcours judiciaire vient de s’achever. Et LA SENTENCE EST DOULOUREUSE POUR LES VICTIMES. BRUTALE MÊME. LA COUR D’APPEL DE DOUAI (NORD-PAS-DE-CALAIS) A DÉCIDÉ, JEUDI, DE REVOIR À LA BAISSE L’INDEMNISATION DES PERSONNES EXPOSÉES À L’AMIANTE.

APRÈS DE NOMBREUX REBONDISSEMENTS JUDICIAIRES, IL APPARAÎT QUE 300 PERSONNES DE LA RÉGION VONT CERTAINEMENT DEVOIR REMBOURSER DES SOMMES ALLANT DE 5 000 À 15 000 EUROS. Une décision choc relayée par le quotidien La Voix du Nord (cf. http://www.lavoixdunord.fr/Region/actualite/Secteur_Region/2011/10/28/article_environ-trois-cents-victimes-de-l-amiant.shtml ).

« On a perdu. C’est un arrêt très décevant. POUR L’INSTANT, IL CONCERNE 17 VICTIMES DE L’AMIANTE MAIS ÇA VA FAIRE JURISPRUDENCE. AU TOTAL, ENVIRON 300 PERSONNES VONT DEVOIR RENDRE ENTRE 5 000 ET 15 000 EUROS » s’inquiète Me Jean-Louis Macouillard, avocat des associations de famille des victimes.

Et pour rendre sa décision, la cour d’appel s’est appuyée sur un arrêt de la Cour de cassation, daté d’automne 2009. SAISIE PAR LE FONDS D’INDEMNISATION DES VICTIMES DE L’AMIANTE (FIVA), LA JURIDICTION AVAIT DÉCIDÉ DE DIMINUER DE MOITIÉ LE BARÈME DES INDEMNISATIONS. UN JUGEMENT QUI OBLIGE DONC LES PERSONNES EXPOSÉES À L’AMIANTE ET COMPENSÉES AVANT CETTE DATE À REMBOURSER UNE PARTIE DE L’ARGENT QU’ILS ONT REÇU.

Décision définitive

DEPUIS CETTE DÉCISION LES DIVERSES ASSOCIATIONS DE VICTIMES S’INSURGEAIENT. ILS AVAIENT DONC FAIT APPEL DE CET ARRÊTÉ. UN APPEL QU’ILS ESPÉRAIENT GAGNANT. SAUF QUE LA COUR EN A DÉCIDÉ AUTREMENT, CE JEUDI. ET L’ORDONNANCE EST IRRÉVOCABLE CETTE FOIS.

Verdict : il va falloir rembourser. Difficile à digérer. Notamment pour Pierre Pluta, président de l’Association régionale de défense des victimes de l’amiante. « C’EST DRAMATIQUE POUR DE NOMBREUSES VICTIMES QUI ONT ATTENDU DES ANNÉES POUR UNE INDEMNISATION JUSTE. ELLES VONT SE RETROUVER DEVANT DE GRANDES DIFFICULTÉS FINANCIÈRES EN PLUS DE LEURS PROBLÈMES DE SANTÉ » affirme-t-il, sous la colère.

Pour Martine Lecerf, du Comité amiante prévenir et réparer, la déception est immense. « C’EST AHURISSANT ! COMMENT FAIT-ON POUR ANNONCER CELA AUX VICTIMES ? ON NE SAIT PAS ENCORE DANS COMBIEN DE TEMPS LE FIVA VA LEUR DEMANDER DE REMBOURSER. TOUT CE QUE L’ON SAIT C’EST QU’ON DIVISE LEURS INDEMNISATIONS PAR DEUX, JE BOUS DE COLÈRE ET DE HAINE » DÉCLARE-T-ELLE AUX BORDS DES LARMES.

Pour faire part de leur incompréhension et exprimer leur mécontentement, les victimes devraient prochainement organiser diverses MANIFESTATIONS. Pas sûr que cela ne change grand chose pour autant.

Par Maxime Ricard

Source L’ écho des montagnes


Fidéliser un maximum de nouveaux fumeurs et engranger beaucoup de bénéfices : les cigarettiers jouent et gagnent sur tous les tableaux.

Comment les industriels du tabac se "sucrent" !Les fabricants ajoutent du sucre et des arômes pour adoucir le goût du tabac et ainsi attirer de nouveaux consommateurs. © Nicolas Chauveau / Sipa

 

Des cigarettes « bonbons » aux cigarillos desserts, tout est bon pour séduire de nouveaux consommateurs, notamment les femmes et les jeunes. C’est ce que prouve le mensuel 60 millions de consommateurs, qui publie, dans son numéro de novembre, les résultats d’un test réalisé par l’Institut national de la consommation (INC) en partenariat avec le Comité national contre le tabagisme (CNCT). Pour arriver à cette conclusion, les experts ont analysé en laboratoire la composition de vingt produits aromatisés, des cigarettes, des tabacs à rouler, à pipe et à narguilé, des cigarillos et des papiers à rouler. Résultats pour le moins inquiétant : près de 10 % de sucres dans un tabac à rouler et des cigarillos fortement aromatisés à la vanille.

C’est pour adoucir le goût du tabac et ainsi attirer et fidéliser de nouveaux consommateurs que les fabricants ajoutent du sucre et des arômes dans leurs produits en toute opacité, puisque la composition ne figure pas sur les paquets. Et ce comportement n’est pas attaquable puisqu’ils respectent le décret du 30 décembre 2009 qui interdit l’ajout d’édulcorants et limite la teneur en arômes de vanille et éthylvanilline dans les cigarettes. Or la dose maximale fixée ne correspond pas à un seuil sanitaire et malheureusement ce décret n’interdit pas aux fabricants de tabac de continuer à vanter les arômes de confiserie de leurs divers produits (vanille, pomme, chocolat, barbe à papa…). D’ailleurs, le flou persiste quant aux autres arômes utilisés.

Tueurs-payeurs

De plus, précise l’INC, « les autres produits du tabac ne sont pas concernés par la réglementation. Or l’étude a mis en évidence pour certains cigarillos des taux de vanilline et d’éthylvanilline jusqu’à 10 fois supérieurs à ce qui est autorisé pour les cigarettes. » De même, les édulcorants sont interdits sur la manchette (papier entourant le filtre) des cigarettes, mais pas sur le papier pour le tabac à rouler. De fait, la présence de saccharinate de sodium a été notée sur l’un des deux papiers à rouler analysés. Le mensuel 60 millions de consommateurs et le CNCT regrettent que les consommateurs soient « mieux informés sur la composition d’un yaourt que sur celle d’un produit aussi nocif que le tabac ». Ils demandent que la réglementation concerne l’ensemble des produits du tabac, que l’interdiction des arômes soit étendue et que l’étiquetage soit transparent.

Dans le même temps, la Ligue contre le cancer vient de lancer une nouvelle campagne choc contre les industriels du tabac. Son titre : « Tueurs-payeurs », pour répondre au principe du « pollueur-payeur ». Sur son site, deux compteurs tournent en permanence : celui du nombre de morts liées au tabac depuis le 1er janvier dernier et celui des profits de l’industrie du tabac, dont la vitesse de progression est effrayante. Globalement, précise la Ligue, 15 000 personnes sont tuées dans le monde chaque jour par le tabac. 900 millions de dollars de chiffre d’affaires sont réalisés, toujours quotidiennement, par les quatre principales industries du tabac. « Dites stop ! L’industrie du tabac doit payer, insiste-t-elle. Et exigez de nos dirigeants politiques la mise en place d’un prélèvement direct et obligatoire sur les bénéfices de ces sociétés. » C’est pourquoi la pétition « tueurs-payeurs » est à la disposition des internautes. L’idée est de récolter un maximum de signatures qui seront remises aux décideurs internationaux lors du prochain sommet du G20, les 3 et 4 novembre à Cannes.

Source Lepoint.fr


https://i0.wp.com/www.danger-sante.org/images/ogm/danger-ogm.jpgBRUXELLES – Les géants de l’agroalimentaire, contrariés par la perception négative des cultures d’OGM en Europe, cherchent à enrôler des personnalités pour peser sur le processus de décision afin d’obtenir des autorisations de culture, revèle un document dont l’AFP a obtenu copie vendredi.

L’ancien ministre socialiste français Claude Allegre, l’ancien commissaire européen britannique Chris Patten, le chanteur irlandais Bob Geldorf, et le musicien écossais David Byrne ont manifesté leur intérêt à devenir ambassadeurs de la cause des OGM, précise ce document, un mail à en tête d’EuropaBio, lassociation qui représente les intérêts de Monsanto, de BASF et des autres grands groupes du secteur en Europe.

Le mail, une lettre, vante également les possibles adhésions de l’ancien secrétaire général de l’ONU, Kofi Anan, et du journaliste écologiste britannique Mark Lynas à cette initiative, dont le but est d’aider l’Europe à revoir sa position sur les cultures d’OGM.

Le groupe Monsanto est particulièrement intéressé par l’entreprise, car un de ses produits, le Maïs 810, attend le renouvellement de son autorisation de culture depuis plus d’un an.

Or sept pays –la France, l’Allemagne, la Hongrie, la Grèce, le Luxembourg, l’Autriche et la Bulgarie– ont pris des mesures de sauvegarde pour interdire sa culture sur leur territoire.

Tout le processus d’autorisation des mises en culture d’OGM est depuis bloqué.

Deux OGM sont cultivés dans l’UE: la pomme de terre OGM Amflora développée par le groupe allemand BASF, en Allemagne et en Suède, et le maïs MON 810 en Espagne, au Portugal, en République Tchèque et en Slovaquie.

Des cultivateurs ont demandé quinze autres autorisations, concernant pour la plupart des maïs génétiquement modifiés.

EuropaBio, contactée vendredi par l’AFP, n’a pas caché son embarras après la fuite de ce document classifié confidentiel, mais a insisté sur le caractère parfaitement légal de l’initiative.

Il n’est pas question de rémunération. Les personnes contactées ont par le passé manifesté publiquement leur intérêt pour cette technologie, a souligné un de ses représentants.

Greenpeace a dénoncé une campagne de relations publiques insultante pour les citoyens européens.

Source: romandie.com

By: pokefric

Via lesmoutonsenragés.Fr


L’Hydromel, la boisson des dieux

L’hydromel appelé chouchen en breton, est du vin de miel. C’était très certainement la première boisson alcoolisée bues par nos ancètres.

hydromel.jpg
Ingrédients :
100 grammes de miel par litre d’eau.
Désinfectez le matériel avant toute chose.
Il y a de nombreuses techniques, méthodes et variantes, toutefois ce qui suit est une base.
Mélangez le miel et l’eau et faites fermenter le tout en ajoutant le jus d’un ou deux citrons (l’acidité permet aux bactéries de mieux se développer).
Suivant les goûts et les disponibilités ajoutez quelques pommes écrasées, du gingembre, des clous de giroffles, du thé, de l’essence de vanelle, des framboises,etc…

Faites chauffer le mélange à feu doux, jusqu’à ce qu’il ait pris une bonne consistance.
Laisser bouillir jusqu’à ce que le mélange soit réduit d’un quart
environ. On appelle cela le moût.
Prenez soin de bien écumer le liquide durant l’ébullition.
Puis passez-le au tamis.
Lorsque le mélange est devenu tiède, ajoutez éventuellement un peu de levure à pain pour accélérer le processus et laissez fermenter au moins une journée. La fermentation est produite par des levures endogènes présentes dans le miel. On peut considérer que le processus est terminé quand la mousse blanche commence à retomber.
Verser le résultat dans un tonneau de bois après une nouvelle filtration.
Si vous n’avez pas de tonneau, pour reproduire ses effets ajoutez des petits morceaux de chêne dans la bouteille. Bouchez l’orifice avec une gaze stérile ou un simple linge pour laisser respirer le dégagement de gaz carbonique sinon gare à l’explosion de vos bouteilles !

Au bout de 2-3 mois(quand le mélange a totalement finit de pétiller), filtrer une dernière fois avec des filtres à café (c’est un peu long a faire) et mettre en bouteille.
L’hydromel est buvable tout de suite, mais se bonifie avec le temps
Autrefois, on posait le baril au coin d’une cheminée, dans laquelle il fallait entretenir un petit feu jour et nuit…
Il peut servir à faire du vinaigre legèrement sucré.

Source Wikistrike


Classement des ondes émises

MAJ 17/06/2011

Les téléphones mobiles intègrent de plus en plus de fonctionnalités et sont désormais capables de rivaliser avec des appareils photo, des caméscopes ou des GPS d’entrée de gamme.

Revers de la médaille, ces appareils « tout-en-un » dégagent également des rayonnements (mesuré par l’indice DAS) qui pourraient avoir des effets négatifs sur la santé.

Après vous avoir présenté les 12 règles pour limiter son exposition aux rayonnements, voici une sélection des mobiles les plus vendus  en fonction de leur émission d’ondes.

DAS-radiation-telephone.JPG

Tout d’abord, récapitulons. L’indice DAS est mesuré en Watts par kilo et, suivant le décret du 8 octobre 2003, tous les téléphones portables commercialisés en France doivent avoir un indice inférieur à 2 W/kg sur 10 g de tissus. A noter, que pour les Etats-Unis, le protocole FCC pour établir le SAR ( DAS version US) se base sur 1g de tissus humain, la valeur maximal passe dans ce cas à 1.6 W/kg.

Pour établir notre sélection, nous avons repris les téléphones les plus vendus ou les plus attendus et identifié le niveau d’onde émise (DAS) dans les spécificités techniques des constructeurs.

Les niveaux DAS relevés sont établis selon la norme européenne soit sur 10 g de tissus humain au niveau de la tête et sur la bande.

En cliquant sur chaque modèle, retrouvez le test complet du mobile, en cliquant sur la valeur DAS, retrouvez la source constructeur.

Les 20 mobiles les plus vendus au DAS le plus faible:

1.   Samsung Galaxy S                    0,23 W/kg
2.   Samsung Galaxy S 2                 0,33 W/kg
 3.   HTC Desire S                          0,35 W/kg
4.   Sony Ericsson Xperia Play        0,36 W/kg
5.   Samsung Nexus S                     0,5 W/kg
6.   HTC 7 Mozart                         0,53 W/kg
7.   LG Optimus 2X P990              0,54 W/kg
8.   Samsung Wave 2                      0,62 W/kg
9.   Samsung Player 5                     0,63 W/kg
10.  HTC HD2                                0,63 W/kg
11. Samsung Galaxy Naos               0.635 W/kg
12. HTC Sensation                         0,64 W/kg
12 bis. Motorola Droid (Milestone) 0,64 W/kg
13. Sony Ericsson Xperia Arc         0,66 W/kg
14. Acer Liquid Metal                     0,67 W/kg
15. Samsung Wave 575                   0,7 W/kg
16. Acer Liquid Mini                       0,71 W/kg
17. Acer Liquid                               0,72 W/kg
18. HTC Wildfire                            0,75 W/kg
18 bis. HTC Desire                         0,75 W/kg
19. Blackberry Torch 9800              0,79 W/kg
20. HTC Desire HD                        0,82 W/kg
20 bis. LG Viewty (KU990i)           0,82 W/kg

 

Source : cenetfrance.fr

Via Wikistrike


Un brocoli anticancer a débarqué dans les supermarchés d’Angleterre. Développé par des chercheurs anglais, ce superbrocoli renferme deux à trois fois plus de glucoraphanine, un composé naturellement présent dans de nombreux crucifères, et qui serait bénéfique dans la prévention de certains cancers.

Des scientifiques britanniques ont mis au point un brocoli d’un nouveau type, particulièrement riche en phytonutriments connus pour leurs propriétés antioxydantes. Et le Beneforté est même déjà en vente en supermarchés !

L’annonce en a été faite par les représentants de deux structures publiques de recherche, le Centre John-Innes et l’Institut pour la recherche en alimentation (IFR) de Norwich, dans la province d’East Anglia, au nord-est de l’Angleterre.

En réalité, le Beneforté ressemble à un brocoli classique. Au-delà des apparences, les scientifiques expliquent « avoir utilisé les techniques conventionnelles » pour fabriquer ce nouveau produit. Autrement dit, ils ont travaillé à partir de la version classique qu’ils ont « boostée ». « Ce nouveau produit renferme deux à trois fois plus de glucoraphanine que le brocoli classique », poursuivent les chercheurs.

Le superbrocoli anticancer n'est pour le moment en vente qu'en Angleterre.
Le superbrocoli anticancer n’est pour le moment en vente qu’en Angleterre. © bloggyboulga-Flickr CC by 20

La glucoraphanine, arme naturelle contre le cancer

Ils insistent particulièrement sur ce composé. « Naturellement présent dans de nombreux crucifères et notamment le brocoli, la glucoraphanine jouerait un rôle majeur dans la prévention de certains cancers et des maladies cardiovasculaires. » Une fois parvenue dans l’estomac, elle est en effet transformée en sulforaphane, un composé chimique capable d’aider les cellules à se défendre contre l’oxydation.

<img title="Des chercheurs ont développé le Beneforté, un brocoli contenant deux à trois fois plus de glucoraphanine, un composé qui serait efficace dans la prévention de certains cancers. © Institute of food research » src= »http://www.futura-sciences.com/uploads/tx_oxcsfutura/beneforte-broccoli_institute_of_food_research_02.jpg &raquo; alt= »Des chercheurs ont développé le Beneforté, un brocoli contenant deux à trois fois plus de glucoraphanine, un composé qui serait efficace dans la prévention de certains cancers. © Institute of food research » width= »250″ height= »333″ border= »0″ />Ce n’est pas d’hier que des vertus anticancéreuses sont prêtées au brocoli. En mars 2008 déjà, une étude confirmait le rôle protecteur de ces crucifères contre le cancer de la vessie. Trois ans plus tôt, des chercheurs japonais avaient également montré que la consommation régulière de brocolis pouvait réduire la fréquence des infections à Helicabacter pylori. Cette bactérie provoque des gastrites, et peut aussi être à l’origine d’un ulcère voire d’un cancer de l’estomac.

Impossible toutefois de trouver du Beneforté en France. Il n’est pour l’heure disponible qu’au Royaume-Uni, « dans les magasins Marks and Spencer. Il sera également commercialisé dans d’autres supermarchés du pays au cours de l’été 2012 ».

Des chercheurs ont développé le Beneforté, un brocoli contenant deux à trois fois plus de glucoraphanine, un composé qui serait efficace dans la prévention de certains cancers. © Institute of food research
Via Wikistrike