Category: Notre quotidien



Alicia Jalu, une des locataires du premier collectif breton HLM conçu selon la norme dite « passive », très en vogue en Europe du Nord. Elle passe ici sous son capteur solaire et montre, ci-contre, la VMC double flux, qui permet de réguler qualité de l’air et température.

Photo : Joël LE GALL / Ouest-France

Depuis quinze jours, tous les Français luttent contre un froid russe en poussant leur chaudière à fond. Tous ? Non ! À Saint-Léry, bourgade du centre Bretagne, d’irréductibles habitants n’allument même pas le chauffage. D’ailleurs, ils n’en ont pas. Ils habitent un logement social dit « passif », conçu pour s’en passer…

Un plan Grand froid, à ne pas laisser un SDF sortir de sa maison selon la secrétaire d’État à la Santé ? Quel froid ? À Saint-Léry, cette semaine, Alicia Jalu nous a reçus en chaussettes légères sur le parquet, juste couverte de son pull de pompier volontaire, par obligation. « Je suis d’astreinte, s’est excusée cette blondinette de 21 ans, qui paraît frêle comme un feu de brindilles. Je peux être appelée n’importe quand… Mais entrez

Merci. On connaissait ces nouvelles maisons dites « passives », encore plus économes en énergie que la norme BBC (bâtiment basse consommation) et on voulait vérifier cette promesse d’architecture sans chauffage. Au plus fort de l’hiver. Au bourg – 180 âmes nichées dans d’adorables et typiques maisons de schiste rouge -, la population affichait aussi son scepticisme. « Nous, on a nos cheminées, du bois. Mais eux, là-bas, j’me demande bien comment ils vont », s’inquiétait une octogénaire, jeudi. Elle frissonnait pour « les p’tits nouveaux », qui ont pendu leur crémaillère en avril, sur la route de Mauron.

Cette sollicitude amuse Alicia. Il fait bon chez elle, même en tee-shirt. Combien de degrés ? « Aucune idée. » Mais le froid, elle connaît ; elle travaille à l’usine de Kermené, la filiale d’abattage et de transformation de viande de Leclerc, gros employeur du secteur. Notre thermomètre est formel : 20°. « Et sans chauffage, garantit la jeune femme. On a juste allumé le radiateur d’appoint, le matin, cette semaine, les jours où il a fait – 5°C. Et qu’il n’y avait pas un seul rayon de soleil sur la baie vitrée ».

Ici, c’est le domaine des Courtieux. Une des premières HLM de France « passives ». Il comprend quatre logements de 70 mètres carrés, avec un salon-cuisine au rez-de-chaussée, deux chambres et une salle de bains à l’étage. Le tout cloisonné dans le meilleur isolant.

Un cocon orienté vers le soleil du sud, ventilé par une VMC doubler flux dernier cri et arrosé d’eau chaude par des capteurs solaires individuels. Le top du top. « Le plus difficile a été de choisir les matériaux les plus performants tout en limitant les surcoûts », indique l’architecte rennais Georges Le Garzic. Plus 10 % à l’achat quand même pour les proprios, Bretagne Sud habitat.

« 0,85 € d’électricité en décembre »……..[…]

Lire l’article entier sur Ouest-France via les moutons enragés.fr


source: Daylimotion Par aAapro


Tout a commencé par un twitt d’@Anti_Nanti, vigilance et veille internet obligent…

 

En voyant cela, je me suis dit qu’il s’agissait d’un provocateur qui utilisait un pseudo, comme c’est souvent le cas sur le net. Il faudrait en effet être vraiment très con pour laisser sa véritable identité sur la preuve d’une menace de mort. Mais que nenni !  Comme le dit la formule maintenant si commune, “les cons ça ose tout, c’est à ça qu’on les reconnait“… Un autre twittos m’a mis en effet  sur la trace de son blog. En fouillant dessus, j’y ai trouvé beaucoup de joyeusetés qui vont faire le ravissement de mes camarades bataves, le gugusse ne s’en prenant pas qu’au candidat du front de gauche… Ainsi ceci :

Nous y voilà… Civitas…. j’avais évoqué cette officine à l’occasion d’un billet sur la folie des agités du bocage bocal qui se sont attaqués à la pièce Golgota Picnic , mais je ne savais pas qu’ils étaient aussi à l’UMP, comme l’évoque également ce blogueur patenté d’extrême droite (quelle que soit son appartenance politique par ailleurs…)  ici. Je me demandais pourquoi ce charmant personnage faisait allusion à  Lellouche… Je sais maintenant pourquoi. Tout est dans le billet sur civitas…

Le Monsieur, fan d’Eric Zemmour (qui s’en étonnera ?) approfondit les raisons de sa haine pugnace  en nous faisant le plaisir de  partager sa pensée bêtise crasse    .  On apprend d’ailleurs grâce à un article du Nouvel Obs qu’il n’en est pas à son premier coup d ‘essai puisqu’il était déjà l’un des protagonistes de la propagation, avec Riposte laïque, des rumeurs ignobles concernant Martine Aubry…

Mais ce qui est plus intéressant, c’est que nous trouvons sur son blog matière à entrer en contact avec d’étranges ombres… qui font la Une de l’actualité :

En poursuivant mes investigations, comme le gars est (vraiment) très con, je me suis dit qu’il avait peut-être un compte facebook, toujours sous sa véritable identité…  Bingo ! On y apprend ainsi qu’apparemment détenteur d’une société de commerce de légumes à Avon (77), il est en fait vendeur ambulant de fruits et légumes (c’est ici, avec le plan et tout), qu’il serait né le 30 Septembre 1983, et si vous voulez tout son passionnant CV, z’avez qu’à lire comme moi ici en bas.

Tout cela pour vous prouver une chose : voilà quelles vipères vous nourrissez parmi vous, à présent, Monsieur le Ministre de l’Intérieur… La boucle est bouclée. Et maintenant que vous avez tous les renseignements nécessaires, faites votre devoir : il y a eu menace de mort envers un candidat quelque peu plus démocrate qu’on ne veut bien le laisser à penser dans une certaine presse, si l’on s’en réfère objectivement au discours de Montpellier ici, et qui défend si bien nos valeurs fondamentales : liberté, égalité, fraternité.

Ne manque plus que la… Justice. Pour tous ? L’avenir le dira. merci de me tenir au courant de cette affaire, monsieur le Sinistre de l’Intérieur… J’ai fait mon devoir, faites le vôtre.

 

Nota bene : Qui a dit (je vous ai entendu ! Même si vous n’avez fait que le penser…), pourquoi GdeC  remue-t-il ainsi la merde ?   Mais j’y peux rien moi…  C’est lui qui a commencé : il s’est attaqué à moi ! La preuve :

Source: gauchedecombat


 » Diviser pour mieux régner  »

Cette citation bien connue est plus que jamais d’actualité. Les médias liés aux politiques, eux-mêmes liés aux multinationales cherchent à nous faire détester les uns des autres.

Déteste ton voisin si il n’a pas la même couleur que toi, ton collègue s’il veut monter l’échelle sociale factice (qui donne l’illusion d’une richesse toute aussi factice) avant toi, ton ami fils d’immigré fuyant l’appauvrissement de son pays par ton pays, ton frère, chômeur et « branleur » grâce à un patron du Cac40 qui t’explique à la télé qu’il est victime de la mondialisation qu’il a pourtant lui-même voulu, ta femme parce qu’elle a eu la bonne idée d’être fonctionnaire et c’est bien connu, les fonctionnaires sont tous des faignants ! Et on pourrait citer bien d’autres exemples !

Mais les vrais coupables ne sont pas ces gens là, victimes de la même chose que toi. Les coupables de l’appauvrissement généralisé (financier, intellectuel et environnemental) sont ceux qui cherchent à nous déshumaniser par tous les moyens (émissions débiles, compétition économique toujours plus rude, faux débat politique, sur l’identité nationale par exemple, journaux télé, greenwashing, …)

Alors, pour contrer cela, employons les armes que nous avons. Allons chercher l’information nous même. N’hésitons pas à boycotter les produits dont on sait pertinemment qu’ils sont néfastes pour la santé de la société, les produits mauvais pour l’environnement ou imposant des conditions de travail difficiles. A ce sujet Coluche disait : « et dire qu’il suffirait que l’on n’achète pas pour que ça se vende pas ! » Consommons donc local, équitable et refusons le superflu.

Renouons avec le dialogue, le partage, l’entraide et le système D. Il existe et il se créer plein de solutions partout: vente directe au producteur ou au marché local, A.M.A.P., système des Ruches (voir la Ruche qui dit Oui sur Internet), réseaux d’entraide, consommation collaborative, sites et pages Internet…

Il n’y a pas de mal à s’interroger et à remettre en cause, et le changement doit être avant tout individuel.

Ce changement passe par nous tous, par moi et par toi lecteur, que tu sois chômeur, étudiant, hippie, bosseur, homo ou hétéro, gros ou maigre, écolo ou en passe de l’être, peu importe tes origines et tes croyances, puisque de toute façon nous sommes tous des CONSOMMATEURS.

Un article de Le Changement par la Consommation, posté sur une des pages Facebook de l’Association.

Source Le Changement par la Consommation via Sos-Planète via les moutonsenragés.Fr


Part benoit

Alors que le téléchargement illégal a été mis à mal depuis la fermeture de MegaUpload, son fondateur, Kim Schmitz (ou Kim Dotcom) gît toujours en prison dans l’attente de son procès. Nous vous avons déjà montré un peu qui était ce personnage fascinant, mais voici une infographie (en français) qui devrait vous en apprendre encore plus sur cet homme qui a gagné plus de 42 millions de dollars en 2010 grâce à son site de partage.

Flambeur, amateur de jolies filles, redoutable adversaire sur Call Of Duty et hacker à ses heures perdues, Kim Dotcom, le fondateur de MegaUpload s’est largement fait connaître depuis son arrestation et la fermeture de son site, le 19 janvier dernier.

Capable de dépenser 10 millions de dollars lors d’un week-end pour assister au Grand Prix de Formule 1 de Monaco, il suscite un sentiment d’admiration pour certains, de dégoût pour d’autre. Quoiqu’il en soit, c’est un personnage extrêmement intéressant – en témoigne cette infographie réalisée par codespromotion.fr – et mériterait presque qu’on lui consacre un biopic.

 

[CodesPromotion.fr via gizmodo.fr


Source   youtube


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

26/01/2012 | 08H30

Crédits photo:  La place du Vieux Marché, à Rouen (Google Street View)Voir les 1 photos
.Le Stardust, café populaire de la place du Vieux-Marché, à Rouen. Vendredi soir, c’est soirée électro. Quatre DJ locaux doivent s’y succéder. Musique numérique et bières belges au programme. Tout commence bien. Il est environ 20h00. Jusqu’à 23h30, rien à signaler. Le bruit est limité, les gens profitent de leur week-end. La soirée va pourtant dégénérer.

Vers 23h30, deux clients sortent du bar pour uriner sur une place située en face. Un premier véhicule de police arrive sur les lieux et interpelle dans le calme les deux contrevenants. «Vous êtes en train d’uriner sur le site historique de Jeanne d’Arc », annonce l’un des policiers. Les papiers d’identité sont confisqués, les deux fauteurs de trouble attendent de recevoir leur amende. Les flics font durer le plaisir.

Pendant une demi heure, les deux clients fautifs « poireautent »… D’autres clients du bar se rapprochent de la scène, demandent des explications. Le contrôle s’éternise. A ce moment, deux autres véhicules de police arrivent. Les forces de l’ordre annoncent qu’ils interpellent les deux « pisseurs » pour ivresse manifeste sur la voie publique. Tollé général. Les deux fautifs sont embarqués.

Une dizaine de clients se placent en face d’une des voitures, pour l’empêcher de repartir. Sans violence ni insulte. Mais les policiers sont nerveux. Ils sortent du véhicule et gazent à bout portant plusieurs personnes. Présent au concert, je me retrouve moi-même, après m’être manifesté comme journaliste auprès des policiers, pris dans les effluves de lacrymo. Une fois le « ménage » accompli, les voitures repartent avec les deux délinquants. Fin de l’histoire ? Pas encore…

Plusieurs véhicules restent en faction à 100 mètres du bar, tous feux allumés. Vingt minutes plus tard, sans raison apparente, l’assaut reprend : une vingtaine de policiers en tenue de « Robocop » arrivent en trombe sur la terrasse du café. Matraques, chiens, lacrymos… c’est reparti.

Sans distinction, des gens sont frappés, un jeune homme a le crâne en sang. Des grenades sont tirées. Un client du bar, rageur, jette une bouteille sur l’une des fourgonnettes de police. Au bout d’une heure, c’est le seul acte violent à déplorer côté fêtards. Les policiers, de leur côté, frappent les quelques femmes venues leur parler pour que cessent les violences. Ils éructent des insultes sexistes : « Bande de morue, salopes… »

Un des DJ qui repartait avec son matériel est poussé dans le dos par un policier. Il s’étale au sol avec ses affaires. Une jeune femme est violemment interpellée, traînée par terre, son pull et son tee shirt déchirés. Un policier lance : « Sale pute de gauchiste, on va te niquer. » La place est finalement « nettoyée ». Il est presque deux heures du matin.

Bilan de l’opération : trois personnes interpellées pour ivresse manifeste sur la voie publique (aucun taux d’alcoolémie n’a été communiqué aux contrevenants, aucune amende n’a été dressée pour cette infraction). Deux autres personnes devront répondre de dégradation de bien public, outrage, rébellion et violence sur agent de la force publique.

Contacté lundi, le commissariat principal de Rouen explique sommairement que «les policiers ont été pris à partie et ont du faire usage de la force». L’officier en charge de la communication n’a pas eu connaissance d’éventuelles violences et insultes policières.

Les deux principales victimes, après constatation d’un médecin légiste du CHU de Rouen, devaient rencontrer un avocat mercredi. Elles présentent des hématomes, des brulures au visage et une entaille au crâne. Une ITT (incapacité totale de travail) de trois jours a également été retenue. De leur côté, les deux « pisseurs » ont écopé d’une amende de 68 euros pour miction sur les ruines de la place du Vieux-Marché. Jeanne d’Arc peut donc reposer en paix.

Manuel Sanson

Source : Les Inrocks


une étude publiée online intitulée : « ‘Ils sont plus heureux et ils ont une meilleure vie que moi’ : l’impact de l’utilisation de Facebook sur la perception de la vie des autres » par deux sociologues Hui-Tzu Grace Chou et Nicholas Edge de l’Utah Valley University.

« La vie est injuste » ?

Comme beaucoup de ces études sur « l’impact » des réseaux sociaux, il y a de nombreuses choses à redire et sur la méthodologie et sur les conclusions trop hâtivement tirées qui oublient que « corrélation n’est pas causation » mais les données sont tout de même intéressantes.

425 étudiants de l’Utah ont donc été soumis à un questionnaire sur la vision qu’il avaient de la vie et de celle des autres, ainsi que leur niveau d’utilisation de Facebook.

Les questions consistaient en des « plutôt d’accord » ou « plutôt pas d’accord » sur des propositions comme « la vie est juste » ou « beaucoup de mes amis ont une meilleure vie que la mienne ».

D’un autre côté était demandé le temps hebdomadaire passé sur Facebook, le nombre d’amis et la proportion de ces amis ayant déjà été rencontrés dans la vraie vie et pas seulement en virtuel.

Des corrélations

Les résultats sont formels, il y a bien plusieurs corrélations entre l’utilisation de Facebook et ces indices de qualité de vie, notamment :

  • Les gros consommateurs hebdomadaire de Facebook sont plus nombreux à penser que leurs amis ont une meilleure vie que la leur et qu’ils sont plus heureux.
  • Les utilisateurs avec beaucoup d’amis sur Facebook sont significativement plus enclins à ne pas trouver les autres plus heureux qu’eux, et à considérer que la vie est juste.
  • Les utilisateurs ayant beaucoup d’amis Facebook qu’ils n’ont jamais rencontré, sont plus nombreux à penser que les autres ont une vie meilleure

Les résultats sont significativement les mêmes pour les hommes et les femmes.

Corrélation donc, mais attention, ça ne veut pas dire que l’utilisation de Facebook rend triste comme semblent le suggérer les auteurs de l’étude. En effet, rien ne permet de conclure que l’utilisation intensive de Facebook entraîne la tristesse… il est tout aussi logique de penser (par exemple) que c’est le fait d’être mal dans sa peau et pas heureux qui incite à aller plus souvent sur Facebook… (ça me parait d’ailleurs plus probable dans ce sens).

En tout état de cause, vous pouvez lire l’étude parue dans le journal de Cyber-psychologie, comportement et réseaux sociaux.

Via geek café.fr


Treize députés UMP membres du collectif de la Droite populaire, aile droite du parti majoritaire, ont écrit lundi au ministre de la Santé, Xavier Bertrand, pour refuser l’instauration d’un quatrième jour de carence pour les salariés du privé lors d’un arrêt maladie.

Dans cette lettre dont l’AFP a obtenu copie, les parlementaires se félicitent du jour de carence désormais imposé aux fonctionnaires mais jugent en revanche «inacceptable» qu’un quatrième jour sans indemnités journalières «pèse sur les salariés du secteur privé, sans qu’aucune concertation n’ait eu lieu au préalable».

«Ceux qui soutiennent cette mesure avancent que 70% des salariés seraient épargnés grâce aux accords prévoyant le maintien du salaire par l’employeur. Mais, outre le fait que les sources des chiffres avancés ne sont pas connues, nombreux sont nos concitoyens pour qui il est déjà difficile de supporter les 3 jours de carence actuellement en vigueur», plaident-ils.

Parmi les 13 signataires (sur 43 membres du collectif) figurent Jean-Paul Garraud, Philippe Meunier, Jacques Myard et Lionnel Luca.

«Les petites entreprises s’insurgent contre ce dispositif qui va, une fois de plus, pénaliser celles qui ont des conventions collectives favorables aux salariés en la matière», ajoutent-ils.

«Devrons-nous conseiller à nos compatriotes dont les emplois sont les plus précaires et qui sont concernés par ce délai de carence de déménager en Alsace-Moselle puisque les habitants de ces départements n’ont pas de délai de carence?», s’interrogent les élus signataires.

Ils estiment «plus judicieux de mieux traquer les congés maladies de complaisance» ou alors «de tendre vers un alignement public/privé en instaurant deux jours de carence dans le secteur public et en maintenant les trois actuels dans le privé».

(AFP)

Source Libération.fr


En exclusivité, voici les photos des indignés de La Rochelle  11/11/11. Nous étions environ entre 80 et 100 personnes, c’est beaucoup plus que le précédent rendez- vous du 15/10/2011. Beaucoup de nouvelles têtes, une bonne organisation, avec un peu de musique. Nous avons fait une marche de la cour des dames en passant par le port, les arcades, l’ hôtel de ville et regagnés le point de départ. La police était bien présente mais discrète.

Amitié, Sw1ngc /-)




Pacte 2012 pour la justice

Recentrer la Justice sur sa mission première
de protection des citoyens

  • Attendu que les victimes ont moins de droits que leur agresseur à toutes les étapes de la procédure judiciaire ;
  • Attendu que la sanction est aléatoire et négociable pour le délinquant alors qu’elle est automatique pour l’automobiliste ;
  • Attendu que 80 000 peines de prison ferme ne sont pas exécutées faute de place, et que les condamnés purgent rarement plus de la moitié de leur peine ;
  • Attendu que des criminels objectivement dangereux sont remis en liberté sans surveillance ;
  • Attendu qu’une partie du monde judiciaire est déconnectée des préoccupations du peuple français alors qu’il juge en son nom ;

Nous, citoyens et électeurs français, demandons solennellement aux candidats à l’élection présidentielle :

1L’égalité de droits entre la victime et l’accusé : Un accès immédiat pour la victime à l’assistance d’un avocat dès le dépôt de plainte ; le droit pour la victime de contester en appel la remise en liberté de son agresseur.

2L’impunité zéro pour les atteintes aux personnes et aux biens : Un grand ministère chargé de la sécurité des citoyens, regroupant forces de l’ordre et politique pénale ; des amendes « plancher » automatiques accompagnant toute condamnation pour délit.

3L’application effective des peines prononcées : L’obligation pour tous les condamnés de purger au minimum les trois quarts de leur peine ; une capacité de 30 000 places de prison supplémentaires pour rejoindre la moyenne européenne.

4Une fermeté de précaution vis-à-vis des criminels dangereux :
La perpétuité réelle pour les grands criminels ; la surveillance à vie des délinquants sexuels.

5Une Justice transparente qui rende des comptes aux citoyens : Un débat national sur l’élection des procureurs au suffrage universel ; des audiences d’application des peines ouvertes au public.

Bien sur quelques exemples sont cités, quelques uns parmi tant d’autres, et malheureusement, cela ne touche pas QUE la France c’est général, nous avons eu des articles sur le blog le démontrant pour la Belgique et l’Angleterre entre autres pays…

  • Le principal suspect libéré pour vice de procédure

(…) Le meurtrier présumé de Jérémy Censier a été remis en liberté sans contrôle judiciaire jeudi soir, sur décision de la Cour de cassation pour vice de procédure. (…)

Saisie par la défense du détenu, la Cour de cassation a récemment reproché à la chambre d’instruction de la cour d’appel de Pau de ne pas avoir tenu d’audience dans le délai imparti. Selon le nouveau code de procédure pénal, ce dernier est en effet de trois mois pour les affaires criminelles. Passé ce laps de temps, la personne provisoirement détenue doit être relâchée. Après la découverte de ce vice de procédure, la justice a donc été contrainte de libérer le meurtrier présumé de Jérémy Censier. (France Soir).

  • Interpellé pour la 97e fois, un clandestin blesse gravement un policier

Les forces de police ont interpellé hier peu avant 5 heures rue de Crimée (XIXe), un individu de 39 ans au volant d’une voiture qu’il venait de voler et dégrader, a annoncé la Préfecture de police de Paris (PP) aujourd’hui. (…) En situation irrégulière sur le territoire français, le voleur né en 1972 au Mali et prénommé Dramé est actuellement en garde à vue. (Lire en intégralité).

  • Les détenus de Corbas veulent des consoles de jeux vidéo

5 septembre 2011 : 225 détenus de la maison d’arrêt de Lyon-Corbas ont signé une pétition cet été pour demander l’amélioration de leurs conditions de détention. Les signataires reprochent à l’administration pénitentiaire de les maintenir en cellule 24H/24, de limiter leurs activités sportives et de les empêcher d’acquérir des produits en plus du minimum fourni par la prison, notamment des consoles de jeux-vidéo. (Lire en intégralité)

Pour signer le pacte, lire l’intégralité du site, consulter le dossier complet au format PDF, c’est sur pacte2012.fr


StreetPressTV